Appel pour un réseau des chercheurs sur les patrimonialisations

L’étude de la notion de patrimoine est sans doute l’une des voies les plus sûres qu’historiens et anthropologues peuvent emprunter pour analyser le rapport des sociétés à leur passé, et notamment dans sa relation complexe et ambiguë avec la mémoire et l’histoire. Mais le patrimoine se présente également comme l’une des formes contemporaines de construction du rapport au présent et à la localité, aussi bien dans les terrains transnationaux qu’à l’échelle des communautés locales.

Le récent concept de Patrimoine Culturel Immatériel, promu par l’Unesco pour défendre les « cultures de l’oralité » et les objets culturels non matériels, connaît par ailleurs un succès considérable dans le monde et ne fait qu’accentuer les principes de perte, de sauvegarde et de développement qui ont déjà bouleversé les paysages sociaux et économiques des sites classés au patrimoine mondial de l’humanité.

Mais une posture critique sur les processus de patrimonialisation est assez rare dans le monde social car le patrimoine, matériel ou immatériel, est souvent considéré comme un fait de civilisation irréductible et comme un moteur d’action de développement économique lié au tourisme. Et il ne retient souvent l’attention des spécialistes qui lui sont dévoués (conservateurs, hommes politiques, décideurs économiques ou associations) qu’en tant que « corpus » à étudier et à valoriser comme trace de civilisation, indépendamment des conditions sociales et historiques de sa constitution. Les mises en collection muséographique ou l’établissement de listes initié par l’Unesco sont pourtant bien le fruit d’une classification dont les critères sont autant dépendants de la culture, de l’histoire et des acteurs qui choisissent et manipulent les objets que la parenté, la religion ou l’économie.

L’accession potentielle des faits matériels et immatériels au titre de patrimoine – et ses effets –  doit ainsi s’analyser comme un fait social comme un autre. Le développement des heritage studies dans les universités et l’intérêt croissant pour le patrimoine dans le monde social ordinaire et institutionnel offrent un cadre de réflexion pour considérer les processus de la patrimonialisation comme une modalité sociale du rapport au monde, inscrite dans des dynamiques de bricolages entre globalisation et localisation, entre histoire, mémoire et identité.

Plusieurs  chercheurs (doctorants, docteurs et recrutés) sont aujourd’hui engagés dans une interrogation historique, politiste, géographique ou anthropologique, autour des objets et des pratiques patrimoniales. Mais il n’existe pas réellement de lieu d’échange et de mise en commun à l’échelle européenne.
Pour cela nous vous proposons de mettre en place un réseau de chercheurs, interdisciplinaire et ouvert à toutes les nationalités. Ce réseau vise à créer et maintenir le contact entre les chercheurs désirant travailler de manière critique sur les phénomènes de patrimonialisation quelque que soient leur « terrain ». La mise en place d’une liste de diffusion favorisera les échanges d’informations sur l’actualité des publications, des colloques et manifestations sur le patrimoine culturel.

Nous projetons d’organiser une journée d’étude à la fin de l’année 2010 afin d’exposer nos recherches en cours, nos résultats et surtout de confronter nos différentes approches de la notion de patrimoine. Des rencontres et des échanges réguliers peuvent nous permettre d’avancer ensemble dans nos recherches. L’organisation de journées d’étude pourra être une expérience renouvelée et réalisée en partenariat avec des institutions académiques. Nous pouvons aussi imaginer organiser des séances de travail sur des thématiques spécifiques afin de répondre plus précisément aux interrogations et préoccupations que soulèvent nos objets de recherche et nos terrains. Le réseau peut permettre la création d’un espace de débat et de réflexion interdisciplinaires, ouvert à des problématiques émergentes aussi bien de terrain européen, qu’océanien, américain, asiatique ou africain.

En fonction de la vitalité de nos échanges et de l’intérêt que vous porterez à ce réseau, pourquoi ne pas envisager, dans l’avenir, la création d’une association.

Nous vous invitons donc à nous rejoindre dans ce projet de création du réseau des chercheurs sur les patrimonialisations et à nous faire part de vos suggestions afin de donner toute son ampleur à une réflexion collective.

Réponse possible sur res.patrimoni@gmail.com

Cyril Isnart (isnartc@gmail.com)
Anaïs Leblon (anaisleblon@gmail.com)
Capucine Lemaître (capucine.lemaitre2@laposte.net)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *