Archives du mot-clé pci

Prise de position du CIRIEF sur le PCI et la FAMDT

Centre International de
Recherches Interdisciplinaires
en Ethnomusicologie de la France

C/O Luc CHARLES-DOMINIQUE
UFR LASH – Université de Nice Sophia Antipolis
98 BD Edouard Herriot – 06204 NICE cedex 3

La FAMDT, Fédération à laquelle le CIRIEF a souhaité adhérer dès sa création en 2007, a décidé de s’engager, depuis, dans le processus du Patrimoine culturel immatériel (PCI), au point que ce dernier est devenu, selon l’expression du Président de cette fédération, la « pierre angulaire du projet “FAMDT 2009-2014 : un projet pour 5 ans” » (courriel en date du 22 octobre 2010). Dans ce courrier, il est même envisagé la perspective suivante : « Et si le PCI devenait le référent commun des Centres de musiques traditionnelles en région ? » Le CIRIEF, en tant que membre de la FAMDT et de surcroît administrateur de cette fédération, s’est trouvé interpellé, comme tous les adhérents, par cette question. Lors de son Conseil d’Administration et de son Assemblée générale du 18 décembre 2010, il a défini et adopté, à la majorité, la position suivante.
Le CIRIEF, en tant que société savante, est fortement interpellé par le processus du PCI qui, au-delà de l’intérêt que ce dernier porte à l’étude d’un certain type de faits culturels et de la reconnaissance qu’il témoigne à l’égard de cette recherche par d’éventuelles mesures permettant le traitement scientifique, la conservation et la diffusion de la documentation produite, se manifeste par un dispositif d’inscription qui demeure, aux yeux de la majorité des membres du CIRIEF, extrêmement problématique.
En effet, inscrire un fait culturel (musical et/ou chorégraphique) au PCI, c’est le sélectionner au détriment de tous les autres, c’est lui fabriquer une dimension emblématique qu’il ne possède pas nécessairement, c’est l’essentialiser à la fois dans un territoire et dans une « culture », c’est instaurer un processus de compétition, de mise en concurrence, de « protection », d’exacerbation des identités individuelles et collectives, de muséification et de réification des cultures dues à une institutionnalisation excessive et sclérosante… En tout cas, le danger est bien là, sur lequel tous les historiens, sociologues, ethnologues et anthropologues tentent d’alerter les acteurs de cette patrimonialisation, tant individuels et associatifs qu’institutionnels, depuis une bonne vingtaine d’années, mais plus encore depuis 2003, année de l’adoption par l’Unesco de sa convention pour le PCI.
C’est la raison pour laquelle, le CIRIEF, en tant que société, ne souhaite pas devenir acteur de cette patrimonialisation, dans l’acception suggérée par la FAMDT, même si la liberté est laissée à ses membres, de s’engager, à d’autres titres que celui du CIRIEF, dans de tels processus.
Néanmoins, cette patrimonialisation de « l’immatériel », dans sa dimension universelle, conquérante et exponentielle, n’est pas sans poser un certain nombre de questions, auxquelles le CIRIEF ne peut rester insensible. En effet, la vision générale du « tout patrimonial » pose des questions de fond quant au devenir de nos sociétés, à la représentation qu’elles ont d’elles-mêmes, aux tentations de repli et de nouvelles formes de protectionnisme sous-jacentes ; plus spécifiquement, concernant les musiques et danses traditionnelles, ce récent ralliement au PCI semble relever d’une tentative de reconstruction et de redéfinition de leur action et de leur mouvement, d’une stratégie de repositionnement identitaire et témoigne de l’émergence de nouvelles modalités de production du patrimoine. C’est en ce sens que cette patrimonialisation interpelle l’anthropologie politique, dans un perspective synchronique et diachronique de l’étude du mouvement revivaliste français des musiques et danses traditionnelles.
Cette clarification de la position du CIRIEF est proposée ici sans aucun esprit polémique. Il ne s’agit pas de dénoncer ni de condamner des initiatives, des structures ou des individus pour lesquels le CIRIEF a la plus grande considération. Il ne s’agit pas non plus, pour le CIRIEF, de s’exclure d’un débat en plein devenir ni de refuser d’apporter sa contribution scientifique si celle-ci est sollicitée, par exemple au titre – éventuel – de l’expertise. Mais, s’il se sent concerné par ce phénomène dont l’accroissement est exponentiel, le CIRIEF ne souhaite ni en être acteur, ni contribuer à son expansion.

Paris, le 18 décembre 2010.