Archives du mot-clé Patrimoine culturel immatériel

Publication: Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie

Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie
Édité par Chiara Bortolotto
Avec Annick Arnaud, Sylvie Grenet
Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris
ISBN-10 2-7351-1417-1
ISBN-13 978-2-7351-1417-7
http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100905770&fa=description

Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? Pourquoi inventer une nouvelle catégorie de patrimoine dans un monde déjà obsédé par la conservation des traces du passé ? Peut-on protéger des expressions culturelles vivantes sans les figer ? À qui revient la charge de le faire ? À qui appartient ce patrimoine ? À travers une analyse des politiques culturelles récemment engagées par les États à la suite de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), cet ouvrage propose des premières réponses à ces questions.
En effet, cette catégorie patrimoniale, qui suscite des attentes et un engouement croissants parmi les acteurs sociaux et politiques à l’échelle planétaire, est à l’origine de vives controverses entre acteurs institutionnels et scientifiques. Modelée sur une acception anthropologique de la culture, cette notion ne peut que retenir l’attention des ethnologues, qu’ils choisissent de s’investir dans le chantier d’élaboration de ce patrimoine, ou d’observer à distance l’« effet Unesco » sur des objets tels que la samba de roda ou les fêtes de la Tarasque.
Au cœur du débat anthropologique contemporain, l’institution du patrimoine immatériel est trop récente pour avoir déjà fait ses preuves. Mais les difficultés qu’elle pose, aux acteurs sociaux comme aux institutions, en France aussi bien qu’à l’étranger, montrent que loin de simplement élargir le champ patrimonial elle implique des changements profonds. Les contributions ici réunies en analysent certaines des limites et des potentialités.

Sommaire

Avant-propos
Sylvie Grenet & Christian Hottin, « Un livre politique »

Introduction
Chiara Bortolotto, « Le trouble du patrimoine culturel immatériel »

I Héritage, propriété et communautés

Frédéric Maguet, « L’ image des communautés dans l’espace public »

Valdimar Tr. Hafstein, « Célébrer les différences, renforcer la conformité »

Regina Bendix, « Héritage et patrimoine : de leurs proximités sémantiques et de leurs implications »

II Métamorphoses patrimoniales

Dorothy Noyes, « La fête ou le fétiche, le geste ou la gestion. Du patrimoine culturel immatériel comme effet pervers de la démocratisation »

Laurent-Sébastien Fournier, « La Tarasque métamorphosée »

Ignazio Macchiarella, « Sauvegarder l’oralité ? Le cas du canto a tenore »

Daniel Bonvoisin & Gil Bartholeyns, « La création ludique est-elle soluble dans le patrimoine ? Culture et communauté du jeu de rôles grandeur nature »

III Observateurs, médiateurs ou acteurs ? Le rôle des anthropologues

Jean-Louis Tornatore, « Du patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel : suivre la voie politique de l’immatérialité culturelle »

Carlos Sandroni, « L’ethnomusicologue en médiateur du processus patrimonial. Le cas de la samba de roda »

Antropologia, Cinema e Sentidos – VI Encontros da Primavera de Miranda do Douro

Antropologia, Cinema e Sentidos

VI Encontros da Primavera de Miranda do Douro
13-15 Maio 2011

Noite dos Museus
14 Maio2011

Locais: Douro Internacional/Planalto Mirandês; Auditório do Pavilhão Multiusos; Museu da Terra de Miranda

Organização e apoios:

CETRAD, CRIA, Município de Miranda do Douro, Museu da Terra de Miranda

Programa

13 Maio – Sexta-feira – Museu da Terra de Miranda (Encontros Científicos CRIA)

As visibilidades do imaterial oua antropologia nos museus.

10h00: Jean-YvesDurand (CRIA-UM), Museu da Terra de Miranda

Apresentação do Seminário: Se a arte não reproduzo visível, mas torna visível, o que fazem a antropologia e os museus?

10h15: João Alpuim (Director do Museu do Traje de Viana do Castelo): Museu do Traje de Viana do Castelo: do folclore ao conhecimento do território

11h00: António Bárbolo (Ecomuseu Terra Mater, Picote): O Ecomuseu Terra Mater: acções, projectos e utopias

11h45: Ruth Domínguez Viñas (Conservadora do Museu Etnográfico de Castilla y Léon): Gestión museológica y técnicas museográficas del patrimonio inmaterial

13h00: Almoço

15h00: Celina Pinto (Museu da Terra de Miranda): O Património Cultural Imaterial: práticas museológicas, análise e perspectivas

15h45: Ana Maria Afonso (Directora do Museu Abade de Baçal): Documentação Referente ao Património Cultural Imaterial do Nordeste Transmontano: Sistematização e Inventariação

17h00: AntónioRoma (Fiscal de la Fiscalía de Santiago): A Protecção do Património Imaterial: a situação de Espanha,de Portugal e UNESCO

17h45: Visita ao Museu da Terra de Miranda na companhia de Benjamim Pereira (a confirmar)

18h30: Caminhada/passeioa São João das Arribas com jantar ao relento e surpresa

14 Maio – Sábado – Auditório Pavilhão Multiusos de Miranda do Douro
Cinema Documentário

10h00: Festa,Filme e Identidade em Grijóde Parada, Bruno Grilo, 34’, 2010

11h00: Estado de Excepção, RicardoSeiça Salgado, 85’, 2011

13h00: Almoço

15h00: Capa de Índio, Vários,24’, 2010

16h30: People &Pastéis, Mariana Pote e Frerk Froböse, 45’, 2010, com os realizadores

17h30: Birds Way, Klára Trencsényi e Vlad Naumescu, 56’, 2009 (legendas em inglês).

19h00: Jantar

Noite dos Museus: Museus e memória, Museu da Terra de Miranda

21h00: Inauguração Exposição fotografia Fridged – Reflexos da Alma?, Pedro Matos Soares

22h00: Cinema ao luar, Praça D. João III:

Fénos Burros, João Pedro Marnoto, 35’, 2011 (com o realizador)

Festival dos Rapazes, Pierre Primetens, 56’, 2010

15 Maio – Domingo – Planalto Mirandês

10h00 – Passeio c/almoço campestre pelo Planalto Mirandês, passeio de barco ou passeio de burro

Inscrições para alojamento: CRIA (cria@cria.org.pt) até 12 Maio

Viagem: por razão de custos, sugerimos a organização em grupos de 4 (se com automóvel próprio): 30 euros (ida e volta/pessoa); autocarro– ida e volta=30 euros

Alojamento gratuito até 30 pessoas– Centro de Alojamento do Barrocal

Rencontres – Coimbra, Olhares Sobre o Imaterial

A Direção Regional de Cultura do Centro, na sequên­cia da es­tra­té­gia de­li­ne­ada para o Património Cultural Imaterial [PCI], or­ga­ni­zará uma ini­ci­a­tiva com o ob­je­tivo de dis­cu­tir um con­junto de te­má­ti­cas re­le­van­tes so­bre o Património Imaterial. Consciente da di­ver­si­dade de as­sun­tos que se po­dem en­qua­drar num evento deste tipo, foi ne­ces­sá­rio pro­ce­der a uma com­par­ti­men­ta­ção de te­mas, que, sendo sem­pre ar­ti­cu­lá­veis en­tre si, têm al­guma au­to­no­mia em ter­mos de dis­cus­são.
O fó­rum, in­ti­tu­lado “Olhares so­bre o Imaterial”, pre­tende as­sim reu­nir um con­junto alar­gado de pro­ta­go­nis­tas da vida na­ci­o­nal que es­tão pro­fis­si­o­nal­mente li­ga­das ao PCI. É do nosso en­ten­di­mento que a me­lhor forma de en­con­trar res­pos­tas para os pro­ble­mas que se co­lo­cam ao ní­vel da in­ter­ven­ção neste pa­tri­mó­nio, com óbvio des­ta­que para aquele que está pre­sente en­tre as fron­tei­ras ter­ri­to­ri­ais da Região Centro, se deve tra­du­zir, numa pri­meira fase, em con­vo­car um con­junto de per­so­na­li­da­des e en­ti­da­des que tra­ba­lham esta ques­tão, que por ex­pe­ri­ên­cia de tra­ba­lho no ter­reno ou pro­funda re­fle­xão teó­rica, po­dem con­tri­buir para tor­nar mais densa aná­lise e atu­a­ção da DRCC nesta área.

03 MAIO, TERÇA-FEIRA, APRESENTAÇÃO DO MAPA ETNO-MUSICAL
AUDITÓRIO DO CONSERVATÓRIO DE MÚSICA DE COIMBRA

18.00 | António Pedro Pita, Diretor Regional de Cultura do Centro
Helena Libório, Diretora Regional de Educação do Centro
Manuel Pires da Rocha, Diretor do Conservatório de Música de Coimbra

18.30  | Mapa Etno-musical, Júlio Pereira Músico, João Luis Oliva Investigador, Domingos Morais Etnomusicólogo

04 MAIO, QUARTA-FEIRA, DOCUMENTÁRIOS DO IMATERIAL
AUDITÓRIO DO MOSTEIRO DE SANTA CLARA-A-VELHA

21.30  | Filmes de Catarina Alves Costa e de Catarina Mourão

Vida e Morte do Mosteiro de Santa Clara de Coimbra, 18’
Regresso à Terra, 35’
O Linho é um Sonho, 50’
A Seda é um Mistério, 32’

05 MAIO, QUINTA-FEIRA, DOCUMENTÁRIOS DO IMATERIAL
AUDITÓRIO DO MOSTEIRO DE SANTA CLARA-A-VELHA

21.30 |  Filmes de Catarina Alves Costa e de Catarina Mourão

Máscaras, 60’
A Minha Aldeia já não Mora Aqui, 60’
Memorial à Água – Intervenções Contemporâneas, 17’

06 MAIO, SEXTA-FEIRA, FÓRUM OLHARES SOBRE O IMATERIAL
AUDITÓRIO DA COMISSÃO DE COORDENAÇÃO E DESENVOLVIMENTO REGIONAL DO CENTRO

09.00 | Receção aos par­ti­ci­pan­tes
09.30 | Sessão de abertura

PAINEL 01
TEORIA

10.00 | Joaquim Pais de Brito, Diretor do Museu Nacional de Etnologia

10.30 | Pausa para café

PAINEL 02
ENQUADRAMENTO

Moderadora/Comentadora | Lorena Querol, Professora no IADE

11.00 | Paulo Costa, Diretor do Departamento de Património Imaterial do IMC
11.20 | Nuno Porto, Professor na Faculdade de Ciências e Tecnologia da Universidade de Coimbra

11.40 | Debate
12.30 | Almoço

PAINEL 03
INTERVENÇÕES

Moderador/Comentador | Jean-Yves Durand, Diretor do Museu da Terra de Miranda

14.30 | Maria João Lança, Diretora do Museu da Luz
14.50 | Paulo Longo, Centro Cultural Raiano
15.10 | Nuno Martins, Professor na ESAP | Coordenador do Projeto do Parque Patrimonial do Mondego

15.30 | Debate
16.00 | Pausa para café

PAINEL 04
CANDIDATURA, INVENTÁRIO, PROCESSOS

Moderadora/Comentadora | Antónia Pedroso de Lima, Professora no ISCTE — Instituto Universitário de Lisboa

16.20 | Norberto Manso, Câmara Municipal do Sabugal
16.40 | Maria da Luz Nolasco, Vereadora da Cultura da Câmara Municipal de Aveiro

17.00 | Debate
17.30 | Encerramento: Salwa Castelo Branco, Professora na Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa

Table-ronde de la Chaire UNESCO de l’Université Catholique de Lyon « Mémoire, Cultures et interculturalité » sur le PCI

Le patrimoine culturel immatériel

le 24 février 2011

18h – 20h – Entrée libre

En s’inspirant de la Convention adoptée par l’UNESCO le 17 octobre 2003, les intervenants étudieront les manifestations du patrimoine culturel immatériel comme facteur important du maintien et de la sauvegarde de la diversité culturelle face à la mondialisation.

Table-ronde

Table-ronde de la Chaire UNESCO de l’Université Catholique de Lyon « Mémoire, Cultures et interculturalité ».

Par patrimoine culturel immatériel, la Convention UNESCO du 17/10/2003 entend : « Les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. » (art. 2.1).

Ce patrimoine se manifeste notamment dans : « les traditions et expressions orales, y compris la langue,  les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. » (art. 2.2).

Avec :
Doudou DIENE, ancien Directeur de la Division des projets interculturels de l’UNESCO, ancien Rapporteur de l’ONU sur le racisme, la discrimination et la xénophobie
Bertrand CABEDOCHE, Professeur en sciences  de l’information et de la communication, Université Stendhal Grenoble 3, Responsable de la Chaire UNESCO en communication internationale
Joseph YACOUB, Responsable de la Chaire UNESCO de l’UCLy,  Professeur de sciences politiques
Arsène Désiré NENE BI, étudiant à l’Institut des Droits de l’homme (IDHL) de l’UCLy
Roger KOUDE, Maître de conférences en droit et philosophie du droit, UCLy, modérateur.

Contact : Aurore LAFFOREST04 72 32 18 80
Lieu(x) : Site de Carnot
Université Catholique de Lyon
Site de Carnot
23, place Carnot – 69002 Lyon

http://www.univ-catholyon.fr/outils/l-agenda/le-patrimoine-culturel-immateriel-67931.kjsp

A lire, The “nominations war” live and webcasted, à propos de la 5e réunion du comité à Naerobi

Report of the Fifth Session of the UNESCO Intergovernmental Committee for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage (Nairobi 15-19 November 2010)

By Chiara Bortolotto and Marta Severo

On the 16th of November 1946 the Constitution of the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization was adopted in London. The opening sentence of this constitution was to be cited in the following decades as the Unesco hymn « since wars begin in the minds of men, it is in the minds of men that the defenses of peace must be constructed ». (watch the video).

On the 65th anniversary of this funding act, the 16th of November 2010, the Fifth Session of the UNESCO Intergovernmental Committee for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage is at its second day meeting in Nairobi and the debate is very animated…

Lire la suite sur patrimoineimmateriel.net

Le débats de la prochaine commission PCI de l’Unesco en direct

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se réunit du 15 au 19 novembre 2010 à Nairobi, au Kenya. Il sera précédé le dimanche 14 par un forum sur la participation des ONG à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Le Comité doit notamment se prononcer sur l’inscription ou non de 51 nouveaux éléments sur les Listes (4 sur la Liste de sauvegarde urgente, 47 sur la Liste représentative).

L’intégralité des débats seront retransmis en direct (Nairobi est 2 heures plus tôt que Paris), en anglais et français (moyennant la stabilité du réseau). La réunion de dimanche a lieu de 9h30 à 15h, et les sessions pendant la semaine se tiendront de 10h à 18h.

Information transmise par Hugues Sicard.

Colloque Patrimoine Culturel Immatériel, Bilbao, 13-16 octobre 2010

Patrimoine culturel immatériel
Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution: recueillir, archiver et diffuser

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010. Ce congrès se tiendra dans la salle de conférence des Archives forales de la diputación Foral de Biscaye (gouvernement de province) sise rue au numéro 11 de la rue María Díaz de Haro (centre de Bilbao, métro San Mamés). La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques.

Source : http://www.txoke.eu/

Péché d’objectivation. Public folklore, PCI et médiation culturelle

A propos de

Robert Baron, « Sins of Objectification?: Agency, Mediation, and Community Cultural Self-Determination in Public Folklore and Cultural Tourism Programming », Journal of American Folklore, Volume 122, Number 487, Winter 2010, pp. 63-91.

La diffusion du concept de patrimoine culturel immatériel ne doit sans doute pas son succès à sa nouveauté mais plutôt à son inscription dans un mouvement historique de mise en produit culturel des éléments de type ethnographique.  Les manipulations et les changements que ces nouveaux usages de la culture, au sens anthropologique, impliquent ont souvent la réputation de briser la sacro-sainte « authenticité » des cultures,  en extrayant les rituels, les récits ou la musique d’un monde ordinaire, spontané et vierge de toute corruption financière ou idéologique. Ou du moins, les sceptiques semblent toujours revendiquer un « droit d’inventaire » sur des mises en spectacles et en marchandises de l’histoire et de l’identité. La revendication du label de PCI s’inscrit dans cette longue histoire des requalifications des pratiques culturelles et n’échappe pas aux critiques d’essentialisation ou de muséification identitaires dont les acteurs du monde culturel semblent plus ou moins avoir pris  consience.

C’est à cette critique que répond intelligemment un texte récent de Robert Baron, « Sins of objectification? Agency, mediation, and community cultural self-determination in public folklore and cultural tourism programming », paru cette année dans le Journal of American Folklore.  Robert Baron est un serviteur de la cause du Public Folklore, un domaine de l’action culturelle nord-américaine qui se met au service des communautés et qui tente de construire des ponts entre leurs expressions musicales, artisanales ou rituelles et un large public. Le meilleur exemple de ces efforts reste le Smithsonian Folklife Festival organisé tous les ans aux mois de juin et de juillet à Washington et qui rassemble artistes « autochtones » et un public de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Le festival aurait inspiré les travaux de la commission de la convention sur le patrimoine culturel immatériel, et reste en tout cas un formidable laboratoire de la médiation entre productions culturelles locales, grand public et professionnels de l’anthropologie.

Une des pistes que Robert Baron développe concerne un présupposé que les critiques du Public Folklore formulent en termes un peu simplistes selon l’auteur : les public folklorists auraient tendance à objectiver et figer les cultures qu’ils présentent au public et exerceraient ainsi une sorte de pouvoir autoritaire sur les processus de définition identitaires des groupes qu’ils sont censés présenter et faire connaître. Il y a pourtant, répond Baron, autant de mise en forme autoritaire chez les public folklorists que dans un musée ou une viste touristique. Ce que certains lisent comme une imposition de contraintes et une prise de pouvoir doit plutôt être lu comme un accompagnement négocié de la démarche d’auto-représentation selon des cadres de performances que les groupes « autochtones » ne maîtrisent pas nécessairement.

La meilleure preuve en est que des résistances à la mise en spectacle se font jour, que la négociation entre le public folklorist et les artistes est nécessaire, que les choix des dipositifs de performance sont contraints par les artistes comme par les folklorists. Le texte donne de nombreux exemples, dont celui deux accordéonistes fino-américain et croate qui ne veulent pas jouer sur une scène haute et demandent la construction d’un dispositif similaire au contexte de production originale. Ce type de configurations de négociation conduit Baron à plaider pour une nouvelle manière de mener la médiation culturelle et de penser la relation public/artistes.  Il propose d’analyser les performances dans ce type de festival non comme un lieu d’imposition de cadres et d’exercice du pouvoir, mais comme une arêne où plusieurs types d’agency se confrontent et tentent de formuler des solutions vivables. Le public folklorist apparaît alors, pour Baron, comme une force de proposition pour que les « craftspersons present perspectives about their traditions on their own terms and openly express their agency » (p. 85).

Le péché d’objectivation est en fait un mal nécessaire pour Baron, que dépassent les devoirs moraux de préservation et de respect des autres cultures, dont le public folklorist fait son gagne-pain. Le mouvement du Public Folklore est certes plus ancien (début des années 60, si ce n’est pas la revendication du applied folklore de Lomax qui est mise en avant) que la convention de l’Unesco, mais la lecture de ce texte permet de réfléchir autrement sur les dynamiques qui se mettent en place aujourd’hui autour du PCI : création d’officines spécialisées, publication d’appels d’offre et de chantiers subventionnés par les Etats ayant ou non signé la convention, les fortes critiques de certains universitaires ou au contraire l’engoument parfois sans faille d’intellectuels, d’artistes ou de professionnels de la culture. Comment le nouveau marché culturel qui s’ouvre maintenant va-t-il se structurer ? Quel va être le poids des valeurs morales (et quelles valeurs?) dans les usages politiques ou sociaux du PCI ? Comment les conversions des spécialistes des sciences sociales au patrimoine culturel immatériel vont-elles  se passer ? L’apparition des spécialistes du management du PCI fera-t-elle bon ménage avec les communautés et les scientifiques ? Le temps donnera quelques éléments de réponse à ces questions, mais comment ne pas voir les parallèles que l’on peut d’ores et déjà tracer entre les actions du Public Folklore et le champ du patrimoine culturel immatériel…

PS : Robert Baron m’a envoyé une copie de son texte durant l’hiver dernier, j’espère qu’il trouvera dans ce commentaire tardif les remerciements que je lui dois!

La sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Mercredi 8 décembre 2010
14h00 – 17h00
Zoom Arcade (Aix-en-Provence)

avec Chérif Khaznadar, Président de la Maison des Cultures du Monde, Vice-Président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO

Qu’est-ce que le Patrimoine Culturel Immatériel ? Les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel … Ce qui le caractérise et le rôle des communautés.

La Convention de l’Unesco. Ses objectifs et son fonctionnement. Que veut dire sauvegarder ? Les premiers résultats : effets positifs et effets pervers. Les premières inscriptions sur les listes de la Convention.

Sa mise en œuvre en France à l’échelle nationale et régionale .

et le concours de :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, directrice de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme ( Aix-en-Provence)
Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du « Portail du patrimoine oral », catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BNF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles)
Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Informations pratiques

Lieu de la rencontre : ARCADE – 6 place Barthélémy Niollon, Aix-en-Provence
Renseignements : 04 42 21 78 07

Entrée gratuite sur INSCRIPTION

http://www.arcade-paca.com/index.php?id=677

CFP Reverse-Exoticism: Writing Practices, Alternative Voices and Heritagization

This is a call for papers for a Special Interest Panel include in the Tourism and Seductions of Difference Conference (Lisbon, Portugal, 10-12 Sept 2010) directed by Cyril Isnart (Cidehus-Universidade de Évora) and Ema Pires (Cria-Iscte and Universidade de Évora).

http://sites.google.com/site/tourismcontactculture/project-definition

Reverse-Exoticism: Writing Practices, Alternative Voices and Heritagization

Cyril Isnart (Cidehus-Universidade de Évora)

Ema Pires (CRIA-ISCTE and Universidade de Évora)

While academics have studied ‘heritage’ mainly in terms of a national or elite construction, this panel is interested in the increasingly loud claims to ‘heritage’ emanating from minorities and small social groups. Evoking Michel De Certeau (1988), our emphasis here is on analysing ‘scriptural practices’, both as cultural apparatus and means of production and objectification of minorities’ alternative voices.

In contexts of colonial and social domination, the social identity of many minorities was formed through processes of cultural « exotization ». Exogenous definitions often made it difficult for dominated societies or social classes to claim independent or otherwise autonomous forms of ‘heritage’.

In the recent past, many minorities and small groups have used writing to engage in a process that could be qualified as « reverse-exoticism ». Such a process has become highly visible in the field of literature, the arts and cultural studies, but also in recent normative actions by international organizations, namely Unesco’s Intangible Cultural Heritage Convention (2003) and the European Commission Faro Convention (2005). The access to literacy and thus the ability to tell and write one’s own story appear to have been a key issue marking this turning point in history.

This panel wishes to examine the various motifs underlying the productions of texts by minority groups and their allure within a global cultural economy within which the very idea of ‘minority’ has become a tourist attraction. We welcome papers with a theoretical and/or empirical focus on the role of writing in the construction of ‘inner exoticisms’ and what we term ‘reverse-exoticisms’. Key issues to be discussed are (1) appropriations of transnational ‘heritagization’ patterns by dominated people; (2) social conflicts accompanying or made manifest through processes of ‘heritagization’; and (3) processes of revitalization or defolklorization of cultural practices, both in post-colonial and Western contexts.

Paper proposals (250 words plus contact, scientific affiliation and discipline) are due by 1st May 2010. Contacts: isnart@uevora.pt and epires@uevora.pt

Reference:

De Certeau, M 1988 (1984) «The Scriptural Economy», The Practice of Everyday life [translation of Arts de Faire], Berkeley, University of California Press, pp.131-133.