Archives pour la catégorie Presse

De quoi le PCI est-il fait à Perpignan?

sang

Le média en ligne La Clau (la clé en catalan), qui est spécialisé dans la diffusion d’informations et d’opinions souvent tranchées sur la Catalogne (du Nord et du Sud, de la France et de l’Espagne), a annoncé, le 12 avril 2009, que la fameuse procession du Vendredi saint de Perpignan, organisée et exécutée par l’Archiconfrérie du Sang du Christ était « candidate à rejoindre la liste des 10 trésors du patrimoine culturel immatériel de Catalogne et d’Andorre ». Continuer la lecture de De quoi le PCI est-il fait à Perpignan? 

De la diversité sans contrainte du patrimoine culturel immatériel

diversite-et-contraintes

La notion de patrimoine culturel immatériel possède une aura dont on remarque facilement la diffusion auprès des décideurs du monde de la culture, à l’échelon des nations ou des collectivités régionales. On éprouve plus de mal cependant à cerner les frontières concrètes de son application. La convention de l’Unesco énonce pourtant une courte liste des objets qui sont susceptibles d’être inscrits sur la liste représentative internationale (art. 2) : Continuer la lecture de De la diversité sans contrainte du patrimoine culturel immatériel 

Comment les normes de sécurité de l’UE auraient pu éteindre les feux du patrimoine immatériel

ber6

Les fêtes de la Fête-Dieu dans la région de Barcelone comptent l’une d’entre elles comme patrimoine culturel immatériel depuis 2005. Il s’agit de la Patum de Berga, un système festif et rituel complexe, mêlant géants processionnels, musique, défilés, turcs et chevaux-jupons, démons et feux d’artifice. Un article récent du Guardian rapporte que le gouvernement espagnol, conscient de l’importance des éléments pyrotechniques dans les fêtes, patrimonialisées ou non, a décidé de passer outre les réglementations de sécurité édictées par l’Union Européenne. Continuer la lecture de Comment les normes de sécurité de l’UE auraient pu éteindre les feux du patrimoine immatériel 

Les langues maternelles et le PCI

posterimld2009Le 21 février a été marqué par la célébration de la journée internationale des langues maternelles et clôt également l’année internationale des langues. Les réalisations des travaux de l’Unesco en faveur des langues en voie de disparition sont synthétisées dans un Atlas des langues en péril dans le monde qui dénombre et classe les langues parlées sur la surface de la terre selon leur degré de dégradation (dont 538 en grave danger, 502 sérieusement en danger, 632 en danger certain et 607 qui risquent de disparaître). L’enjeu de l’action de l’Unesco est encore une fois de souligner la fragilité des biens et des savoirs culturels et de développer une conscience active de leur nécessaire sauvegarde. Continuer la lecture de Les langues maternelles et le PCI 

Une médiation culturelle pour le patrimoine africain

Le monde africain constitue un des laboratoires les plus bouillonants de l’expérimentation du PCI. Une grande exposition sur le patrimoine et l’artisanat est organisée dans le cadre du 2ème festival culturel panafricain à Alger à partir du 5 juillet 2009. Continuer la lecture de Une médiation culturelle pour le patrimoine africain 

Le PCI et les festivals

A l’occasion du 3e festival arabo-africain qui s’est tenu à Tizi-Ouzou en novembre dernier, Yahia N’Doye, conseiller technique au ministère de la Culture du Sénégal, a prononcé une conférence où il plaidait pour une valorisation du « folklore » comme PCI par l’intermédiaire des festivals :  « Les festivals, nouveaux espaces de découverte, de diffusion et de conservation du patrimoine culturel immatérielle de l’espace arabo-africain ».  Si les journaux algériens El Watan et L’Expression ont rendu compte succinctement de cette prise de position, on voit se déployer une définition et une interprétation du PCI qui restent dépendantes de catégories anciennes et floues, mais laissant le PCI toujours (et d’autant plus) maléable par les acteurs!

L'Etat-Nation en Afrique, les régionalismes et l'Unesco…

Le site de la République togolaise publie un court entretien avec le ministre de la culture et de la communication, Oulégoh Kéhéwa. Il fait le point sur les attentes de la signature de la convention avec l’Unesco et dévoile quelques unes des motivations qui ont incité le gouvernement à ratifier la convention. Continuer la lecture de L'Etat-Nation en Afrique, les régionalismes et l'Unesco…