Archives du mot-clé Paris

Les effets pervers. Septième journée du patrimoine culturel immatériel

Dans le cadre du Festival de l’imaginaire, la Maison des cultures du monde organise la septième Journée du patrimoine culturel immatériel. Ce rendez-vous annuel est l’occasion d’une réflexion sur la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Cette édition permettra d’envisager les risques, afin de les prévenir, que pourraient courir les éléments du patrimoine qui sont et seront inscrits sur les listes.

LES EFFETS PERVERS
7e Journée du Patrimoine Culturel Immatériel
dans le cadre du 14e Festival de l’Imaginaire
en collaboration avec la Commission Nationale Française pour l’Unesco

Il y a six ans la Maison des Cultures du Monde créait, dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, en collaboration avec la Commission Nationale Française pour l’UNESCO et avec le soutien du Ministère de la Culture, une « journée du patrimoine culturel immatériel ». Depuis, ce rendez-vous annuel permet aux praticiens, aux responsables d’organisations gouvernementales et non gouvernementales, au public en général, de se tenir informé et de participer à une réflexion sur la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Adoptée en 2003, cette Convention est opérationnelle depuis juin 2008 et les premières inscriptions sur la liste de sauvegarde et sur celle représentative ont déjà eu lieu.

Il est sans doute trop tôt pour tirer des conclusions des conséquences de ces inscriptions, mais on peut d’ores et déjà réfléchir, à la lumière de l’expérience des « chefs d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel », aux risques (afin de les prévenir) que pourraient courir les éléments du patrimoine immatériel qui sont et seront inscrits sur les listes.

Cette réflexion sera aussi l’occasion de mieux préciser ce que l’on entend par « patrimoine culturel immatériel » afin d’éviter des malentendus qui ont tendance à foisonner ces derniers temps un peu partout et, assez étrangement, particulièrement en France.

Plusieurs « témoins » participeront à cette rencontre qui, comme celles qui l’ont précédée, devrait apporter une contribution complémentaire à la mise en pratique d’une Convention essentielle pour la sauvegarde de la créativité humaine toujours menacée par les phénomènes d’uniformisation et de récupération mercantile et affairiste.

Chérif Khaznadar

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Lundi 12 avril de 18h à 20h

MAISON DES CULTURES DU MONDE

Animée par Chérif Khaznadar
Président de l’Assemblée générale des États parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (UNESCO)

Avec la participation de (par ordre alphabétique) :

* Panayiota Andrianopoulou, Ethnologue, département du patrimoine culturel immatériel au Ministère grec de la culturel
* Chiara Bortolotto, Anthropologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
* Nathalie Heinich, Sociologue, directeur de recherche au CNRS, membre du CRAL (Centre de recherches sur les arts et le langage : EHESS, Paris) et membre associée au LAHIC (Laboratoire d’anthropologie et d’histoire sur l’institution de la culture : CNRS, Ministère de la Culture, EHESS)
* Mark Jacobs, Historien, ethnologue, directeur de l’Interface flamande pour le patrimoine culturel (FARO, Bruxelles)

Atelier Patrimoine Culturel Immatériel et Musées – Musée du Quai Branly – Paris

PATRIMOINE IMMATÉRIEL ET MUSÉES

Expériences nord-américaines et européennes

26-27 janvier 2010

Musée du Quai Branly, Salle de cours 3

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) représente aujourd’hui un enjeu majeur dans les nouvelles façons de penser et de pratiquer la muséologie. Ces journées d’études veulent explorer les manières dont le patrimoine immatériel participe à ce qui est désormais appelé « les nouvelles muséologies » qui se caractérisent par la volonté de présenter des expositions et des objets plus vivants, par l’accroissement du rôle social du musée et par l’exploitation des nouvelles technologies pour rendre les collections et les expositions plus interactives et accessibles.

Le PCI, défini comme les traditions et expressions orales, les savoir-faire, les rites et fêtes, permettra de répondre à ces nouvelles attentes et aspirations des muséologues. Si pendant longtemps les dimensions matérielles du patrimoine ont prévalu dans l’espace muséal, les muséologues aujourd’hui veulent enrichir l’exposition et l’interprétation des objets par la connaissance de leurs modes de fabrication et de leurs usages sociaux. Au Québec, le Musée de la mémoire vivante recueille les témoignages de ceux qui détiennent la mémoire d’un objet pour les insérer dans les collections et expositions. Le rapport à l’objet est ainsi modifié car celui-ci devient un lieu de communication et de médiation plutôt que de simple contemplation. L’intégration du PCI permet de rendre l’objet plus vivant et de restaurer ses fonctions sociales et patrimoniales, présentes et passées. En même temps, cette cueillette d’informations qui enrichit les collections permet d’associer les individus et les groupes sociaux à la conservation et à l’exposition muséologique. Plutôt que de se soucier seulement de la conservation de l’objet dans sa forme physique, il s’agit de conserver la pratique de l’objet par la communication, plus encore par la transmission. Les nouvelles technologies numériques offrent des possibilités illimitées de captation, de conservation et de communication du patrimoine tant matériel qu’immatériel. Elles permettent d’intégrer l’immatériel au matériel, d’enregistrer des savoir-faire par la vidéo numérique, de rendre les éléments intangibles visibles, voire tangibles et de faire de la visite muséale une expérience multimédia et sensorielle. Ainsi le recours au PCI dans les musées offre une expérience plus interactive, participative et sensible du patrimoine.

Trois thèmes seront abordés lors de ces deux demi-journées d’étude:

Comment le PCI modifie-t-il le rapport à l’objet?

Comment le PCI accroît-il la participation des individus, groupes sociaux et communautés dans la conservation et l’exposition muséales ?

Comment les nouvelles technologies contribuent-elles à faire de l’exposition une expérience interactive et sensible?

MARDI 26 JANVIER 2010

14h30- 14h45 Accueil et présentation des participants (tour de table)

14h45-15h Laurier TURGEON (Université Laval, IPAC)

PCI et nouvelles muséologies

15h15-15h30 Daniel FABRE (Ehess, LAHIC)

(À déterminer)

15h45-16h Octave DEBARY (Université Paris-Descartes, LAHIC)

La part manquante de l’objet

16h15 -16h30 Pause

16h30-16h45 Chiara BORTOLOTTO (Ehess, LAHIC)

Traductions muséologiques du PCI

17h-17h15 Frédéric MAGUET (Conservateur du patrimoine, Musée des ATP)

(À déterminer)

17h30- 17h45 Noël BARBE (IIAC-LAHIC/Conseiller pour l’ethnologie DRAC Franche-Comté)

Le reste, l’illustration et l’intempestif

MERCREDI 27 JANVIER 2010

14h00- 14h15 Jean-Louis TORNATORE (Université Paul-Verlaine)

Les patrimoines contre le musée ? De la pédagogie de l’indice culturel à la pédagogie du vivant

14h30-14h45 Marc-Olivier GONSETH (Conservateur du MEN, Neuchâtel)

Perspectives au MEN

15h00-15h15 Françoise SIMARD (SMQ, Société des musées québécois)

La SMQ et le colloque 2010 «PCI et musées»

15h30-15h45 Pause

15h45-16h00 Habib SAIDI (Université Laval, IPAC)

PCI, musées et tourisme culturel

16h15-16h30 Yves BERGERON (Université du Québec à Montréal)

Les musées à la frontière du patrimoine matériel et immatériel : la mise en récit de

la culture

16h30-17h00 Débat et conclusions

Séminaire Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Caroline Bodolec, chargée de recherche au CNRS
Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS
Françoise Sabban, directrice d’études à l’EHESS (TH)

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 451, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 novembre 2009 au 10 juin 2009

La convention de l’UNESCO de 2003 a institué la notion de patrimoine culturel immatériel dont le but est de sauvegarder et de diffuser ce patrimoine au sein des communautés, des pays et du monde. On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel (article 2 de la convention).

Il se manifeste dans les domaines suivants : les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

La Chine s’est très tôt intéressée à cette convention et a mis en place dès 2003, des actions en ce sens. Actuellement ce sont les autorités locales qui sont sollicitées pour concrétiser la protection au niveau local, effectuer le recensement en vue d’établir les dossiers exhaustifs et systématiques du patrimoine immatériel ; dresser à l’échelle nationale, provinciale, municipales etc. les inventaires des chefs-d’œuvre etc. Ce sont des dizaines de dossiers qui seront présentés par la Chine en vue de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Le séminaire traitera de ces questions en cherchant à mettre en relief les problématiques sous-tendues par cette notion de patrimoine immatériel. Nous insisterons sur les questions de méthodes et de sources en prenant notamment des exemples dans le domaine des savoir-faire artisanaux, de la médecine et de la cuisine avec une vision à la fois historique et anthropologique.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/669/