Archives du mot-clé Inventaire

Le web peut-il remplacer l’inventaire ?

La région de la Galice espagnole et l’Ecosse ont choisi de construire deux sites Internet afin de répondre à une injonction de l’Unesco. L’Ong demande aux nations d’établir un inventaire de leur PCI national, préalablement aux propositions de candidature pour l’inscription sur les listes représentative ou de sauvegarde. On comprend facilement que le médium électronique, à la fois ouvert et libre tel qu’il se présente sous le label du Web 2.0, permette de diffuser et de rendre accessible, voir collaboratif, le travail d’inventaire. La clause de la participation des « communautés » que l’Unesco promeut dans la convention de 2003 trouve à travers l’outil électronique une réponse sans doute bien adaptée.
Mais dans une perspective d’analyse pragmatique de la patrimonialisation, le médium Internet pose toutefois un certain nombre de questions. Le modèle de patrimonialisation le plus courant – qui est d’ailleurs promu par l’Unesco – demeure celui de l’inventaire, dont les principes et les applications ont été développés par l’administration française. L’Inventaire consiste essentiellement dans le repérage et l’étude des éléments du réel qui méritent, à des titres divers, que la nation les considère comme représentatifs du patrimoine collectif. Cette procédure de listage et d’étude entraîne de nombreuses conséquences, matérielles et symboliques, dont la plus importante est sans doute l’effet de clôture que produit l’inscription sur la liste. Comme le fait remarquer Kirchenblatt-Gimblett (2004), si l’inscription fait sortir un objet culturel (au sens anthropologique) de la banalité et de l’ordinaire, c’est pour le confronter et le comparer aux autres éléments culturels (au sens administratif) qui constituent la liste. Dès lors, le problème qui se pose n’est pas tant celui des objets choisis mais plutôt celui des critères et des valeurs qui président à la sélection, dont on ne peut pas douter qu’ils soient à la fois contraints par les directives pratiques et symboliques de l’Unesco (ce que Smith appelle the Authorized Heritage Discourse 2006), par les conceptions nationales et indigènes du patrimoine et par les techniques de mise en liste déjà éprouvées. L’enquête qui s’ouvre alors devra travailler sur l’hypothèse selon laquelle le réseau de significations, de valeurs et de pratiques à l’oeuvre dans les processus électroniques de patrimonialisation est un nouvel hybride, qui apparaîtra sans doute dans un premier temps comme monstrueux, se nourrissant des méthodes classiques de l’inventaire et des usages sociaux et collaboratifs du Web 2.0, et dont les analystes devront inventer les nouveaux outils d’étude.

Kirshenblatt-Gimblett B. 2004, « Intangible heritage as metacultural production », Museum International, 56 (1-2), 52-64.
Smith L. 2006, Uses of heritage, London, Routledge.

Publication : La fabrique du patrimoine, Nathalie Heinich

La fabrique du patrimoine
De la cathédrale à la petite cuillère

Nathalie Heinich, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, collection Ethnologie de la France, septembre 2009.

Présentation de l’éditeur

Par quelles opérations un édifice ou un objet se trouve-t-il intégré au corpus du patrimoine ? Quelles sont les étapes de la « chaîne patrimoniale », depuis le premier regard jusqu’à l’éventuelle obtention du statut juridique de « monument historique » ? Quels sont les critères mis en œuvre par les chercheurs de l’Inventaire pour décider que tel château, telle ferme, tel tableau d’église possède ou non une valeur patrimoniale ? Quelles émotions animent les mobilisations des profanes en faveur des biens à préserver ? Et finalement, sur quelles valeurs fondamentales repose la notion même de patrimoine ?

Telles sont les questions auxquelles répond ce livre, à partir d’enquêtes au plus près du terrain. Car c’est dans le détail des procédures, des propos enregistrés, des scènes et des gestes observés que l’on peut réellement comprendre comment – c’est-à-dire pourquoi – les limites du patrimoine n’ont cessé, en une génération, de s’étendre, englobant désormais non seulement la « cathédrale » mais aussi la « petite cuillère » – selon les mots d’André Chastel définissant le service de l’Inventaire –, voire, tout récemment, la borne Michelin.

Appliquant à la question patrimoniale les méthodes de la sociologie pragmatique, cette étude s’inscrit dans la perspective d’une sociologie des valeurs, tentant d’élucider ce qu’on entend aujourd’hui dans notre société par l’ancienneté, l’authenticité, la singularité ou la beauté – et ce qu’on en attend.

Entre action locale et patrimoine. Le PCI italien et les Pro loco

sospciLes Pro loco sont des associations à but festif, touristique, culturel et social des communes italiennes. Equivalents plus polyvalents et plus institutionnalisés des comités des fêtes des villes moyennes et des villages français, les Pro loco italiennes viennent de démarer un projet ambitieux de collecte et de sauvegarde du PCI. A travers leur fédération nationale (Unione Nazionale Pro loco d’Italia) et le soutien du Ministère de la Solidarité Sociale, une quarantaine de communes participent à la mise en place d’une politique en faveur du PCI,  comprenant un inventaire, une assistance locale, une valorisation, des échanges d’expérience et une diffusion des résultats. Continuer la lecture de Entre action locale et patrimoine. Le PCI italien et les Pro loco