Archives du mot-clé Tage

Au-delà du fado. Le PCI revendiqué par une institution régionale portugaise

Publico, un quotidien de diffusion nationale au Portugal, a publié le 11 octobre dernier un article à propos de la prise de position du directeur de la culture de la région de Lisbonne. Suite à l’inscription du tango sur la liste du PCI, le Portugal croit aujourd’hui possible le même succès à la forme nationale de chanson, le fado.

Cet article montre cependant combien le PCI est une notion qui fait son chemin chez les professionnels de la culture et qui tend, de manière tentaculaire, à recouvrir un ensemble d’expressions culturelles locales. Le responsable régional appelle l’Etat et les collectivités locales à prendre en charge, non seulement des éléments très connus de la culture portugaise, mais également l’ensemble des manifestations que la définition du PCI permettrait de reconnaître. Si les éléments cités ne sont pas absurdes lorsqu’on les compare avec les items des listes du PCI de l’Unesco (chants, rituels de Carnaval, fêtes religieuses, savoir des pêcheurs fluviaux, jeux taurins), les critères de sélection en revanche mériteraient d’être questionnés.

En dehors de l’opposition entre le local et le national et des jeux d’échelles de la décision politique qui sont flagrants à la lecture, ce texte constitue également une sorte d’appel revanchard de l’ethnologie à prétendre au titre de patrimoine et à sortir des universités et des musées spécialisés. En matière de « patrimoine ethnologique », le cas de la France est assez isolé et l’on mesure à travers l’article du Publico, combien l’enjeu d’une nouvelle institutionalisation des domaines de compétence de l’ethnologie (qui sont souvent confondus, voir fondus avec le PCI) est prégnant au Portugal.

On lira également à ce propos le récent article du directeur de l’Institut du PCI portugais, Paolo Ferreira da Costa (Drawing-up a nation-wide inventory of intangible heritage in Portugal in International Journal of Intangible Heritage, 4, 2009, 138-142), qui semble mettre à contribution l’ethnologie universitaire pour établir les inventaires, en soulignant le rôle central que les institutions de recherche et d’enseignement ont joué depuis une trentaine d’années dans le champ de la documentation et de l’étude du PCI. Mais c’est évidement a posteriori, et de manière anachronique, que l’on peut attribuer ce rôle aux universitaires. D’ailleurs, personne ne s’y trompe lorsque la question de l’équivalence entre PCI et savoir ethnologique se pose du point de vue des chercheurs. « L’ethnologie est-elle soluble dans le PCI ? » constitue sans doute aujourd’hui l’une des questions majeures des études sur le patrimoine immatériel…

Voici la traduction intégrale de l’article paru dans Publico :

Au-delà du fado, comment pouvons-nous protéger notre patrimoine immatériel?

« C’est une bonne chose qu’un dossier de candidature soit en préparation pour l’inscription du fado au Patrimoine Immatériel de l’Humanité, qui devrait être soumis l’année prochaine à l’Unesco. Mais c’est le signe que nous devons également parier plus fermement sur la protection du patrimoine immatériel au Portugal« , affirme Luis Marques, directeur régional de la Culture de Lisbonne et de la vallée du Tage. « C’est, argumente-t-il, un institut tel que celui qui est dédié au patrimoine bâti qui doit être créé. »

« Il existe dans le pays une série de manifestations et de pratiques culturelles – qui vont des chants de travail aux processions, des formules magiques aux cantos de desafio – qui méritent d’être inventoriées« , ajoute-t-il.

Ce travail a déjà débuté dans le cadre du Département du Patrimoine Immatériel de l’Institut des Musées et de la Conservation (à qui Publico a adressé une série de questions auxquelles nous n’avons obtenu aucune réponse au moment d’imprimer cette édition), mais également par la Direction Régional de la Culture de Lisbonne et de la Vallée du Tage (DRCLVT).

Ce que défend Luis Marques, anthropologue et spécialiste en patrimoine immatériel, c’est que le Portugal a besoin de faire plus. La candidature du fado, lancée par la Mairie de Lisbonne et le Musée du Fado et supervisée par le musicologue Rui Vieira Nery « donne toutes les garanties« . Mais il y a « d’autres expressions culturelles qui peuvent être en péril, sujettes à d’éventuelles attaques ou à l’oubli« .

Il est important  « que nous ne nous en tenions pas à quelques expressions de renommée internationale« . La candidature du fado au titre de Patrimoine Immatériel de l’Humanité est revenu dans l’actualité de cette semaine, lorsque l’Unesco a reconnu le tango, après une candidature portée par l’Argentine et l’Uruguay. L’ambassadeur de l’Unesco au Portugal, Manuel Maria Carrilho, a déclaré que la candidature du fado sera présentée début 2010 , ce qui permettra son classement l’année suivante.

Un des objectifs de ce type de classement est de garantir la protection de pratiques qui risquent de disparaitre (ce qui n’est ni le cas du fado, ni celui du tango). Luis Marques se préoccupe en fait de traditions plus vulnérables. « Il est aujourd’hui nécessaire d’enregistrer et de documenter » et d’obtenir un appui politique franc à ce sujet. Ainsi, le directeur de la DRCLVT propose que le patrimoine immatériel acquiert la même importance que celle du patrimoine matériel, par la création d’un institut qui lui soit propre.

Etant donné que la Convention pour la Sauvagarde du Patrimone Culturel Immatériel est entrée en vigueur au Portugal en août 2008, et qu’il existe déjà un régime juridique pour la protection de ce type de patrimoine, il faut maintenant mettre en place les outils et les procédures, ajoute l’anthropologue.

Dans l’enquête qu’elle réalise, la DRCLVT tente d’identifier les différentes routes du patrimoine immatériel dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage, qui se divise en cinq sous-régions : zone littorale (Peniche, Nazaré, Sintra, etc.), aire métropolitaine de Lisbonne, Leziria do Tejo, Moyen Tage et province de Setubal.

Il est possible, par exemple, de mettre en place une route des Chemins du Sacré, à travers une série de sanctuaires (parfois un simple rocher ou une falaise) liés à des miracles ou des apparitions, ou une route des processions navales, quand les barques décorées sortent en mer pour implorer la protection des marins, ou localiser les lieux où existent les chants des « Janeiras » ou des Rois, les enterrements et bûchers des mannequins de Carnaval, les fêtes du Jeudi de l’Epine (jeudi de l’Ascension). Ou encore, par exemple, toutes les traditions liées aux pêcheurs du Tage ou à la culture du taureau dans le Ribatejo.

Par Alexandra Prado Coelho