Archives du mot-clé Web 2.0

Le PCI sur Facebook

Depuis quelques semaines, Facebook accueille une page du département du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco : https://www.facebook.com/pages/Intangible-cultural-heritage-and-civil-society/123664631007622.

« Cette page communautaire, créée par la Section du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, est une plateforme ouverte où les communautés, organisations, institutions et individus intéressés par la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) peuvent partager des informations. »

Il est encore tôt pour évaluer les usages que les « communautés » vont pouvoir faire de ce nouvel outil relationnel mis à leur disposition, mais il semble que deux remarques peuvent être formulées d’emblée. D’une part, on comprend parfaitement que le département ait choisi de fabriquer un outil de communication destiné aux « communautés », puisque le mouvement patrimonial que la convention de 2003 souhaite développer doit partir des communautés. Mais d’autre part, les premiers commentaires ont majoritairement été rédigés par des experts et des chercheurs.

A suivre…

Le web peut-il remplacer l’inventaire ?

La région de la Galice espagnole et l’Ecosse ont choisi de construire deux sites Internet afin de répondre à une injonction de l’Unesco. L’Ong demande aux nations d’établir un inventaire de leur PCI national, préalablement aux propositions de candidature pour l’inscription sur les listes représentative ou de sauvegarde. On comprend facilement que le médium électronique, à la fois ouvert et libre tel qu’il se présente sous le label du Web 2.0, permette de diffuser et de rendre accessible, voir collaboratif, le travail d’inventaire. La clause de la participation des « communautés » que l’Unesco promeut dans la convention de 2003 trouve à travers l’outil électronique une réponse sans doute bien adaptée.
Mais dans une perspective d’analyse pragmatique de la patrimonialisation, le médium Internet pose toutefois un certain nombre de questions. Le modèle de patrimonialisation le plus courant – qui est d’ailleurs promu par l’Unesco – demeure celui de l’inventaire, dont les principes et les applications ont été développés par l’administration française. L’Inventaire consiste essentiellement dans le repérage et l’étude des éléments du réel qui méritent, à des titres divers, que la nation les considère comme représentatifs du patrimoine collectif. Cette procédure de listage et d’étude entraîne de nombreuses conséquences, matérielles et symboliques, dont la plus importante est sans doute l’effet de clôture que produit l’inscription sur la liste. Comme le fait remarquer Kirchenblatt-Gimblett (2004), si l’inscription fait sortir un objet culturel (au sens anthropologique) de la banalité et de l’ordinaire, c’est pour le confronter et le comparer aux autres éléments culturels (au sens administratif) qui constituent la liste. Dès lors, le problème qui se pose n’est pas tant celui des objets choisis mais plutôt celui des critères et des valeurs qui président à la sélection, dont on ne peut pas douter qu’ils soient à la fois contraints par les directives pratiques et symboliques de l’Unesco (ce que Smith appelle the Authorized Heritage Discourse 2006), par les conceptions nationales et indigènes du patrimoine et par les techniques de mise en liste déjà éprouvées. L’enquête qui s’ouvre alors devra travailler sur l’hypothèse selon laquelle le réseau de significations, de valeurs et de pratiques à l’oeuvre dans les processus électroniques de patrimonialisation est un nouvel hybride, qui apparaîtra sans doute dans un premier temps comme monstrueux, se nourrissant des méthodes classiques de l’inventaire et des usages sociaux et collaboratifs du Web 2.0, et dont les analystes devront inventer les nouveaux outils d’étude.

Kirshenblatt-Gimblett B. 2004, « Intangible heritage as metacultural production », Museum International, 56 (1-2), 52-64.
Smith L. 2006, Uses of heritage, London, Routledge.