Archives du mot-clé EHESS

Seminaire Chine, Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel, XVIIe-XXIe siècle Formation, tradition, transmission

Séminaire de Caroline Bodolec, chargée de recherche CNRS, Frédéric Obringer, chargé de recherche CNRS, Françoise Sabban, directrice d’études EHESS.

Programme 2010-2011, première partie

Jeudi 25 novembre 2010 :

Séance introductive : Notions clefs pour un séminaire sur le Patrimoine culturel immatériel. Exemples de dossiers présentés à l’UNESCO en 2010 par la République Populaire de Chine. [Caroline Bodolec]

Jeudi 9 décembre 2010 :

Présentation d’un projet de recherche sur les savoir-faire du monde Chinois. [Caroline Bodolec, Lucia Candelise, Marie-Paule Hille, Zhao Bing]

Jeudi 13 janvier 2011 :

La cuisine comme élément du PCI : débats français et chinois sur la justification d’un classement. [Françoise Sabban]

Jeudi 27 janvier 2011 :

Les enjeux de l’inscription des diaolou sur la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco pour la Municipalité de Kaiping [Patricia Batto]

Jeudi 10 février 2011 :

Patrimoine matériel ou non matériel ? — une étude sur l’industrie de la soie en Chine [Mau Chuan-hui]

Jeudi 24 février 2011 :

Le dossier « Acupuncture et moxibution chinoise » classé en novembre 2010 sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO [Frédéric Obringer]

Jeudi 10 mars 2011 :

Le dossier « Pharmacopée chinoise » comme Patrimoine culturel immatériel en Chine. [Frédéric Obringer]

Source et renseignements  Calenda

CFP Colloque Tango : Créations, identifications, circulations

Appel à communications / Call for papers / Llamado a ponencias
Colloque international
Tango : Créations, identifications, circulations
Paris, 27-28 octobre 2011
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Comité scientifique : Christophe Apprill (Centre Norbert Elias), Carmen Bernand
(Université Paris X), Denis Constant-Martin (Science Po Bordeaux), Didier
Francfort (Université Nancy 2), Julien Mallet (IRD), Rafael Mandressi
(CNRS-Centre Koyré), Emmanuelle Olivier (CNRS-CRAL), Michel Plisson (Paris IV)

Organisateurs : Marina Cañardo (EHESS-UBA), Sophie Jacotot (Université Blaise
Pascal CRAL), Esteban Buch (EHESS-CRAL)

Ce colloque international réunira à Paris des chercheurs travaillant sur le
tango et ses différents aspects (musique, danse, poésie), à partir de
perspectives disciplinaires variées (historique, sociologique, anthropologique,
musicologique). À l’heure où le tango fait l’objet d’une reconnaissance
internationale officielle suite à son inscription sur la liste du patrimoine
immatériel de l’Unesco, cette rencontre interdisciplinaire est organisée par le
Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL, EHESS-CNRS) dans le cadre
du programme de recherche ANR GLOBALMUS.
Trois thèmes de réflexion représentatifs des recherches actuelles serviront
d’axes aux débats :
– Créations : tendances esthétiques de la création actuelle, histoire des
démarches créatrices, lien avec les formes d’expression et les techniques du
corps, tensions entre création et tradition, entre création et homogénéisation,
– Identifications : identités nationales, nomadisme et diaspora, origines
« noires » du tango et métissages, instrumentalisations politiques et
revendications d’autonomie, questions de genre et sexualité,
– Circulations : ressources technologiques en contexte de globalisation,
nouveaux moyens de diffusion et leurs effets sur la pédagogie et
l’interprétation, stratégies commerciales et circuits alternatifs, impact de la
patrimonialisation.
Les langues du colloque seront le français, l’anglais et l’espagnol.
Les propositions (maximum 350 mots) sont à envoyer à
l’adresse<colloque@globalmus.net> avant le 31 mars 2011, avec les informations
suivantes: nom, prénom, téléphone, adresse électronique et une brève
présentation de l’auteur.

Coloquio internacional
Tango : Creaciones, identificaciones, circulaciones
Paris, 27-28 octobre 2011
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
Este coloquio internacional reunirá en París a investigadores que trabajan sobre
los diferentes aspectos del tango (música, danza, poesía) a partir de
perspectivas disciplinarias variadas (histórica, sociológica, antropológica,
musicológica). En momentos en que el tango es objeto de un reconocimiento
internacional oficial con su inscripción en la lista del patrimonio inmaterial
de la Unesco, este encuentro interdisciplinario es organizado por el Centre de
Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL, EHESS-CNRS) en el marco del
programa ANR GLOBALMUS.
Los debates se organizarán en torno a los siguientes ejes, presentes en las
investigaciones recientes:

–       Creaciones: tendencias estéticas de la creación actual, historia de las
posturas creativas, vínculos con las formas de expresión y las técnicas
corporales, tensiones entre creación y tradición, entre creación y
homogeneización,
–       Identificaciones: identidades nacionales, nomadismo y diáspora, orígenes
negras  del tango, instrumentalizaciones políticas y reivindicaciones de
autonomía, cuestiones de género y de sexualidad,
–       Circulaciones: recursos tecnológicos en contexto de globalización,
nuevos medios de difusión y sus efectos sobre la pedagogía y la interpretación,
estrategias comerciales y circuitos alternativos, impacto de la
patrimonialización.

Los idiomas del coloquio serán el francés, el inglés y el español.

Las propuestas (máximo 350 palabras) deben enviarse a la dirección
<colloque@globalmus.net>  antes del 31 de marzo 2011,con las
siguientesinformaciones : nombre y apellido, teléfono, email y breve biografía
del autor.

International conference
Tango : Creation, Identification, Circulation
October 27-28, 2011 Paris, France
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales(EHESS)

Scientific Committee: Christophe Apprill (Centre Norbert Elias), Carmen Bernand
(Paris X), Denis Constant-Martin (Science Po Bordeaux), Didier Francfort
(Université Nancy 2), Julien Mallet (IRD), Rafael Mandressi (CNRS-Centre Koyré),
Emmanuelle Olivier (CNRS-CRAL), Michel Plisson

Organized by: Marina Cañardo (EHESS-UBA), Sophie Jacotot (Université Blaise
Pascal CRAL), Esteban Buch (EHESS-CRAL)

This international conference held in Paris will gather together researchers
from diverse disciplinary orientations (historical, sociological,
anthropological, musicological) working on the tango and its various aspects
(music, dance, poetry). This interdisciplinary conference, organized by the
Center for Research in Arts and Language (CRAL, EHESS-CNRS) and affiliated with
the ANR GLOBALMUS research program, takes place after UNESCO’s official
recognition of the tango as international Intangible Cultural Heritage.

The conference will focus on three contemporary scientific themes concerning
tango:
– Creation: aesthetic trends of current tango; a history of creative
initiatives; links with means of expression and techniques of the body; tensions
between creation and tradition, invention and homogenization;
– Identification: national identities; nomadism and diaspora; black origins of
the tango and the question of metissage; political uses and claims of autonomy;
questions of gender and sexuality;
– Circulation: technological resources in the context of globalization; new
means of broadcasting and their effects on the pedagogy and interpretation of
tango; commercial strategies and alternative networks; the impact of naming
tango as cultural heritage.

The languages of the conference will be French, English and Spanish.
All proposals (350 words max.) should also include your name, surname, phone
number, email address and a brief presentation of the author. Please submit your
proposal by email to:  <colloque@globalmus.net>

Deadline for proposals: March 31, 2011

CFP Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement » (EHESS, 19 octobre 2010)

Journée d’étude « Patrimonialisations : enjeux identitaires et problématiques de développement ».

19 octobre 2010 – EHESS, Paris

Les études et travaux sur les phénomènes de patrimonialisation n’ont jamais été aussi en vogue qu’actuellement. Comme toute thématique qui connaît une popularité considérable dans le domaine de la recherche, celle-ci semble devenir victime de son succès puisque la notion du patrimoine apparaît peu à peu comme étant diffuse et confuse. Nous nous dirigeons ainsi vers un « tout patrimonial » que critiquait déjà Marc Guillaume (1980) lorsqu’il affirmait : « Tout devient patrimoine: l’architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique. »

Lors de cette journée d’étude, une attention particulière sera portée à la conceptualisation et la redéfinition du concept de patrimoine. S’il apparaît désormais établi que celui-ci englobe aussi bien des formes matérielles (architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants, coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances), d’autres formes sont à exclure de cette discussion, comme, par exemple, le patrimoine paysager.

Au cours de cette rencontre, il s’agira de s’intéresser à divers types de patrimoines culturels en mettant en valeur les enjeux identitaires mais aussi politiques soulevés lors de leur valorisation. Etudier les mises en patrimoines sous l’angle des motivations des acteurs initiateurs et/ou responsables (décideurs politiques) mais également demandeurs (populations locales ; touristes) en termes de culture permettra d’analyser la diversité des phénomènes identitaires qui se forment en réaction à des contextes locaux et mondiaux.

Ces politiques seront appréhendées dans une perspective de développement socio-économique. Le choix des participants sera fonction non seulement de la cohérence avec la thématique de recherche (à savoir les patrimonialisations) mais aussi avec les terrains étudiés (pays émergents et en développement). Les intervenants devront démontrer dans quelle mesure la mise en patrimoine peut être un vecteur de développement pour ces sociétés. L’originalité de cette journée sera d’analyser les points de convergence entre les mises en valeur des patrimoines culturels et les politiques de développement, dans un contexte de « glocalisation » (Schuerkens 2003), c’est-à-dire, où le local et le global s’entremêlent, s’influencent mutuellement et de manière plurielle. En dehors de son aspect particulièrement lié à l’histoire et à la mémoire des peuples, le patrimoine sera ainsi replacé dans une perspective dynamique en phase avec les réalités socioéconomiques locales.

Les types de thématiques à envisager seront les suivants:

• Genèse des politiques de mise en patrimoine à la lumière de l’histoire du développement ;

• Stratégies, mécanismes et décisions politiques à l’œuvre dans les politiques culturelles et patrimoniales ;

• Constructions, reconstructions, affirmations et revendications identitaires ;

• Politiques culturelles et enjeux urbains : art, patrimoine et espace public ;

• Circulation des objets patrimoniaux ;

• Mise en tourisme des patrimoines culturels.

La journée d’étude se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications peuvent utiliser les approches des différentes sciences sociales comme l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie ou encore l’histoire.

Les propositions de communications devront inclure le titre de l’intervention, un résumé de 500 mots maximum, l’axe dans lequel elle s’inscrit, ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur. Elles seront soumises avant le 15 mai 2010 par courrier électronique aux adresses suivantes : madina_regnault@yahoo.fr et Ulrike.Schuerkens@ehess.fr

Les décisions seront communiquées avant le 30 mai 2010.

Séminaire Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Caroline Bodolec, chargée de recherche au CNRS
Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS
Françoise Sabban, directrice d’études à l’EHESS (TH)

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 451, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 novembre 2009 au 10 juin 2009

La convention de l’UNESCO de 2003 a institué la notion de patrimoine culturel immatériel dont le but est de sauvegarder et de diffuser ce patrimoine au sein des communautés, des pays et du monde. On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel (article 2 de la convention).

Il se manifeste dans les domaines suivants : les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

La Chine s’est très tôt intéressée à cette convention et a mis en place dès 2003, des actions en ce sens. Actuellement ce sont les autorités locales qui sont sollicitées pour concrétiser la protection au niveau local, effectuer le recensement en vue d’établir les dossiers exhaustifs et systématiques du patrimoine immatériel ; dresser à l’échelle nationale, provinciale, municipales etc. les inventaires des chefs-d’œuvre etc. Ce sont des dizaines de dossiers qui seront présentés par la Chine en vue de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Le séminaire traitera de ces questions en cherchant à mettre en relief les problématiques sous-tendues par cette notion de patrimoine immatériel. Nous insisterons sur les questions de méthodes et de sources en prenant notamment des exemples dans le domaine des savoir-faire artisanaux, de la médecine et de la cuisine avec une vision à la fois historique et anthropologique.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/669/