Une médiation culturelle pour le patrimoine africain

Le monde africain constitue un des laboratoires les plus bouillonants de l’expérimentation du PCI. Une grande exposition sur le patrimoine et l’artisanat est organisée dans le cadre du 2ème festival culturel panafricain à Alger à partir du 5 juillet 2009. A cette occasion, une conférence de presse réunissant des « experts du patrimoine » avait pour but de justifier le travail culturel et scientifique autour du patrimoine de cette région du monde. Dans le compte-rendu qui en est donné dans un article en ligne de lexpressiondz.com, les conceptions du patrimoine sont exposées par le directeur du Centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique d’Alger (Cnrpah).
Les arguments reprennent la Convention sur le PCI de l’Unesco, sans la citer explicitement, mais dont sont tirés l’essentiel de la définition du patrimoine : « (le) patrimoine vivant, dit immatériel, donne à chacun de ceux qui en sont les dépositaires un sentiment d’identité et de continuité, tant il se l’approprie et le recrée constamment». Le texte de la convention de l’ONG mondiale rappelle :  « Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. »
Il s’agit là d’une rhétorique classique des prometteurs de la mise en patrimoine des cultures locales, qui reprennent à leur compte des dispositions internationales en les appliquant à des matériaux sociaux (art, artisanat, rituel, langue, etc.) dont on estime la sauvegarde nécessaire. Et la liste des objets patrimoniaux mis en exposition pendant le festival touchera l’ensemble du continent africain et comptera les chefs d’oeuvres inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.
La nouveauté de ce discours patrimonial ne tient donc pas tant dans l’usage des valeurs et des conceptions de la convention de l’Unesco, que dans le rôle central qui sera dévolu à la mise en exposition. Le directeur du Cnrpah semble considérer la muséographie comme une des clés de la réussite de la vulgarisation, de la promotion et de la diffusion du patrimoine. Pourtant, avoue-t-il, la muséographie est relativement désarmée devant la complexité d’un objet patrimonial immatériel et l’usage de la vidéo constitue une modalité de mise en exposition qui permet de rendre visible un contexte que l’objet matériel ou le texte ne rendraient pas aussi facilement accessible.
Mais le sens et les conséquences de cette démarche de médiation sont alors peut-être modifiés, puisque les derniers mots du directeur du Cnrpah semblent autant impliquer les visiteurs dans une démarche d’apprentissage de connaissances que les inviter à une rencontre personnelle sur le thème de l’exotisme : « (la vidéo) permet de restituer le contexte des chefs-d’oeuvre en interaction avec le visiteur. C’est une invitation au voyage pour la connaissance du patrimoine immatériel. » Certes, ce positionnement de médiation culturelle est une réponse concrète au défi auquel les promoteurs de PCI sont confrontés. Si les démarches d’inventaire et de validation entrent aujourd’hui dans une phase de routinisation (sans cesser de poser encore des questions méthodologiques et éthiques), quelles sont les voies à suivre en matière de transmission du PCI ?
Cette question inclut (et dépasse de loin) celle de l’appropriation du patrimoine, car elle met en jeu des valeurs, des représentations et des dynamiques locales et internationales qui débouchent sur des problèmes de politique internationale – pourquoi une exposition du PCI panafricain en Algérie ? – et des questionnements sur les pratiques de médiation culturelle – pourquoi une exposition plutôt qu’une intervention en milieu scolaire ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *