Les jeux ruraux de Djibouti vs Playstation

L’article de La Nation, un journal en ligne de Djibouti, fait le point sur le programme de sauvegarde et de valorisation des jeux « traditionnels » djiboutiens.

Le programme d’inventaire, d’étude et de diffusion d’un ensemble de jeux ruraux « traditionnels » a été lancé en 2007 par une association nationale. Mettant en avant la double menace de la globalisation culturelle des jeunes et l’exode rural qui tend à laisser disparaître les jeux ruraux, l’association a reçu l’aide de l’Unesco et commandé une recherche universitaire pour dresser un inventaire des jeux à l’échelle nationale. Dans un second temps, les règles ont été unifiées, des plateaux de jeux fabriqués et distribués dans cinq établissements scolaires urbains et un tournoi national a rassemblé 250 joueurs. Des porteurs de traditions, nommés dans l’article, des « maîtres », ont été identifiés. La principale motivation des porteurs du projet semble résider dans la sauvegarde des jeux des « ancêtres » ruraux qui ont participé à la création de la culture djiboutienne et au développement cognitif de plusieurs générations. La diffusion de ces savoirs ludiques en voie de disparition permettra donc de sauvegarder in fine l’identité culturelle nationale, que les jeunes seraient en train de perdre à travers leurs usages des consoles de jeux et des standards internationaux de l’entertainement. Mais le projet de sauvegarde, qui a pris une ampleur institutionnelle certaine, s’élargit à une dimension régionale, les responsables de l’association déclarent rechercher aujourd’hui les formes similaires de jeux que l’on rencontre dans la corne de l’Afrique.

La patrimonialisation de la ruralité, présentée comme un réservoir de tous les ancêtres, de tous les savoirs en voie de disparition et de toutes les nostalgies nationales, reste un support de lutte contre la modernité uniformatrice mais devient aussi une voie de salvation de la jeunesse du pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.