L'Etat-Nation en Afrique, les régionalismes et l'Unesco…

Le site de la République togolaise publie un court entretien avec le ministre de la culture et de la communication, Oulégoh Kéhéwa. Il fait le point sur les attentes de la signature de la convention avec l’Unesco et dévoile quelques unes des motivations qui ont incité le gouvernement à ratifier la convention. Au-delà de la disparition des danses et de la littérature orale, les langues locales semblent être les principales victimes de l’uniformisation culturelle. Et ce d’autant plus que les frontières de l’Etat ne recouvrent que partiellement les frontières linguistiques ou les nient explicitement. Le ministre souligne la nécessité de terminer l’inventaire, débuté en 1994, pour pouvoir lancer de réelles entreprises de sauvegarde et de valorisation, notamment envers les jeunes qui ne connaissent plus rien de leur « culture ».

Si l’on sent bien derrière ce discours la sincérité de la bonne volonté nécessaire à un processus de sauvegarde, plusieurs contradictions ou difficultés sont bien lisibles dans ce court texte. Evidemment, les éléments pris en compte au titre du patrimoine immatériel ne le sont  que comme traces en voie de disparition. La perte durable, selon l’expression de Gaetano Ciarcia, est aujourd’hui un lieu commun de la fabrication patrimoniale, et le Togo n’est pas un cas isolé. Mais ce sont les cultures locales togolaises qui auraient pour fonction de contrebalancer la culture transnationale submergeante. Le passage du pluriel des « cultures locales » au singulier de la « culture nationale » n’est pas sans poser quelques problèmes logiques. Comment choisir des éléments culturels disparates pour représenter et former une culture nationale? Dans sa conception même, la convention du PCI touche aux cultures locales par l’intermédiaire de l’Etat-Nation, qui in fine sélectionne les emblêmes patrimoniaux qui donnent sens à l’Etat en tant qu’entité. Mais où est donc le Togo, qui se définit plus par la diversité de ses « cultures locales » et sa pregance à la culture transnationale. Jouerait-il sa diversité interne contre la « monoculture »? Voici une nouvelle illustration des difficiles négociations entre identités locales (ou minoritaires, régionales, résistantes…), l’Etat et l’Unesco…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.