Le PCI religieux du Québec. Un regard français

La revue en ligne In situ que publie le service de l’Inventaire du Ministère de la culture français a récemment mis en ligne le numéro 11 sur le patrimoine religieux. Parmi les contributions, essentiellement consacrées aux problèmes techniques et aux questions particulières que pose ce type de patrimoine (qui est sans doute le plus important patrimoine français numériquement comme symboliquement), un texte rend compte d’une mission au Québec de Sylvie Grenet, chargée de mission auprès de la Mission à l’ethnologie du Ministère, pour observer la manière dont ce pays, qui n’a pas ratifié la convention de 2003, prend en charge le concept et les objets du patrimoine culturel immatériel religieux.

La religion catholique a dominé l’histoire politique et culturelle de la Province québécoise. Mais sa perte de vitesse s’est accrue ces dernières décennies alors que s’affirment d’autres confessions (autochtones, juives ou musulmanes). La religion au Québec apparaît alors comme l’une des arènes politiques des plus sensibles. Sylvie Grenet rappelle à ce titre la polémique sur la légitimité de la présence d’un crucifix dans l’enceinte du parlement (est-ce un symbole de l’influence religieuse sur le pouvoir politique ou un signe patrimonial et identitaire du peuple ?) et la technique de résolution de conflits collectifs dénommée « accommodement raisonnable », assouplissant des mesures légales potentiellement discriminatoires.

Or, comme tout patrimoine, c’est en premier lieu celui qui risque de se perdre le plus rapidement, le domaine catholique, qui a été pris d’assaut, puisque, faute de pratiquants et de vocations, les couvents, les églises et les bâtiments religieux sont abandonnés ou changent radicalement de destination. Les architectes canadiens avaient déjà depuis longtemps repéré l’urgence de la patrimonialisation des édifices religieux, mais c’est un programme novateur qu’a conduit Laurier Turgeon en 2008, professeur à l’Université Laval : procéder à un inventaire exploratoire du patrimoine culturel immatériel religieux du Québec.

Résolument tourné vers des pratiques du passé ou en voie de disparition, l’inventaire du PCI religieux du Québec est essentiellement considéré comme une archive des pratiques religieuses locales dont les derniers acteurs sont aujourd’hui encore en vie. Cet inventaire constitue ainsi un témoignage de la vie religieuse, mais surtout, selon ses concepteurs, de la culture québécoise en général. De la religion comme culture en définitive. Il n’y a rien de plus conforme à la conception ordinaire du patrimoine que de vouloir enregistrer et archiver les traces du passé, fût-il religieux, pour en faire un emblème de la culture locale. Mais, remarque S. Grenet, rien de plus éloigné de l’esprit de la convention de 2003, qui privilégie les activités et productions culturelles vivantes sans rupture d’une génération à l’autre.

La fabrique du PCI religieux du Québec – telle que l’on peut la percevoir dans le rapport universitaire issu de l’inventaire – n’est pas pour autant une entreprise aveugle et ignorante des critères de sélection patrimoniale. S’il s’agit bien d’une commande de l’Etat, une approche réflexive sur la production patrimoniale et sur les effets de l’inventaire sur la conscience patrimoniale n’en est pas moins présente. Ainsi, dans le processus d’inventaire, existe une prise en compte de la diversité des groupes religieux (christianisme, islam, judaïsme et religions autochtones) et  une réflexion sur les critères de sélection des objets qui méritent une patrimonialisation. Et au-delà de l’élaboration des grilles de sélection, les techniques pratiques d’inventaire mises en place pour ce travail constituent une machinerie complexe dont le rapport cité par S. Grenet nous permet de saisir quelques mécanismes de fonctionnement.

La question très pragmatique de savoir comment un objet devient du PCI au Québec, question qui reste parfois si obscure dans d’autres contextes, est bien explicitée : il s’agit de faire produire par les acteurs du culte des « récits de lieux, d’objets, de pratiques et de vie » qui permettent l’énonciation, le traitement, le référencement et la sauvegarde des informations patrimoniales. Cette technique de collecte orale d’informations sur le patrimoine répond en fait à la question de savoir comment l’on peut matérialiser l’immatériel ; mais également comment l’on peut transformer une expérience rituelle ou un parcours de vie en artefact patrimonial, que l’institution de conservation peut archiver, documenter, montrer et publier. Comme le souligne S. Grenet en tant qu’acteur du système institutionnel, s’il s’agit bien d’un processus de patrimonialisation de savoirs, de pratiques ou de textes, le problème reste d’évaluer dans quelles conditions les choix d’objets répondent encore à la définition du patrimoine culturel immatériel selon l’Unesco.

Quoi qu’il en soit, le texte de S. Grenet met bien au jour, grâce à un léger décentrement atlantique, un usage singulier du patrimoine culturel immatériel, bien qu’institutionnel et légitimé par plusieurs Conseils et Hautes Assemblées. La version québécoise de l’inventaire du PCI assume ses choix et défriche un chemin dans la jungle contemporaine des usages très différenciés du PCI que presque tous les pays du monde tentent d’explorer et d’exploiter.

Mais, même s’ils sont les inventeurs du principe, les canadiens français ne sont pas les seuls à ainsi « accommoder plus ou moins raisonnablement » le PCI !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.