Le PCI et les festivals

A l’occasion du 3e festival arabo-africain qui s’est tenu à Tizi-Ouzou en novembre dernier, Yahia N’Doye, conseiller technique au ministère de la Culture du Sénégal, a prononcé une conférence où il plaidait pour une valorisation du “folklore” comme PCI par l’intermédiaire des festivals :  « Les festivals, nouveaux espaces de découverte, de diffusion et de conservation du patrimoine culturel immatérielle de l’espace arabo-africain ».  Si les journaux algériens El Watan et L’Expression ont rendu compte succinctement de cette prise de position, on voit se déployer une définition et une interprétation du PCI qui restent dépendantes de catégories anciennes et floues, mais laissant le PCI toujours (et d’autant plus) maléable par les acteurs!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.