Séminaire sur les pratiques administratives du pci en Europe

L’administration du patrimoine culturel immatériel en Europe :
Organisation, réglementation et procédures

Séminaire international organisé par le Centre français du patrimoine culturel immatériel (Maison des Cultures du Monde) avec le soutien et la participation de la Direction générale des patrimoines (Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique)

Vitré, Centre français du patrimoine culturel immatériel
6 et 7 septembre 2012

Entre le texte de la Convention adoptée par l’UNESCO le 17 octobre 2003, et l’infinie diversité des communautés qui le fondent ou des formes qu’il peut prendre, le patrimoine culturel immatériel (PCI) se décline en autant de politiques qu’il y a d’États parties à la Convention.

Sur le site de l’UNESCO, les listes d’éléments inscrits, qui constituent l’aspect le plus spectaculaire mais non le plus important de ces politiques, présentent une forme unifiée. Cette apparence est trompeuse : chaque dossier, avant d’être traité par l’administration de l’UNESCO, est le résultat de processus administratifs nationaux souvent très divers. La comparaison entre les inventaires dressés par chaque pays fait encore mieux apparaître cette diversité des approches dans la mise en œuvre de la Convention, sans que soient toujours explicitées les conditions de réalisation de ces inventaires.

Ce séminaire organisé par le Centre français du patrimoine culturel s’inscrit dans le cadre d’un partenariat pluriannuel entre la Maison des Cultures du Monde et le Ministère de la Culture. Il vise à mieux comprendre comment la Convention est déclinée au sein des pays d’Europe qui l’on ratifiée, non pas en se focalisant uniquement sur les mesures de sauvegarde (listes, inventaires, renforcement des capacités des communautés), mais en cherchant également à rendre compte des réponses institutionnelles élaborées par les États à partir du cadre schématique donné par le texte de l’UNESCO. Comment se traduisent dans les différents contextes nationaux les outils et concepts clefs de la Convention, tels que les inventaires ou les notions de communauté et de participation ? Quelles étaient les politiques dans le champ du patrimoine immatériel qui préexistaient à la ratification de la Convention ? Quels services ont-ils été investis de la mise en oeuvre de ce texte ? Comment ces politiques s’inscrivent-elles dans les politiques patrimoniales des Etats ? Quelles instances consultatives ont été mises en place ? Quels furent ou quels sont les problèmes recontrés ? Quel jugement porter sur les résultats obtenus ?

Cette rencontre rassemblera des représentants d’institutions culturelles de différents pays européens ayant ratifié la Convention de 2003, en présence et avec la participation de chercheurs sur le PCI.

Programme provisoire
Jeudi 6 septembre
13h30 Accueil des participants au CFPCI et déjeuner
14h15 Ouverture de la rencontre en présence des représentants du Ministère de la Culture et de la Maison des Cultures du Monde ; présentation du CFPCI.
14h30 Introduction par Séverine Cachat (CFPCI) et Christian Hottin (DGP-DPRPS)
14h45 Première intervention : La Suisse, par M. David Vitali, responsable des Affaires internationales, Office fédéral de la Culture.
15h45 Deuxième intervention : La Norvège, par Mme Vibeke Mohr, Department director, Kulturavdelingen
16h45 Troisième intervention : L’Allemagne, par Mme Gertraud Koch, professeur en sciences de la communication et anthropologie de la connaissance à l’Université de Friedrichshafen (Zeppelin University) et M. Benjamin Hanke, responsable de programme, division culture et Mémoire du monde, Commission allemande pour l’UNESCO
Discussion générale suivie de la visite du Centre français du patrimoine culturel immatériel
Dîner et visite de Vitré

Vendredi 7 septembre
9h Quatrième intervention : L’Espagne, par Mme Ángeles Alastrué, Sous-Directrice de la protection du patrimoine historique, ou Mme Elisa de Cabo de la Vega, Sous-Directrice adjointe du patrimoine historique, Sous-Direction générale du patrimoine historique, Ministère de la Culture.
10h Cinquième intervention : la France, par M. Christian Hottin, adjoint au Département du pilotage de la recheche, Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture
11h Sixième intervention : Le Portugal, par M. Paulo Ferreira da Costa, Directeur du département du patrimoine immatériel,
Instituto dos Museus e da Conservação, Palácio Nacional da Ajuda
12h Déjeuner
13 h30 Septième intervention : La Belgique
Flandre : Mme Jorijn Neyrinck, directrice, Tapis Plein
Wallonie et Bruxelles : M. Jean-Pierre Ducastelle, directeur, Maison des Géants d’Ath

14h45 : Table ronde finale animée par M. Cyril Isnart, CIDEHUS/Universidade de Évora, avec la participation de Moussa Talbi, Université de Clermont-Ferrand/Laboratoire EA4232
16h : Conclusions

Participation sur inscription uniquement :
Centre français du patrimoine culturel immatériel
Prieuré des Bénédictins
2 rue des Bénédictins – 35500 VITRE
severine.cachat@cfpci.fr
Tel : 02 99 75 82 04

Langues de travail : français, anglais.

Posted in Conservation du patrimoine | Leave a comment

Chroniques sur le PCI au Portugal – II

A propos de

Raposo Paulo 2011, Por detrás da Máscara. Ensaio de antropologia da performance sobre os Caretos de Podence, Lisboa, Instituto dos Museus e da Conservação.[*]

Le monde social portugais n’a pas attendu l’Unesco pour se prévaloir de sauvegarder et patrimonialiser des pratiques et des objets censés incarner l’identité et l’histoire des groupes. Même si toutes ces actions ne sont pas documentées de manière homogène, le mouvement des groupes folkloriques, certes piloté de l’extérieur par le pouvoir, mais dont les principes sont maintenant bien intériorisés au Portugal (Castelo-Branco et Freitas Branco 2003, Da Costa-Holton 2005), le travail de collecte de Michel Giacometti, le revival musical des années qui ont suivi la révolution de 1974, à la forte influence de gauche, ou la prolifération des actions revendiquant et utilisant aujourd’hui la convention de l’Unesco pour justifier leurs anciennes pratiques de sauvegarde, sont des exemples assez clairs de la prise en charge hors cadre étatique des éléments culturels.

Autrement dit, au Portugal, l’héritage politique et totalitaire des instrumentalisations de la culture populaire (Leal 2010, Melo 2001) implique que le folklore spectacularisé fait partie du paysage culturel ordinaire, et que les termes etnogràfico ou folclòrico sont des équivalents, et ne renvoient pas au domaine académique et universitaire connu sous le terme de folklore ou ethnographie, mais bien à l’action culturelle et à la prise en charge ordinaire de la culture locale, depuis le recueil de données jusqu’à la spectacularisation touristique.

À propos des rituels masqués de Carnaval à Podence[1], dans le nord du pays, Paulo Raposo (2011) note que le rituel carnavalesque a d’abord été pensé comme une survivance des rites païens de fertilité par les ethnologues des années 1970, puis il s’est transformé au cours de la décennie 1990 en un spectacle marchandisé, folklorisé, globalisé, sans aucun hiatus ni esprit de contradiction avec la pratique rituelle[2]. Tout se passe comme s’il y avait, du point de vue des acteurs, une continuité naturelle entre le rituel au village et sa performance délocalisée au Brésil ou à Binche. Dans les faits, la spectacularisation a profondément modifié la performance elle-même (absence de consommation alcoolique, polissage de l’allure du défilé, annulation des séquences déclamatoires, etc), mais sa spectacularisation constitue la raison même de la survie de la performance au village. Dans l’esprit des participants et des acteurs du groupe des caretos,  les sorties des cortèges en dehors du contexte familier du village restent porteurs de l’imaginaire communautaire et magico-religieux que les ethnologues lui ont attribué dans les années 1970.

Ainsi, il n’est en rien contradictoire aujourd’hui de montrer la pratique dans d’autres contextes et d’en assurer ainsi la pérennité par une mise en spectacle, une mise en scène et une mise en patrimoine. Les caretos de Podence possèdent et animent un musée et se produisent toute l’année au Portugal et dans le monde, mais  la globalisation du spectacle et sa revalorisation comme produit culturel restent les indices de l’authenticité de la performance au village et de la mémoire du passé du groupe, et vice versa. Les acteurs contemporains semblent expérimenter et mettre en pratique la définition que donne l’Unesco du patrimoine culturel immatériel, sans que les concepts et les outils de l’organisation internationale ne soient mobilisés. Est-ce à dire que ces acteurs ordinaires font du PCI sans le savoir ? Dans un certain sens, oui[3], mais, le problème peut sans doute être posé à l’envers, en disant que l’Unesco n’a peut-être fait qu’entériner des pratiques communes et banales de patrimonialisation qui avaient cours bien avant la proclamation de la convention de 2003. Il faut d’ailleurs se rappeler que les débats sur le patrimoine immatériel datent des années 1970 et que la dernière convention constitue l’ultime avatar d’un long mouvement porté par le Smithsonian Institute qui s’est donné pour mission d’œuvrer à la diffusion des cultures « populaires » par le biais de son festival Simthsonian Folk Festival[4].

Références

Baron Robert 2010, « Sins of Objectification? Agency, Mediation, and Community Cultural Self-Determination in Public Folklore and Cultural Tourism Programming », Journal of American Folklore, Volume 122, Number 487 : 63-91.

Castelo-Branco Slawa El-Shawan et Branco Jorge Freitas 2003, Vozes do Povo. A Folclorização em Portugal, Oeiras, Celta Editora.

DaCosta-Holton Kimberly 2005, Performing Folklore: Ranchos Folclóricos from Lisbon to Newark, Bloomington, Indiana University Press.

Godinho Paula 2010, Festas de Inverno no Nordeste de Portugal. Património, mercantilização e aporias da « cultura popular », Castro Verde, 100 Luz.

Leal João 2010, « Usos da cultura popular » in José Neves dir., Como se faz um povo, Lisboa, Tinta de China : 125-138.

Melo Daniel 2001, Salazarismo e cultura popular (1933-1958), Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais.


[1] Comme d’ailleurs à Varge pour les fêtes des garçons (Paula Godinho 2010).

[2] On utilise ici le terme folklorisation, non dans son sens premier de « popularisation », mais dans un sens relativement plus clair en portugais de décontextualisation pour la mise en spectacle, autrement dit « mise en groupe folklorique ».

[3] Ceci ne veut pas dire que le Portugal se désintéresse du patrimoine culturel immatériel ; au contraire, l’adoption en 2007 de la convention de l’Unesco, l’inscription sur la liste représentative du fado en 2011 et la diffusion institutionnelle via les directions régionales de la culture du terme et des directives de l’Unesco le prouvent assez fortement. Mais il semble exister un régime patrimonial ordinaire à côté des pratiques institutionnelles.

[4] Sur une discussion du rôle du festival sur l’échiquier politique et culturel, cf. Baron 2010.

 


[*] On retrouve ici un passage d’une contextualisation plus large des pratiques ordinaires de patrimonialisation du monde portugais, à paraitre dans les actes du colloque « Patrimoine, oui mais quel patrimoine?, » Unesco, Paris, 3-4 avril 2012, Commission nationale française pour l’Unesco, Maison des cultures du Monde/Centre français du patrimoine culturel immatériel.

Posted in Recherche | Tagged , , , | Leave a comment

Nouvelle étape pour les Pro Loco italiennes

COMUNICATO STAMPA

A Parigi l’UNESCO premia con un importante riconoscimento l’Unione delle Pro Loco (UNPLI). A livello mondiale sono soltanto 156 le associazioni accreditate. Se ne parlerà a Roma il 23 giugno presso l’Auditorium dell’Ara Pacis, all’interno del convegno, promosso con Confcooperative, dal titolo “Pro Loco, Cooperazione e Volontariato: la sussidiarietà tradita”.

Ad inizio giugno si è svolta a Parigi la 4a Assemblea degli Stati firmatari della Convenzione per la salvaguardia del Patrimonio Culturale Immateriale. Grazie ai progetti e ai risultati ottenuti sul campo con le numerose iniziative per la salvaguardia e la tutela del patrimonio culturale immateriale italiano, l’Unione delle Pro Loco ha ottenuto un importante riconoscimento da parte dell’UNESCO come consulente del Comitato Intergovernativo previsto dalla Convenzione.
Si tratta di un traguardo storico per l’UNPLI, nel 50° anniversario della sua fondazione, visto l’impegno che è stato profuso in questi ultimi anni proprio nella sensibilizzazione delle Pro Loco e delle comunità locali sui temi legati alle potenzialità dei beni immateriali ma anche alla loro fragilità. Come previsto dalla Convenzione, le associazioni accreditate possono essere invitate dalla Commissione a fornire, tra l’altro, indicazioni e valutazioni all’UNESCO come riferimento per selezionare le candidature per l’inserimento nella lista del patrimonio culturale immateriale che ha bisogno di urgente tutela. In questo ambito l’UNPLI sta già supportando la candidatura italiana delle “Grandi Macchine a Spalla” utilizzate nelle processioni religiose e gestita dalla Rete coordinata dalla Prof.ssa Nardi.

“Un grande riconoscimento – ha dichiarato il Presidente UNPLI, Claudio Nardocci – alla ultra secolare attività delle oltre 6.000 Pro Loco italiane in questo settore, scrigno della cultura italiana, degna nota di apertura al Convegno nazionale che si terrà sabato 23 giugno a Roma”.

A margine della riunione svoltasi a Parigi, si è svolto un interessante forum delle ONG accreditate in cui si è discusso della possibilità di creare una rete internazionale di associazioni che operano in questo campo e che vorranno scambiarsi impressioni sulle loro attività e magari anche realizzare iniziative in collaborazione.

L’accredito rappresenta dunque un punto di partenza e non di arrivo, in quanto sarà l’occasione per condividere, ad un livello ancora più ampio, la passione e l’originalità alla base del movimento delle Pro Loco e dei volontari che ne costituiscono l’essenza.

La procedura di accredito, gestita dal nostro Ufficio progetti, è stata avviata nel 2009 sull’onda dei risultati positivi raccolti sul campo con i progetti realizzati e le attività svolte in tutta Italia grazie alla capillare rete delle Pro Loco e al supporto dei Comitati regionali UNPLI.
Un ringraziamento particolare va alla Commissione Nazionale italiana per l’Unesco per la preziosa assistenza accordataci nella fase preparatoria della richiesta e a tutte le persone che hanno reso possibile la realizzazione di questo risultato. Un risultato che porterà lustro a tutto il movimento ma che ci impegnerà a lavorare in ogni momento con maggiore rigore e responsabilità.

LINK:
Il canale “Progetti UNPLI” su YouTube (www.youtube.com/user/ProgettiUNPLI) con le centinaia di videointerviste ai detentori di saperi immateriali.

UFFICIO STAMPA UNPLI
ufficiostampa@unpli.info
06.99226483

Posted in Conservation du patrimoine | Tagged , , , | Leave a comment

Colloque international : Autour du patrimoine culturel immatériel, Cerisy, Septembre 2012

DU LUNDI 24 SEPTEMBRE AU SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2012
LE PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

DIRECTION
Julia CSERGO, Christian HOTTIN, Pierre SCHMIT

ARGUMENT
Peu connu en France du grand public aussi bien que des milieux culturels et patrimoniaux, le patrimoine culturel immatériel, porté par la convention de l’Unesco du 17 octobre 2003, tend à s’imposer aujourd’hui dans l’actualité immédiate, au gré des inscriptions ; il s’ancre également dans la durée, avec les ambitions affichées par certaines collectivités territoriales, telle la région Bretagne, qui souhaitent en faire un axe majeur de leur politique culturelle et désirent se positionner en tant que région pilote au plan national.

Pour la tradition occidentale du patrimoine, matériel et régalien, cette convention présente un double défi, redoutable: penser la préservation d’un patrimoine autre que celui classiquement distingué, et penser autrement les politiques patrimoniales, en les construisant à partir du point de vue des détenteurs du patrimoine, et non plus uniquement en fonction de l’avis des experts. Des enjeux nouveaux qui, de la Chine au Brésil en passant par les Émirats arabes Unis, mobilisent fortement la plupart des pays émergents.

Ce colloque se propose d’engager une réflexion devenue aujourd’hui nécessaire: alors que se multiplient les initiatives et que l’action de l’État français reste empreinte de tâtonnements, il importe de s’interroger sur l’origine, le sens et les implications de ce patrimoine.

Organisé autour de cinq thèmes, cette rencontre se veut résolument prospective: il s’agira non d’élaborer de “bonnes pratiques” ou d’ajouter un article aux “tables de la loi” du Code du Patrimoine, mais de croiser, dans une visée internationale, approches théoriques et pratiques. Elle réunira avec des experts internationaux du PCI et de l’Unesco, des intellectuels, des acteurs politiques et culturels, des praticiens de ces formes de patrimoines. Sont enfin prévus des temps de dialogue avec les porteurs de traditions, une séance à Granville dont les pêcheries sont appelées à faire l’objet d’un dossier de candidature, enfin la première journée se tiendra au centre français du patrimoine culturel immatériel, installé au sein de la Maison des cultures du Monde à Vitré.


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 24 septembre
À VITRÉ (Centre français du patrimoine culturel immatériel)
11 heures: Accueil et visite du Centre, par Séverine CACHAT (directrice du CFPCI)

Qu’est-ce que le patrimoine immatériel? (1) (Présidente: Séverine CACHAT)
Chérif KHAZNADAR (Président de la Maison des cultures du monde)
Lourdes ARIZPE (Université nationale de Mexico): Presenting the Intangible Cultural Heritage of Regions on the World Stage
Noriko AIKAWA (UNESCO, Japon)
Discussion

Transport en car de Vitré à Cerisy

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants

Mardi 25 septembre
À CERISY
Matin:
Qu’est-ce que le patrimoine immatériel? (2) (Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Antoine GAUTHIER (Directeur général du Conseil québécois du patrimoine vivant)
Florence GRAEZER BIDEAU (Université de Neuchâtel): Analyser l’engagement scientifique dans le contexte de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en Suisse
Chiara BORTOLOTTO (Université Libre de Bruxelles): La “participation” des “communautés” dans l’identification, la sauvegarde et la gestion du patrimoine
Jean-Louis TORNATORE (Université de Metz): Le patrimoine culturel immatériel: dispositif de contrôle ou agent d’émancipation?
Discussion

Après-midi:
A qui appartient le Patrimoine immatériel? (Présidente: Julia CSERGO)
Christian HOTTIN (Ministère de la culture et de la communication)
Noël BARBE (à confirmer)

Soirée:
Chants et danses traditionnels (Association La Loure): Yvon DAVY et Etienne LAGRANGE

Mercredi 26 septembre
À GRANVILLE ET SUR LA CÔTE OUEST DU COTENTIN
Journée sur les Pêcheries, coordonnée par Pierre SCHMIT (CRéCET)

Soirée:
Yann LEBORGNE: Autour des pratiques et représentations liées au monde végétal en Normandie

Jeudi 27 septembre
À CERISY
Matin:
D’où vient le patrimoine culturel immatériel? (Président: Christian HOTTIN)
Rieks SMEETS (Ancien secrétaire de la convention PCI de l’Unesco, Pays-Bas)
Daniel FABRE (EHESS)
Frédéric SAUMADE (Université de Provence)
Discutant:
Jean-Louis TORNATORE (Université de Metz)

Après-midi:
(Présidente: Julia CSERGO)
Slimane HACHI (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie)
Frédéric OBRINGER (EHESS)
Caroline BODOLEC (EHESS)
Discutante:
Lourdes ARIZPE (Université nationale de Mexico)

Soirée:
Albert POULAIN, conteur

Vendredi 28 septembre
À CERISY
Matin:
Où va le patrimoine immatériel? (Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Christian BROMBERGER (Université de Provence)
Pascale CAUCHY (Vice-présidente du Conseil régional de Basse-Normandie, chargée de la culture)
Jean-Michel LE BOULANGER (Vice-président du Conseil régional de Bretagne)
Pape Massène SENE (Conseiller du premier ministre du Sénégal): Partager le patrimoine culturel immatériel, du terroir au Village planétaire: le défi de la délocalisation
Panayiota ANDRIANOPOULOU (Ministère de la culture, Grèce): Le PCI c’est à nous ≠ Nous sommes le PCI: notions d’appropriations du PCI dans le cadre urbain en Grèce

Après-midi:
Françoise BENHAMOU (Université de Paris 13): La dimension immatérielle du patrimoine tangible. Négation ou retour de l’économie?
Cécile DUVELLE (Secrétaire de la convention PCI de l’Unesco)

Les patrimoines alimentaires, quel PCI? (Président: Pierre SCHMIT)
Julia CSERGO (Université Lyon 2 / Université du Québec à Montréal)
Jean-Pierre POULAIN (Université de Toulouse-le Mirail)

Dîner:
Gérard CAGNA (Cuisinier) – cuisinière de Cerisy: Sur le “repas gastronomique” des Français

Soirée:
Florence CALAME-LEVERT: Tout autour de la morue, voyage en patrimoine culinaire, un exemple de collecte participative en Pays Basque

Samedi 29 septembre
À CERISY
Qu’en est-il aujourd’hui de la prise en compte des pratiques alimentaires dans les PCI?
Matin:
(Table ronde animée par Julia CSERGO)
Charles-Edouard de SUREMAIN (UMR 208 PaLoc “Patrimoines Locaux” [IRD-MNHN]): De quelques ambiguïtés des patrimoines alimentaires immatériels. Questions et éléments de réponse à partir des pays du Sud
Jean-Pierre HASSOUN (EHESS)
Slimane HACHI (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie)
Noriko AIKAWA (UNESCO, Japon)
Antoine GAUTHIER (Directeur du centre Québecois du patrimoine vivant)
Discutante:
Marie CORNU (CNRS, Paris): Les enjeux juridiques de la propriété du patrimoine immateriel

Après-midi:
(Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Maria-Anne PRIVAT-SAVIGNY (Musée Gadagne)
Panayota ADRIANOPOULOU (Ministère de la culture, Grèce)
Catherine ARMINJON (Conservateur général du Patrimoine)

Julia CSERGO, Christian HOTTIN & Pierre SCHMIT: Conclusions

Posted in Conservation du patrimoine, Recherche | Tagged , | Leave a comment

Chronique sur le patrimoine culturel immatériel au Portugal – I

2011 sera sans doute l’année d’inscription du fado sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. La candidature du genre musical le plus emblématique de la culture portugaise, touristiquement pour le moins, était portée depuis de nombreuses années par des institutions et des personnalités du milieu lisboète et n’a pu être finalisée et officiellement proposée que pour la 6e session du  Comité du Patrimoine Immatériel qui aura lieu à Bali à la fin du mois de novembre. Si l’inscription est confirmée, le fado deviendra le premier élément portugais de la liste du PCI de l’Unesco, alors que le pays possède 13 sites du Patrimoine Mondial, dont certains furent inscrits très tôt.

Déjà, la fébrilité et la ferveur patrimoniale de la candidature du fado se font sentir dans les institutions et les associations qui ont pris part à la fabrication de la candidature. On ne compte plus une seule réunion de travail sur le PCI au Portugal qui n’accueille une présentation de la méthode de travail de l’équipe et du contenu de la candidature du fado. De plus, la presse portugaise se fait régulièrement l’écho du processus et renforce la dimension nationale des enjeux culturels, musicaux, touristiques et industriels de la candidature. Très récemment, on vient d’apprendre que le dossier  a été considéré comme l’un des meilleurs parmi ceux qui ont été soumis pour la prochaine réunion du comité.

L’ampleur médiatique et institutionnelle de la candidature du fado sur la liste du PCI est proportionnelle à la portée symbolique et au poids de ce genre musical dans l’image que le Portugal se donne à lui-même, comme dans celle qu’il donne à contempler aux touristes de Lisbonne. Radios, concerts, publications, musées, discographie, commémorations des ancêtres et publicité assurent une omniprésence visuelle et sonore du fado qui montre bien que le fado est un objet fortement investi par la société portugaise. Par exemple, après l’inscription du flamenco en 2010, un ensemble de sites web avait souligné que le fado n’était pas moins légitime que l’art musical du sud de l’Espagne (voir par exemple l’interview du musicologue Rui Vieira Nery, impliqué dans la candidature). Dans la principale rue piétonne, centrale et touristique du Chiado, un camion de livraison des années 40 stationne au bord d’un trottoir et diffuse de la musique de fado toute la journée et propose des disques et des DVD à la vente. Annexe mobile d’un disquaire spécialisé, son lieu d’implantation n’est en rien choisi au hasard.

Mais la diffusion généralisée de la candidature du fado à la liste du PCI cache et révèle dans le même temps un mouvement très profond dans le monde culturel et associatif portugais, qui découvre, s’approprie et adapte aujourd’hui le concept de patrimoine culturel immatériel. Le PCI tient une place de plus en plus grande dans les réunions des conservateurs et des politiques locaux, des associations culturelles comme dans les publications d’origine institutionnelle ou savante. L’Instituto dos Museus e da Conservação, grâce à son département du patrimoine immatériel, a mis en place l’inventaire national après la signature de la convention de l’Unesco par le Portugal et multiplie les initiatives pour promouvoir la diffusion du concept de PCI. Mais, comme plusieurs publications du département du patrimoine immatériel le montrent, le PCI survient dans un paysage culturel et institutionnel portugais déjà sensibilisé à la sauvegarde des objets que recouvre le PCI. L’etnografia, au sens portugais du terme, que l’on peut traduire par le terme de folklore en français, constitue un habitus collectif issu des publications académiques dès la fin du XXe siècle, de l’usage politique des traditions pendant le Estado Novo et du renversement politique des pratiques dites traditionnelles après la révolution de 1974 (voir Costa dir. 2009).

Dans ce contexte particulier, ces chroniques tenteront de rendre compte des développements et des réactions de la culture portugaise à la mise en place institutionnelle du PCI.

Posted in Recherche | Tagged , , | Leave a comment

Publication: Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie

Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie
Édité par Chiara Bortolotto
Avec Annick Arnaud, Sylvie Grenet
Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris
ISBN-10 2-7351-1417-1
ISBN-13 978-2-7351-1417-7

http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100905770&fa=description

Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? Pourquoi inventer une nouvelle catégorie de patrimoine dans un monde déjà obsédé par la conservation des traces du passé ? Peut-on protéger des expressions culturelles vivantes sans les figer ? À qui revient la charge de le faire ? À qui appartient ce patrimoine ? À travers une analyse des politiques culturelles récemment engagées par les États à la suite de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), cet ouvrage propose des premières réponses à ces questions.
En effet, cette catégorie patrimoniale, qui suscite des attentes et un engouement croissants parmi les acteurs sociaux et politiques à l’échelle planétaire, est à l’origine de vives controverses entre acteurs institutionnels et scientifiques. Modelée sur une acception anthropologique de la culture, cette notion ne peut que retenir l’attention des ethnologues, qu’ils choisissent de s’investir dans le chantier d’élaboration de ce patrimoine, ou d’observer à distance l’« effet Unesco » sur des objets tels que la samba de roda ou les fêtes de la Tarasque.
Au cœur du débat anthropologique contemporain, l’institution du patrimoine immatériel est trop récente pour avoir déjà fait ses preuves. Mais les difficultés qu’elle pose, aux acteurs sociaux comme aux institutions, en France aussi bien qu’à l’étranger, montrent que loin de simplement élargir le champ patrimonial elle implique des changements profonds. Les contributions ici réunies en analysent certaines des limites et des potentialités.

Sommaire

Avant-propos
Sylvie Grenet & Christian Hottin, « Un livre politique »

Introduction
Chiara Bortolotto, « Le trouble du patrimoine culturel immatériel »

I Héritage, propriété et communautés

Frédéric Maguet, « L’ image des communautés dans l’espace public »

Valdimar Tr. Hafstein, « Célébrer les différences, renforcer la conformité »

Regina Bendix, « Héritage et patrimoine : de leurs proximités sémantiques et de leurs implications »

II Métamorphoses patrimoniales

Dorothy Noyes, « La fête ou le fétiche, le geste ou la gestion. Du patrimoine culturel immatériel comme effet pervers de la démocratisation »

Laurent-Sébastien Fournier, « La Tarasque métamorphosée »

Ignazio Macchiarella, « Sauvegarder l’oralité ? Le cas du canto a tenore »

Daniel Bonvoisin & Gil Bartholeyns, « La création ludique est-elle soluble dans le patrimoine ? Culture et communauté du jeu de rôles grandeur nature »

III Observateurs, médiateurs ou acteurs ? Le rôle des anthropologues

Jean-Louis Tornatore, « Du patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel : suivre la voie politique de l’immatérialité culturelle »

Carlos Sandroni, « L’ethnomusicologue en médiateur du processus patrimonial. Le cas de la samba de roda »

Posted in Conservation du patrimoine, Recherche | Tagged , , , | Leave a comment

CFP Local Vocabularies of “Heritage” Variabilities, Negotiations, Transformations – Feb 2012 – University of Évora – Portugal

Local Vocabularies of “Heritage”
Variabilities, Negotiations, Transformations

8-10th February 2012
University of Évora – Portugal

Organisation
Cidehus-University of Évora-FCT
and Network of Researchers on Heritagisations

Call for paper
Dead-line 1st of June 2011

Concern for “heritage”, in its French version of “patrimoine” or the Anglo-Saxon one of “heritage”, is often associated with Western cultural history’s originality and the spreading of the values related to it with a universalist and globalizing vocation. But the objects (artifacts, monuments, sites, animals, plant species and social practices) and the uses (memory and identity processes, transmission dynamics, links with the past and with history) today covered by the sphere of the Western “cultural heritage” are sometimes already part of the cultural practices and collective representations of non-Western societies. This plurality of “heritage” conceptions makes it possible to go beyond the rhetorical motif of the “great division” and to better redefine what makes world cultures different and what connects them. Moreover, though all societies do not attribute the same meaning or the same values to their heritage terminology, they are nonetheless part of a recent semantic and conceptual translation process of the international norms propagated by “heritage” institutions.

The difficulty in analyzing the layers and the differentiations of “heritage” vocabularies stems from the fact that international bodies have gradually included in the “heritage” field very different objects (architecture, town planning, art, landscape, environment, languages or practices and social representations) and have thus encouraged the actors to interpret certain local terminologies in terms of “heritage”, even though “tradition”, “culture”, “custom”, “memory” or “transmission” could have been considered autonomously. Moreover, the division of the “heritage” field into “cultural heritage”, “natural heritage” and “intangible heritage” contains in itself a classification of the real which is not directly transferred to social situations and which also obliges local actors to redefine their own categories of thought.

Besides, Western “heritage” terminology is perhaps only pertinent to the extent that the actors themselves assert their right to this vocabulary and use it. This relativistic position makes it possible to speculate on three aspects : firstly, on the terminologies applied to “heritage” type activities already at work locally in cultures outside international frameworks ; secondly, on the translations of the terms “heritage”, “safeguarding”, “preservation”, “restoration”, “valorization” etc. in conceptual negotiations which take place locally and, thirdly, on the differences existing between these two levels and on the incomprehension this disparity creates in the local implementation of programs using international categories.

Is it possible to draw up a comparative inventory of “heritage” notions present throughout human societies? What are the local notions that come into play in the contemporary “heritage” arena? What exactly do these notions cover in the autonomous regions of Europe or in those seeking independence and in the nations resulting from decolonization? How are the meanings and requalifications of vocabulary distributed in minority and fringe groups? To what extent can the heritage field be taken as a vantage point for a society’s historical evolution?

The central idea of this symposium is to carry out an international comparison of vocabulary variants and local linguistic uses of “heritage”, both in the context of contact with international institutions and in the limited one of indigenous and customary uses. The symposium therefore proposes to take seriously the emic definitions and redefinitions of “indigenous terms” and to draw up a critical inventory of them, by going beyond the fiction of a continuous and globalized homogeneous “heritage” field. A comparative analysis and the confrontation of related concepts in the different local vocabularies would also make it possible to get the measure of the transactions, mutations, misunderstandings and transfers that may arise from the global contact initiated in cultural exchanges over the last two centuries.

In this perspective, four main fields of reflection seem to emerge:

1. The variability of “heritage” vocabularies and the social effects of this in different cultural, historical and political contexts. How should we today consider the originality of Western systems of preservation, transmission and archiving and those of “other” cultures?

2. The conceptual negotiations at stake in the adjustments of local terms on a regional, national or international level. How are these negotiations part of the public space of terminological requalification of “heritage” vocabularies and practices, sometimes embodied in the form of “heritage” specialists or collective organizations?

3. The transformations the artifacts go through in the translation and exchange processes. What material changes do heritagized objects and representations have to undergo in order to correspond to local and/or international criteria?

4. The variability of scientific uses of the term “heritage” in academic traditions and the repercussions of this in experts’ practices and in interdisciplinary dialogue.

The symposium is open to all researchers working on the political, cultural, historical and social uses of “heritage”, in a perspective of exchange and interdisciplinary comparison, and able to provide a detailed account of a specific geographical area in order to contribute an element to the group reflection. Working languages will be English, French and Portuguese.

Proposition (250 words, contact details, scientific affiliation and biographical note of 50 words) should be submitted before the 1st of June 2011 to lvh2012@uevora.pt. The results will be made public on the 1st of July 2011.

Keynote Speakers
Crispin Paine, University College London, Great-Britain
Ismail Ali Ahmed El-Fihail, Ministery of Culture, United Arab Emirates
Salia Malé, National Museum, Mali

Organisation committee
Julien Bondaz, Musée du Quai Branly, France
Sylvie Grenet, Ministery of Culture and Communication, France
Cyril Isnart, Cidehus-University of Évora, Portugal
Anais Leblon, University of Aix-Marseille I, France
Maria Cardeira da Silva, FCSH/ Lisbon New University, Portugal
Elsa Peralta, ISC-IL, Portugal
Regina Bendix, University of Gottingen, Germany
Pascale Maizi, Centre Nationale d’Etudes Agronomiques des Régions Chaudes, France

Fees
The price of 150 € includes 3 lunches, 3 dinners, 6 coffee breaks, the guided tour of the historical center of Evora (Unesco World Heritage), Wifi access and documentation. The registration will only be complete once we have received the full registration fee. Cancellation and reimbursement will be possible till 2 months before the congress.

Agenda
1st of June: Dead-line for the proposal
1st of July: List of accepted papers – Call for registration
1st of November: Dead-line registration
15 of November: Final program

More information lvh2012@uevora.pt or site of the congress

Posted in Conservation du patrimoine, Recherche | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Antropologia, Cinema e Sentidos – VI Encontros da Primavera de Miranda do Douro

Antropologia, Cinema e Sentidos

VI Encontros da Primavera de Miranda do Douro
13-15 Maio 2011

Noite dos Museus
14 Maio2011

Locais: Douro Internacional/Planalto Mirandês; Auditório do Pavilhão Multiusos; Museu da Terra de Miranda

Organização e apoios:

CETRAD, CRIA, Município de Miranda do Douro, Museu da Terra de Miranda

Programa

13 Maio – Sexta-feira – Museu da Terra de Miranda (Encontros Científicos CRIA)

As visibilidades do imaterial oua antropologia nos museus.

10h00: Jean-YvesDurand (CRIA-UM), Museu da Terra de Miranda

Apresentação do Seminário: Se a arte não reproduzo visível, mas torna visível, o que fazem a antropologia e os museus?

10h15: João Alpuim (Director do Museu do Traje de Viana do Castelo): Museu do Traje de Viana do Castelo: do folclore ao conhecimento do território

11h00: António Bárbolo (Ecomuseu Terra Mater, Picote): O Ecomuseu Terra Mater: acções, projectos e utopias

11h45: Ruth Domínguez Viñas (Conservadora do Museu Etnográfico de Castilla y Léon): Gestión museológica y técnicas museográficas del patrimonio inmaterial

13h00: Almoço

15h00: Celina Pinto (Museu da Terra de Miranda): O Património Cultural Imaterial: práticas museológicas, análise e perspectivas

15h45: Ana Maria Afonso (Directora do Museu Abade de Baçal): Documentação Referente ao Património Cultural Imaterial do Nordeste Transmontano: Sistematização e Inventariação

17h00: AntónioRoma (Fiscal de la Fiscalía de Santiago): A Protecção do Património Imaterial: a situação de Espanha,de Portugal e UNESCO

17h45: Visita ao Museu da Terra de Miranda na companhia de Benjamim Pereira (a confirmar)

18h30: Caminhada/passeioa São João das Arribas com jantar ao relento e surpresa

14 Maio – Sábado – Auditório Pavilhão Multiusos de Miranda do Douro
Cinema Documentário

10h00: Festa,Filme e Identidade em Grijóde Parada, Bruno Grilo, 34’, 2010

11h00: Estado de Excepção, RicardoSeiça Salgado, 85’, 2011

13h00: Almoço

15h00: Capa de Índio, Vários,24’, 2010

16h30: People &Pastéis, Mariana Pote e Frerk Froböse, 45’, 2010, com os realizadores

17h30: Birds Way, Klára Trencsényi e Vlad Naumescu, 56’, 2009 (legendas em inglês).

19h00: Jantar

Noite dos Museus: Museus e memória, Museu da Terra de Miranda

21h00: Inauguração Exposição fotografia Fridged – Reflexos da Alma?, Pedro Matos Soares

22h00: Cinema ao luar, Praça D. João III:

Fénos Burros, João Pedro Marnoto, 35’, 2011 (com o realizador)

Festival dos Rapazes, Pierre Primetens, 56’, 2010

15 Maio – Domingo – Planalto Mirandês

10h00 – Passeio c/almoço campestre pelo Planalto Mirandês, passeio de barco ou passeio de burro

Inscrições para alojamento: CRIA (cria@cria.org.pt) até 12 Maio

Viagem: por razão de custos, sugerimos a organização em grupos de 4 (se com automóvel próprio): 30 euros (ida e volta/pessoa); autocarro– ida e volta=30 euros

Alojamento gratuito até 30 pessoas– Centro de Alojamento do Barrocal

Posted in Conservation du patrimoine, Recherche | Tagged , , , | Leave a comment

Sound, space and memory: ways of emotionalizing and instrumentalizing sound

During the 10th Sief Congress to be held in Lisbon, Portugal, Cyril Isnart (CIDEHUS-Universidade de Evora) and Eckehard Pistrick (Martin-Luther-University Halle/Université Paris-Ouest Nanterre)  are directing a panel called “Sound, space and memory: ways of emotionalizing and instrumentalizing sound”.

19 Apr, 2011 at 11:30-18:00
Faculty of Social and Human Sciences of the Universidade Nova de Lisboa, Av. de Berna 26, Lisbon

Argument

Sound and space have been considered as two distinct phenomena, visual and aural, to be studied by different disciplines: (ethno)musicology and geography. But the anthropology of space, the anthropology of senses (Turner) and performance studies (Schiefflin, Marshall) have shown how music links with space and memory. Every experience of space is at the same time a visual, acoustic and memory experience. Places possess a particular soundscape (Murray Schafer, Feld, Scaldaferri) linked to the process of recollecting and learning the traces of the past.

In times of musical globalization and musical hybridization, music detaches itself from its space of origin and tends to exist as a non-spatial and non-identifiable object. On the other hand, sound becomes appropriated by space influenced by local discourses, nationalist rhetorics or heritage politics. Space is considered in these terms as the mythical origin of musical expressions.

In the last decades, human migrations have profoundly remodeled the relation between music and space. As a result, an increased role was attributed to aural memory for remembering places, involving particular emotions. In these terms, memory stimulates a widespread nostalgia for the sounds and spaces of origin.

The panel aims to highlight the connections between sound and space, in local emic terms and as an etic concept of cultural politics. How can ‘local sounds’ be understood in a globalized world? What role do memory processes play in linking space and sounds? In what sense does the aural compliment the visual in performance? In what respect can music as a symbol evoke a ‘lost space’?

Program

Silence habité: constructions sonores de la spatialité dans la clôture
Francesca Sbardella (Università di Bologna)

Building the hero: from ritual mourning to mp3 among the Armenian Yezidis
Estelle Amy de la Bretèque (Instituto de etnomusicologia (INET-MD/UNL)

Sound, space, and dance in the local “panigyria” in Greece: the co-relation of sound, space and dance in the local “panigyria” in Northwestern Greece, their dynamics and their social implications
Athena Katsanevaki (University of Macedonia)

Sounds like history: maritime heritage soundscapes and the appropration of the past
Johannes Mueske (University of Zurich) and Thomas Hengartner (University of Zurich)

Embodied imagination: understanding place through sound and movement
Eva Rodriguez Riestra (University of NSW)

Synchronization of images and music realised by Leoš Janáček in Moravia in 1906 in the context of documentation of the traditional Whitsuntide ritual “The Little Queens“
Jarmila Procházková (Institute of Ethnology, Czech Academy of Sciences)

Eastern dreams and sonic utopias: the amplified worlds of Romanian manele
Victor A. Stoichita (Instituto de etnomusicologia (INET-MD/UNL)

Linking spaces with sound
Olivier Feraud (LAU/IIAC/CNRS/EHESS)  

“Die besten falschen Russen”: Exploring music and memory in the Russenpartyszene in Berlin
Tirza de Fockert (University of Amsterdam)

L’église, écrin de sonorités et de mémoires musicales: un espace en redéfinition
Josee laplace (UQAM)

More details

Posted in Recherche | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Açores paisagem sonora

AÇORES PAISAGEM SONORA é um projecto da MaLa Cooperativa Cultural, realizado por Josep Cerdà do Laboratório de Arte Sonoro da Universidade de Barcelona, Departamento de Escultura, Faculdade de Belas Artes, grupo de pesquisa: “Barcelona, Recerca, Art i Creació ” BR: :AC / Agaur. Colaboração na gravação: Vicent Matamoros (UB).

Este projecto arrancou com a realização do Atelier de Paisagem Sonora, organizado pela referida cooperativa no âmbito do projecto Azores Combo (gerido por André Santos e Jorge Soares) e em colaboração com a Universidade dos Açores. O atelier foi coordenado por Montse Ciges, da MaLA- Cooperativa Cultural. O atelier teve lugar na referida Universidade entre os dias 27 e 29 de Outubro de 2010.

O projecto, tem a finalidade de realizar arquivos sonoros que recolham o património cultural imaterial sonoro mediante o seu registo e posterior catalogação científica.

A gravação sistemática de sons de um determinado ambiente natural ou cultural visa a construção de arquivos documentais das paisagens sonoras que permitam não só identificar os seus componentes, mas também possibilitar a sua preservação, estudo e posterior difusão.

Este trabalho é realizado a partir das directrizes da Convenção para a Salvaguarda do Património Cultural Imaterial (UNESCO, 2003)

Posted in Conservation du patrimoine | Tagged , , | Leave a comment