Archives du mot-clé France

Colloque international : Autour du patrimoine culturel immatériel, Cerisy, Septembre 2012

DU LUNDI 24 SEPTEMBRE AU SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2012
LE PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

DIRECTION
Julia CSERGO, Christian HOTTIN, Pierre SCHMIT

ARGUMENT
Peu connu en France du grand public aussi bien que des milieux culturels et patrimoniaux, le patrimoine culturel immatériel, porté par la convention de l’Unesco du 17 octobre 2003, tend à s’imposer aujourd’hui dans l’actualité immédiate, au gré des inscriptions ; il s’ancre également dans la durée, avec les ambitions affichées par certaines collectivités territoriales, telle la région Bretagne, qui souhaitent en faire un axe majeur de leur politique culturelle et désirent se positionner en tant que région pilote au plan national.

Pour la tradition occidentale du patrimoine, matériel et régalien, cette convention présente un double défi, redoutable: penser la préservation d’un patrimoine autre que celui classiquement distingué, et penser autrement les politiques patrimoniales, en les construisant à partir du point de vue des détenteurs du patrimoine, et non plus uniquement en fonction de l’avis des experts. Des enjeux nouveaux qui, de la Chine au Brésil en passant par les Émirats arabes Unis, mobilisent fortement la plupart des pays émergents.

Ce colloque se propose d’engager une réflexion devenue aujourd’hui nécessaire: alors que se multiplient les initiatives et que l’action de l’État français reste empreinte de tâtonnements, il importe de s’interroger sur l’origine, le sens et les implications de ce patrimoine.

Organisé autour de cinq thèmes, cette rencontre se veut résolument prospective: il s’agira non d’élaborer de « bonnes pratiques » ou d’ajouter un article aux « tables de la loi » du Code du Patrimoine, mais de croiser, dans une visée internationale, approches théoriques et pratiques. Elle réunira avec des experts internationaux du PCI et de l’Unesco, des intellectuels, des acteurs politiques et culturels, des praticiens de ces formes de patrimoines. Sont enfin prévus des temps de dialogue avec les porteurs de traditions, une séance à Granville dont les pêcheries sont appelées à faire l’objet d’un dossier de candidature, enfin la première journée se tiendra au centre français du patrimoine culturel immatériel, installé au sein de la Maison des cultures du Monde à Vitré.


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 24 septembre
À VITRÉ (Centre français du patrimoine culturel immatériel)
11 heures: Accueil et visite du Centre, par Séverine CACHAT (directrice du CFPCI)

Qu’est-ce que le patrimoine immatériel? (1) (Présidente: Séverine CACHAT)
Chérif KHAZNADAR (Président de la Maison des cultures du monde)
Lourdes ARIZPE (Université nationale de Mexico): Presenting the Intangible Cultural Heritage of Regions on the World Stage
Noriko AIKAWA (UNESCO, Japon)
Discussion

Transport en car de Vitré à Cerisy

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants

Mardi 25 septembre
À CERISY
Matin:
Qu’est-ce que le patrimoine immatériel? (2) (Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Antoine GAUTHIER (Directeur général du Conseil québécois du patrimoine vivant)
Florence GRAEZER BIDEAU (Université de Neuchâtel): Analyser l’engagement scientifique dans le contexte de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en Suisse
Chiara BORTOLOTTO (Université Libre de Bruxelles): La « participation » des « communautés » dans l’identification, la sauvegarde et la gestion du patrimoine
Jean-Louis TORNATORE (Université de Metz): Le patrimoine culturel immatériel: dispositif de contrôle ou agent d’émancipation?
Discussion

Après-midi:
A qui appartient le Patrimoine immatériel? (Présidente: Julia CSERGO)
Christian HOTTIN (Ministère de la culture et de la communication)
Noël BARBE (à confirmer)

Soirée:
Chants et danses traditionnels (Association La Loure): Yvon DAVY et Etienne LAGRANGE

Mercredi 26 septembre
À GRANVILLE ET SUR LA CÔTE OUEST DU COTENTIN
Journée sur les Pêcheries, coordonnée par Pierre SCHMIT (CRéCET)

Soirée:
Yann LEBORGNE: Autour des pratiques et représentations liées au monde végétal en Normandie

Jeudi 27 septembre
À CERISY
Matin:
D’où vient le patrimoine culturel immatériel? (Président: Christian HOTTIN)
Rieks SMEETS (Ancien secrétaire de la convention PCI de l’Unesco, Pays-Bas)
Daniel FABRE (EHESS)
Frédéric SAUMADE (Université de Provence)
Discutant:
Jean-Louis TORNATORE (Université de Metz)

Après-midi:
(Présidente: Julia CSERGO)
Slimane HACHI (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie)
Frédéric OBRINGER (EHESS)
Caroline BODOLEC (EHESS)
Discutante:
Lourdes ARIZPE (Université nationale de Mexico)

Soirée:
Albert POULAIN, conteur

Vendredi 28 septembre
À CERISY
Matin:
Où va le patrimoine immatériel? (Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Christian BROMBERGER (Université de Provence)
Pascale CAUCHY (Vice-présidente du Conseil régional de Basse-Normandie, chargée de la culture)
Jean-Michel LE BOULANGER (Vice-président du Conseil régional de Bretagne)
Pape Massène SENE (Conseiller du premier ministre du Sénégal): Partager le patrimoine culturel immatériel, du terroir au Village planétaire: le défi de la délocalisation
Panayiota ANDRIANOPOULOU (Ministère de la culture, Grèce): Le PCI c’est à nous ≠ Nous sommes le PCI: notions d’appropriations du PCI dans le cadre urbain en Grèce

Après-midi:
Françoise BENHAMOU (Université de Paris 13): La dimension immatérielle du patrimoine tangible. Négation ou retour de l’économie?
Cécile DUVELLE (Secrétaire de la convention PCI de l’Unesco)

Les patrimoines alimentaires, quel PCI? (Président: Pierre SCHMIT)
Julia CSERGO (Université Lyon 2 / Université du Québec à Montréal)
Jean-Pierre POULAIN (Université de Toulouse-le Mirail)

Dîner:
Gérard CAGNA (Cuisinier) – cuisinière de Cerisy: Sur le « repas gastronomique » des Français

Soirée:
Florence CALAME-LEVERT: Tout autour de la morue, voyage en patrimoine culinaire, un exemple de collecte participative en Pays Basque

Samedi 29 septembre
À CERISY
Qu’en est-il aujourd’hui de la prise en compte des pratiques alimentaires dans les PCI?
Matin:
(Table ronde animée par Julia CSERGO)
Charles-Edouard de SUREMAIN (UMR 208 PaLoc « Patrimoines Locaux » [IRD-MNHN]): De quelques ambiguïtés des patrimoines alimentaires immatériels. Questions et éléments de réponse à partir des pays du Sud
Jean-Pierre HASSOUN (EHESS)
Slimane HACHI (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie)
Noriko AIKAWA (UNESCO, Japon)
Antoine GAUTHIER (Directeur du centre Québecois du patrimoine vivant)
Discutante:
Marie CORNU (CNRS, Paris): Les enjeux juridiques de la propriété du patrimoine immateriel

Après-midi:
(Table ronde animée par Christian HOTTIN)
Maria-Anne PRIVAT-SAVIGNY (Musée Gadagne)
Panayota ADRIANOPOULOU (Ministère de la culture, Grèce)
Catherine ARMINJON (Conservateur général du Patrimoine)

Julia CSERGO, Christian HOTTIN & Pierre SCHMIT: Conclusions

Publication: Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie

Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie
Édité par Chiara Bortolotto
Avec Annick Arnaud, Sylvie Grenet
Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris
ISBN-10 2-7351-1417-1
ISBN-13 978-2-7351-1417-7
http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100905770&fa=description

Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? Pourquoi inventer une nouvelle catégorie de patrimoine dans un monde déjà obsédé par la conservation des traces du passé ? Peut-on protéger des expressions culturelles vivantes sans les figer ? À qui revient la charge de le faire ? À qui appartient ce patrimoine ? À travers une analyse des politiques culturelles récemment engagées par les États à la suite de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), cet ouvrage propose des premières réponses à ces questions.
En effet, cette catégorie patrimoniale, qui suscite des attentes et un engouement croissants parmi les acteurs sociaux et politiques à l’échelle planétaire, est à l’origine de vives controverses entre acteurs institutionnels et scientifiques. Modelée sur une acception anthropologique de la culture, cette notion ne peut que retenir l’attention des ethnologues, qu’ils choisissent de s’investir dans le chantier d’élaboration de ce patrimoine, ou d’observer à distance l’« effet Unesco » sur des objets tels que la samba de roda ou les fêtes de la Tarasque.
Au cœur du débat anthropologique contemporain, l’institution du patrimoine immatériel est trop récente pour avoir déjà fait ses preuves. Mais les difficultés qu’elle pose, aux acteurs sociaux comme aux institutions, en France aussi bien qu’à l’étranger, montrent que loin de simplement élargir le champ patrimonial elle implique des changements profonds. Les contributions ici réunies en analysent certaines des limites et des potentialités.

Sommaire

Avant-propos
Sylvie Grenet & Christian Hottin, « Un livre politique »

Introduction
Chiara Bortolotto, « Le trouble du patrimoine culturel immatériel »

I Héritage, propriété et communautés

Frédéric Maguet, « L’ image des communautés dans l’espace public »

Valdimar Tr. Hafstein, « Célébrer les différences, renforcer la conformité »

Regina Bendix, « Héritage et patrimoine : de leurs proximités sémantiques et de leurs implications »

II Métamorphoses patrimoniales

Dorothy Noyes, « La fête ou le fétiche, le geste ou la gestion. Du patrimoine culturel immatériel comme effet pervers de la démocratisation »

Laurent-Sébastien Fournier, « La Tarasque métamorphosée »

Ignazio Macchiarella, « Sauvegarder l’oralité ? Le cas du canto a tenore »

Daniel Bonvoisin & Gil Bartholeyns, « La création ludique est-elle soluble dans le patrimoine ? Culture et communauté du jeu de rôles grandeur nature »

III Observateurs, médiateurs ou acteurs ? Le rôle des anthropologues

Jean-Louis Tornatore, « Du patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel : suivre la voie politique de l’immatérialité culturelle »

Carlos Sandroni, « L’ethnomusicologue en médiateur du processus patrimonial. Le cas de la samba de roda »

Rencontres Professionnelles: Patrimoine culturel immatériel : l’opportunité d’un nouveau dialogue sur les territoires

Rencontres Professionnelles 2011 de la Fédération des écomusées et des musées de société.

Ces journées, ouvertes à l’ensemble des professionnels de la culture et du tourisme, chercheurs et étudiants, se veulent un moment d’échange, de débat et de partage autour de nos pratiques professionnelles.

Cette année, la Fédération a choisi d’organiser cet événement en partenariat avec le Département du pilotage de la Recherche et de la Politique Scientifique du ministère de la Culture et de la Communication, sur le thème : « Patrimoine culturel immatériel : l’opportunité d’un nouveau dialogue sur les territoires ».

Rendez-vous les 16, 17 et 18 mars 2011 à Dunkerque pour ce temps fort de la vie du réseau.

Table-ronde de la Chaire UNESCO de l’Université Catholique de Lyon « Mémoire, Cultures et interculturalité » sur le PCI

Le patrimoine culturel immatériel

le 24 février 2011

18h – 20h – Entrée libre

En s’inspirant de la Convention adoptée par l’UNESCO le 17 octobre 2003, les intervenants étudieront les manifestations du patrimoine culturel immatériel comme facteur important du maintien et de la sauvegarde de la diversité culturelle face à la mondialisation.

Table-ronde

Table-ronde de la Chaire UNESCO de l’Université Catholique de Lyon « Mémoire, Cultures et interculturalité ».

Par patrimoine culturel immatériel, la Convention UNESCO du 17/10/2003 entend : « Les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. » (art. 2.1).

Ce patrimoine se manifeste notamment dans : « les traditions et expressions orales, y compris la langue,  les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. » (art. 2.2).

Avec :
Doudou DIENE, ancien Directeur de la Division des projets interculturels de l’UNESCO, ancien Rapporteur de l’ONU sur le racisme, la discrimination et la xénophobie
Bertrand CABEDOCHE, Professeur en sciences  de l’information et de la communication, Université Stendhal Grenoble 3, Responsable de la Chaire UNESCO en communication internationale
Joseph YACOUB, Responsable de la Chaire UNESCO de l’UCLy,  Professeur de sciences politiques
Arsène Désiré NENE BI, étudiant à l’Institut des Droits de l’homme (IDHL) de l’UCLy
Roger KOUDE, Maître de conférences en droit et philosophie du droit, UCLy, modérateur.

Contact : Aurore LAFFOREST04 72 32 18 80
Lieu(x) : Site de Carnot
Université Catholique de Lyon
Site de Carnot
23, place Carnot – 69002 Lyon

http://www.univ-catholyon.fr/outils/l-agenda/le-patrimoine-culturel-immateriel-67931.kjsp

Séminaire L’instauration du patrimoine ethnologique

L’instauration du patrimoine ethnologique
Projet scientifique, catégorie d’actions publiques et instrument de gouvernementalité : retour sur une expérience française

Séminaire dirigé par Noël Barbe et Jean-Louis Tornatore


La disparition

En février 1948, le dirigeant communiste Klement Gottwald se mit au balcon d’un palais baroque de Prague pour haranguer les centaines de milliers de citoyens massés sur la place de la Vieille Ville. Ce fut un grand tournant dans l’histoire de la Bohème. Un moment fatidique comme il y en a un ou deux par millénaire.

    Gottwald était flanqué de ses camarades, et à côté de lui, tout près, se tenait Clementis. Il neigeait, il faisait froid et Gottwald était nu-tête. Clementis, plein de sollicitude, a enlevé sa toque de fourrure et l’a posée sur la tête de Gottwald.
    La section de propagande a reproduit à des milliers d’exemplaires la photographie du balcon d’où Gottwald, coiffé d’une toque de fourrure et entouré de ses camarades, parle au peuple. C’est sur ce balcon qu’a commencé l’histoire de la Bohême communiste. Tous les enfants connaissaient cette photographie pour l’avoir vue sur les affiches, dans les manuels ou dans les musées.
    Quatre ans plus tard, Clementis fut accusé de trahison, et pendu. La section de propagande le fit immédiatement disparaître de l’Histoire et, bien entendu, de toutes les photographies. Depuis, Gottwald est seul sur le balcon. Là où il y a avait Clementis, il n’y a plus que le mur vide du palais. De Clementis, il n’est resté que la toque de fourrure sur la tête de Gottwald.
    Milan Kundera, Le livre du rire et de l’oubli, Paris, Gallimard, 1985 (1978), p. 13-14.

    En 1980, l’ethnologie métropolitaine connut une formidable opportunité de développement en investissant le ministère de la Culture. C’était un grand tournant dans l’histoire de la discipline : elle allait pouvoir mettre en œuvre ses capacités d’analyse sans être contrainte par la matérialité de l’objet de musée, sa seule limite imposée n’étant désormais que territoriale – autant dire intellectuellement infime – puisque se confondant avec celles de la nation. Un moment somme toute important dans l’institution et l’ordonnancement du savoir anthropologique qui se voyait officiellement augmenté d’un nouveau territoire disciplinaire : l’ethnologie de la France.
    Ce mariage entre science et administration était précisément suivi avec intérêt par une partie non négligeable de la communauté ethnologique nationale qui y voyait l’occasion d’affirmer sa professionnalité et de faire valoir ses compétences d’objet au cœur de la grande vague de rétro-nostalgie rurale des lendemains désenchantés de Mai 68 et des Trente Glorieuses. Ceci cependant avait un prix : l’intérêt ou la sollicitude de l’État pour la recherche ethnologique devait en passer par une justification – ou une problématisation – patrimoniale. L’exercice n’était pas insurmontable, ni le sacrifice énorme, voire il n’était que bénéfice. Il suffisait à l’ethnologie de montrer sa prédisposition intellectuelle pour le patrimoine, d’autant que le patrimoine devenait culturel. La science (privilégiée) de la culture œuvrait à la connaissance – et la reconnaissance – des biens de la nation, laquelle s’ouvrait au « pluralisme culturel ». Le patrimoine ethnologique était né. L’ethnologie allait prospérer sous le chapeau de l’État patrimonial.
    Plus de deux décennies durant, la mission du Patrimoine ethnologique [MPE] travailla honnêtement à honorer son cahier des charges : recherche, formation, publication, action culturelle, au double service de la Science et de l’État. Selon d’ailleurs une division du travail de plus en plus nette, le service de la première étant davantage du ressort de son instance centrale, tandis que celui du second était dévolu  à un corps retreint de satellites régionaux. De fait, qu’elle se frottât à l’action publique en région eut pour effet de diluer l’impact de l’événement qu’avait été sa création pour les tenants de l’ethnologie descriptive de terrain. Elle en tira une reconnaissance ambiguë comme « ethnologie patrimoniale » susceptible de provoquer un infléchissement net dans le cours de la discipline – sinon un danger pour l’intégrité de celle-ci. De fait, la MPE fut davantage connue et estimée dans le milieu des musées ou celui des associations locales de patrimoine que dans les cénacles universitaires.
    Au début des années 2000, alors que l’État prétendait vouloir se faire petit, déléguait ses compétences, transformait la déconcentration en décentralisation, la MPE cherchait un nouveau souffle et une nouvelle identité institutionnelle. À la faveur d’un toilettage de palais, elle reçut en 2003 une nouvelle dénomination : mission à l’Ethnologie. Normalisation disciplinaire ? Trahison des espérances ? Tactique de repositionnement dans la géographie du ministère ? La question restait ouverte. Une chose était sûre : l’élimination de la référence au patrimoine ethnologique actait l’échec de la politisation de cet objet hybride. Restait pleine et entière la référence disciplinaire : l’ethnologie semblait s’imposer au patrimoine. Cependant, là où il y avait un dispositif bourdonnant d’activité, ne subsistait qu’un dispositif très diminué, perdu dans les longs couloirs feutrés des « Bons Enfants ». Que restait-il de la mission du Patrimoine ethnologique ? Une adresse Internet : http://www.culture.gouv.fr/mpe ; « m-p-e », trois lettres qui permettaient d’ouvrir sur le site du ministère de la Culture et de la Communication la page de la mission à l’Ethnologie.

Ce pastiche a été écrit en 2007, alors que nous lancions l’idée d’un regard rétrospectif sur une institution d’État, dont le changement de dénomination nous paraissait annoncer la disparition. Notre projet a pris un certain retard et a été dépassé par l’actualité administrative : au 31 décembre 2009, à la suite d’une réorganisation générale, la « mission Ethnologie » a disparu de l’organigramme du ministère de la Culture, même si, semble-t-il, il en subsiste les missions au sein du département du Pilotage de la Recherche et de la politique scientifique de la direction générale des Patrimoines. Au moins le lien est-il toujours actif… Quant aux satellites régionaux, leur nombre se réduit inexorablement sous l’effet d’une extinction naturelle du « corps ».

Sous « instauration du patrimoine ethnologique », il faut comprendre à la fois une notion, une catégorie patrimoniale et un service d’État. À suivre strictement le fil de la dénomination, l’histoire institutionnelle du patrimoine ethnologique court de 1980 à 2004 : une expérience originale sinon unique – dans le concert des nations européennes – dont il conviendra de faire valoir les relations qu’elle met en œuvre et qu’elle « travaille » : entre l’État et la science, entre la nation et les régions, entre la Culture et les cultures, entre professionnels et amateurs, entre recherche et action. En amont, dans les années 1970, c’est la formation d’une notion paradoxale qui nous intéressera : formation à la fois sur le terreau de la revendication politique des pays contre l’État et dans la continuité de l’ouverture de la conception étatique et nationale du patrimoine à l’immatérialité culturelle. En aval, ce paradoxe est pour ainsi dire digéré : le patrimoine ethnologique trouve aujourd’hui une résolution politiquement consensuelle et un prolongement « naturel », quoique problématique, dans la catégorie, internationalement reconnue, de patrimoine culturel immatériel.

Pour reprendre le sous-titre de l’atelier, revenir sur cette expérience, en sollicitant des acteurs et des chercheurs, des professionnels du patrimoine et des fonctionnaires de l’administration centrale ou déconcentrée, des historiens, des sociologues et des anthropologues, c’est tenter d’éclairer une tension « explosive » entre un projet d’affermissement d’un territoire scientifique (l’ethnologie de la France), la mise en œuvre d’une catégorie d’action publique visant à la reconnaissance du pluralisme culturel de la nation et l’élaboration d’un instrument de gouvernementalité pétri de tradition jacobine – et de pédagogisme patrimonial.

Programme prévisionnel
(Les intervenants seront indiqués ultérieurement)

Mardi 7 décembre 2010, 10h-13h
1. La mission du Patrimoine ethnologique (1980-2004), retour sur expérience.Présentation générale du séminaire et éléments de problématisation
Intervenants :
Noël Barbe, Iiac-Lahic et Drac de Franche-comté
Jean-Louis Tornatore, mcf de socio-anthropologie, Université Paul Verlaine – Metz, Iiac-Lahic

Jeudi 20 janvier 2011, 9h-13h
2. Origines de la MPE et gestes inauguraux

Vendredi 11 février 2011, 9h-13h
3. Amateurs et professionnels : les enjeux d’une territorialisation

Vendredi 25 mars 2011, 9h-13h
4. Le patrimoine, l’ethnologie. (1) Le patrimoine

Mardi 26 avril 2011, 9h-13h
5. Le patrimoine, l’ethnologie. (2) L’ethnologie

Vendredi 20 mai 2011, 9h-13h
6. L’État commanditaire ? Politique des appels d’offre et ethnopôles

Vendredi 17 juin 2011, 9h-13h
7. L’expertise en région : ethnologie et action culturell

LAHIC
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain

IIAC (UMR 8177 EHESS-CNRS)
11, rue du séminaire de Conflans
94220 CHARENTON  LE PONT

http://www.lahic.cnrs.fr

La sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Mercredi 8 décembre 2010
14h00 – 17h00
Zoom Arcade (Aix-en-Provence)

avec Chérif Khaznadar, Président de la Maison des Cultures du Monde, Vice-Président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO

Qu’est-ce que le Patrimoine Culturel Immatériel ? Les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel … Ce qui le caractérise et le rôle des communautés.

La Convention de l’Unesco. Ses objectifs et son fonctionnement. Que veut dire sauvegarder ? Les premiers résultats : effets positifs et effets pervers. Les premières inscriptions sur les listes de la Convention.

Sa mise en œuvre en France à l’échelle nationale et régionale .

et le concours de :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, directrice de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme ( Aix-en-Provence)
Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du « Portail du patrimoine oral », catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BNF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles)
Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Informations pratiques

Lieu de la rencontre : ARCADE – 6 place Barthélémy Niollon, Aix-en-Provence
Renseignements : 04 42 21 78 07

Entrée gratuite sur INSCRIPTION

http://www.arcade-paca.com/index.php?id=677

CFP Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement » (EHESS, 19 octobre 2010)

Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement ».

19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique. »

Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles (architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants, coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.

Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes locaux et mondiaux.

Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement socio-économique. Le choix des participants sera fonction non seulement de la cohérence avec la thématique de recherche (à savoir les patrimonialisations) mais aussi avec les terrains étudiés (pays émergents et en développement). Les intervenants devront démontrer dans quelle mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation » (Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent, s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités socioéconomiques locales.

Les types de thématiques à envisager seront les suivants:

• Genèse des politiques de mise en patrimoine à la lumière de l’histoire du développement ;

• Stratégies, mécanismes et décisions politiques à l’œuvre dans les politiques culturelles et patrimoniales ;

• Constructions, reconstructions, affirmations et revendications identitaires ;

• Politiques culturelles et enjeux urbains : art, patrimoine et espace public ;

• Circulation des objets patrimoniaux ;

• Mise en tourisme des patrimoines culturels.

La journée d’étude se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications peuvent utiliser les approches des différentes sciences sociales comme l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie ou encore l’histoire.

Les propositions de communications devront inclure le titre de l’intervention, un résumé de 500 mots maximum, l’axe dans lequel elle s’inscrit, ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur. Elles seront soumises avant le 15 mai 2010 par courrier électronique aux adresses suivantes : madina_regnault@yahoo.fr et Ulrike.Schuerkens@ehess.fr

Les décisions seront communiquées avant le 30 mai 2010.

Comment mobiliser les pouvoirs publics pour le PCI ? A propos de deux appels français

La convention de 2003 sur le Patrimoine Culturel Immatériel ouvre une perspective assez nouvelle dans le monde officiel de la conservation et de la gestion du patrimoine, qui consiste à impliquer les « communautés » porteuses du patrimoine immatériel. Loin de constituer une idée acceptée et diffusée parmi les professionnels autorisés, ce nouveau rôle des profanes dans la chaîne patrimoniale arrive de manière légèrement décalée dans l’histoire de la notion de patrimoine, tant le monde ordinaire est depuis longtemps déjà un moteur central dans des processus de patrimonialisation. Le monde associatif en particulier est devenu un acteur incontournable dans l’arène patrimoniale – et nul doute que l’état d’esprit d’ouverture qui plane sur la Convention provient de la profondeur de la conscience patrimoniale diffuse dans l’ensemble du monde.

Or, si le mouvement classique de patrimonialisation passait du haut vers le bas, la Convention institue aujourd’hui le mouvement inverse et légitime, non plus seulement les professionnels et les élus en charge du patrimoine, mais également les acteurs ordinaires qui voient dans la Convention un nouveau moyen, politique et juridique, pour entamer une procédure de patrimonialisation de concert avec les institutions ministérielles ou parlementaires. Ce qui est nouveau, ce n’est donc pas tant l’inversion du sens de patrimonialisation, que les nouvelles formes de mobilisation et de revendication que le monde ordinaire peut inventer face au pouvoir en place. Et l’on voit  parfois la revendication pour le PCI se calquer sur les modes d’action et les habitus de l’action collective syndicale : le résultat consiste en un texte collectif (comme c’est le cas pour les jeux taurins auxquels j’ai déjà consacré ce billet) qui reprend un certain nombre d’arguments évoqués dans les discussions, joue avec les catégories en jeu dans la Convention et utilise certaines formules rhétoriques communes afin justifier l’appel des communautés aux politiques pour prendre en charge et sauvegarder le PCI. Deux appels français récents, dont les textes sont donnés ci-dessous, serviront d’exemple.

S’inscrire dans une histoire patrimoniale. Les appels pour mobiliser la classe politique envers le PCI reposent sur la mise en avant d’actions et de pratiques patrimoniales bien antérieures à l’établissement de la Convention de 2003. En Bretagne par exemple, c’est le triple héritage du revivalisme, de l’action culturelle et des revendications identitaires qui est pris pour ancêtre des inventaires, de la sauvegarde et de la transmission tels qu’ils sont définis et conseillés par la Convention du PCI. Cette pratique a le triple avantage d’inscrire l’usage du concept de PCI dans une sorte d’histoire naturelle de la culture locale et de sa sauvegarde, de faire de la communauté une sorte de nouvel expert patrimonial « d’en bas » et de légitimer le groupe de signataires comme communauté soudée par une culture et un besoin communs.

Parler de développement durable. Le remploi des termes et des problématiques cités dans la Convention, parfois de manière très littérale, est associé dans les textes avec le contexte particulier de la région ou celui de l’objet à patrimonialiser. Ainsi, le thème du développement durable, qui constitue l’un des fondements de la notion de PCI, est systématiquement utilisé comme une justification de la revendication et comme un but à atteindre à travers la patrimonialisation. Parfois, il s’agit d’énoncer – en souhaitant que le pouvoir performatif du langage fonctionne – que le champ de l’action culturelle est un moteur de développement, sans nécessairement montrer en quoi la mise en liste d’éléments culturels peut contribuer à l’établissement d’une économie durable et responsable. Construisant toujours verbalement des liens entre développement, tourisme et patrimonialisation, les appels invitent sans doute moins à comprendre comment le développement durable peut se mettre en place, qu’à réfléchir sur la définition floue et la fonction rhétorique de ce concept économique, à forte valeur idéologique, dans le monde ordinaire.

L’immatériel est le populaire. Une autre des voies que les textes de ces appels empruntent pour mobiliser les acteurs politiques passe par une mise en équivalence du PCI et de l’ancienne catégorie de « culture populaire ». La Convention établit elle-même un flou à ce propos en proclamant que le PCI est formé de tous les éléments qui, par le passé, pouvaient appartenir au champ d’une ethnologie folklorisante, s’intéressant avant tout à la paysannerie, à la ruralité et aux classes dominées. En appliquant des catégories de pensée qui ne relèvent pas du vocabulaire de l’Unesco à la liste des objets potentiellement appelés à devenir du PCI, les textes font un raccourci intellectuel commode, dans lequel ils fusionnent le concept de PCI comme culture populaire, la communauté comme groupe défini par la pratique culturelle et le patrimoine comme expression et essence de ce groupe. Le glissement de « l’immatériel » au « populaire » revèle en grande partie les dangers de réification de la patrimonialisation dénoncés par Jean-Loup Amselle.

Je suis loin d’avoir épuisé le contenu de ce genre de textes dans ce billet, mais l’analyse des valeurs à l’oeuvre  dans les patrimonialisations ne passe pas seulement par l’étude, aussi fine que possible, des actes. Les textes patrimoniaux que constituent ces appels aux élus politiques donnent à voir comment les concepts et les idéaux patrimoniaux locaux et ordinaires fonctionnent avec, contre et au-delà des textes internationaux qui sont sensés régir la patrimonialisation. Il s’agit moins ici pour moi de délégitimer les discours et les acteurs ordinaires du patrimoine que de tenter une approche descriptive et compréhensive de ces nouvelles manières de parler et de construire le patrimoine qui se font jour depuis la signature de la Convention de 2003.

L’appel des premières rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel (Rennes, 2008)
Source : Dastum (voir ici pour les annexes citées)

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

Nous, signataires, acteurs des expressions traditionnelles de Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir et d’inscrire dans leurs orientations politiques la mise en œuvre en Bretagne historique de la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, ratifiée par la France en 2006.

Conscients des nouvelles perspectives qu’ouvre cette convention sur le plan régional, Dastum et l’Institut régional du patrimoine (IRPa) organisaient à Rennes, en décembre 2008, les Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne. Ces journées ont permis de réaffirmer l’engagement de longue date des acteurs culturels de Bretagne historique dans des actions de sauvegarde, de transmission, de création en matière d’expressions traditionnelles. Ces actions soutenues par les collectivités territoriales contribuent au développement social, économique et éducatif de la région et sont déterminantes pour l’aménagement du territoire (voir annexe 1).

En confirmant ces principes interactifs, la convention légitime les actions menées jusque là et en permet une nouvelle lecture au plan international.

La diversité culturelle et la préservation de la biodiversité constituent pour l’UNESCO la condition préalable à tout développement durable. Ces axes structurants inscrits dans L’Agenda 21, ratifié dans le cadre du Sommet de la terre de Rio en 1992, sont inscrits dans un plan d’action qui vise à accélérer un développement durable à l’échelle planétaire, par l’engagement des citoyens et des collectivités locales. Concilier l’économie, la protection de l’environnement et le progrès social, tels sont les enjeux de ces deux textes internationaux, ratifiés par la France, qui supposent de modifier les modes de production, de consommation et donc de représentation. L’Agenda 21 de la culture, adopté en 2004 par l’association des villes et des gouvernements locaux du monde, positionne la culture comme « quatrième pilier du développement durable ».

En introduisant la notion de patrimoine culturel immatériel, la Convention de l’UNESCO souligne son importance comme creuset de la diversité culturelle, garant du développement durable. La convention affirme que ce patrimoine est créé, entretenu et transmis par les porteurs de tradition eux-mêmes. Dépositaires du patrimoine de l’humanité, ils jouent ainsi un rôle central et moteur dans sa sauvegarde. Les héritages immatériels dans la diversité de leurs usages et de leurs pratiques ont ainsi droit aux mêmes égards que les héritages matériels.

La convention de l’UNESCO reconnaît ainsi les cultures populaires, créatrices d’identité et de cohésion sociale. Celle-ci précise que l’état signataire est dans l’obligation de mettre en œuvre une politique d’inventaire de ce patrimoine sur son territoire et d’inciter à l’inscription de certains éléments sur des listes de sauvegarde (annexe 3). Pour qu’une démarche de reconnaissance du patrimoine culturel immatériel, soit validée par l’UNESCO par l’inscription sur une liste d’inventaire, celle-ci doit être l’expression d’une communauté.

C’est pourquoi, nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, proposons de nous regrouper par thématiques (annexe 2), afin d’identifier les projets représentatifs du patrimoine culturel immatériel de Bretagne et des cultures présentes sur le territoire régional. Les langues bretonne et gallèse sont les vecteurs et font partie intégrante de ce patrimoine culturel immatériel.

Les élus locaux et territoriaux doivent pouvoir se saisir de ce dispositif de reconnaissance internationale pour :

–       Accompagner ou susciter des initiatives locales structurantes qui favorisent l’émergence de nouvelles formes solidaires d’économie.

–       Reconnaître ainsi l’égalité des valeurs patrimoniales qu’elles soient matérielles ou non.

–       Donner leur juste place aux acteurs culturels dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques.

Il s’agit d’un facteur structurant contribuant au développement territorial tant sur les plans culturel, éducatif et scientifique que social et économique.

Nous signataires, acteurs culturels en Bretagne historique, appelons l’ensemble des élus à s’associer à cette dynamique en la soutenant localement et en la relayant sur le plan régional et national.


L’appel des deuxièmes rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel (Clermont Ferrand, 2009).
Source : Famdt

Résumé :

Les deuxièmes Rencontres du patrimoine culturel immatériel ont illustré le potentiel du PCI pour le développement des territoires. A son issue, les organisateurs de ces Rencontres encouragent vivement les élus et les acteurs à s’engager de façon volontaire dans la mise en œuvre concrète de l’inventaire, de la revitalisation et de la sauvegarde de ce patrimoine.

Parler de PCI c’est à la fois s’intéresser à du patrimoine vivant et en même temps se lancer dans la co-construction d’une politique publique entre pouvoirs publics et société civile.

Pour avancer concrètement sur ce sujet, l’AMTA a annoncé la création d’un conseil régional du Patrimoine culturel immatériel en Auvergne.

Cette expérimentation régionale doit être exemplaire en terme de contenus et en terme de méthodologie. Et la FAMDT s’est engagée à relayer les expériences et les projets menés en Auvergne au ministère de la culture. Nous sommes en effet convaincus qu’une politique du PCI n’est pas d’abord un projet d’experts auquel serait associée la société civile mais un projet de société mis en mouvement par la société civile.

Texte :

Les 2èmes Rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel ont réuni les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont Ferrand, une centaine d’acteurs associatifs, de professionnels, d’élus, d’étudiants et de chercheurs. Cette fréquentation en Auvergne est un succès, à l’image du succès que remporte le concept du patrimoine culturel immatériel dans le monde entier. En effet en moins de 3 ans, plus d’une centaine de pays dans le monde a adhéré à cette convention internationale de l’UNESCO. La France, rappelons-le, y a adhéré en 2006 à travers un vote unanime des parlementaires français.

Les participants à ces deuxièmes Rencontres ont travaillé plus spécifiquement sur les liens entre le PCI et le développement des territoires. De quelle façon, les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festif, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel qui donnent aux habitants d’un territoire un sentiment d’identité et de continuité dans l’histoire peuvent servir au développement durable de ces territoires ?

Les participants ont réfléchi sur la façon dont le PCI allait être intégré dans les politiques patrimoniales actuelles, en particulier du côté du service régional de l’inventaire du patrimoine.  Ils ont surtout souligné que le PCI implique une façon nouvelle de travailler sur la question du patrimoine car s’agissant de patrimoine vivant, elle ne peut se faire qu’avec l’implication des «  communautés » et des personnes qui portent ces savoirs et ces pratiques.

Les participants ont échangé sur les risques de fossilisation, de dysneylandisation, de spectacularisation, de normalisation… du PCI, mais aussi sur les plus values potentielles de la prise en compte des savoirs populaires pour le lien social, le développement d’une économie solidaire, la qualité de vie et l’image extérieure de ces territoires.

Les liens entre le PCI, la Convention sur la diversité culturelle et le développement durable ont été soulignés. La convergence des valeurs, des objectifs et des méthodes de mise en œuvre des projets des Parcs naturels et de l’Agenda 21 de la culture ont été soulignés et cette question méritera d’être creusée de façon plus approfondie.

Les organisateurs réaffirment qu’une politique du PCI n’est pas d’abord un projet d’experts auquel serait associée la société civile mais un projet de société mis en mouvement par la société civile.

Vous trouverez sur le site www.famdt.com,  tous les liens vers les textes de références

Pour l’Association nationale Culture et tradition, l’Agence des musiques des territoires d’Auvergne, et la Fédération des Associations de musiques et danses traditionnelles

Pierre-Olivier Laulanné,

Saint Nicolas en PCI : suites

La polémique sur le dépôt de la marque Saint Nicolas se poursuit sur le réseau Internet avec plusieurs initiatives pour faire passer le statut des traditions du saint de la marque commerciale au patrimoine culturel immatériel…

Défendons l’universalité de la Saint-Nicolas, par le parti socialiste de Lorraine.

Une présentation lapidaire de la polémique par un journaliste de France Bleue.

Et un blog dédié : http://saintnicolaspourtous.over-blog.com/