Archives du mot-clé Departamento do Património Imaterial do Instituto dos Museus e da Conservação

Publication : Museus e Património Imaterial. Agentes, fronteiras, identidades

Le département du Patrimoine Immatériel de l’Institut des Musées et de la Conservation du Portugal va rendre public public un premier bilan du rôle des musées dans la protection et la valorisation du PCI, sous la forme d’une publication de conférences qui se sont tenues durant l’année 2008.
A lire la table des matières, et comme semblait le montrer déjà un de nos précédents billets, l’ethnologie portugaise semble avoir trouvé une nouvelle niche dans le PCI.

Museus e Património Imaterial. Agentes, fronteiras, identidades.
Publicação das Actas do Ciclo de Colóquios

No dia 10 de Dezembro terá lugar o lançamento das Actas do Ciclo de Colóquios Museus e Património Imaterial: agentes, fronteiras, identidades, realizado pelo Departamento de Património Imaterial do Instituto dos Museus e da Conservação entre Fevereiro e Novembro de 2008.

Amplamente ilustrado e com 400 páginas, o volume reúne os textos de 33 autores, nas áreas da Museologia, Antropologia, Direito e Património, Etnomusicologia, Economia Agrária e Sociologia Rural, que participaram naquele Ciclo (v. Índice em Anexo).

A publicação, bem como o projecto que lhe está na origem, é expressão da estratégia do IMC de valorização do papel que os Museus assumem no processo de salvaguarda do Património Cultural Imaterial, designadamente enquanto agentes por excelência na abordagem e documentação integrada do património material e imaterial.

Editada conjuntamente pelo Instituto dos Museus e da Conservação e pela Softlimits, S.A, a publicação resulta de parceria estabelecida entre ambas as entidades para actualização do Programa Matriz com vista ao inventário integrado do património material e imaterial, em particular no contexto da implementação do Inventário Nacional do Património Cultural Imaterial (instituído pelo Decreto-Lei n.º 139/2009, de 15 de Junho), nos termos de projecto concebido e coordenado pelo Departamento de Património Imaterial do IMC.

Indice

Apresentação 9

Introdução 15

1. Máscaras Portuguesas: autenticidade e reinvenção

A Transição Rural e o Património 33
Fernando Oliveira Baptista

Máscaras e Mudança Social no Nordeste Trasmontano 43
Paula Godinho

Quando a Máscara Esconde uma Mulher 51
Miguel Vale de Almeida

Documentar o Intangível: a experiência das máscaras 61
Catarina Alves Costa

Máscaras, Performances e Turismo 69
Paulo Raposo

Percursos entre Festas 81
João Leal

Antepassados, Rituais e Máscaras: relações materiais e imateriais 91
Clara Saraiva

2. Inventário, Protecção, Representatividade

Artes do Efémero 101
José Carlos Alvarez

O Efémero, o Imaterial e a Moda 111
Madalena Braz Teixeira

Percursos do Património Imaterial nas Colecções do Museu da Música 117
Maria Helena Trindade

A Convenção da UNESCO: inventários e salvaguarda 125
Clara Bertrand Cabral

Aspectos Jurídicos do Património Cultural Imaterial 141
João Martins Claro

3. Memória, Identidade e Projecto

Um Museu para a Luz e para o Alqueva 155
Maria João Lança

Pesquisa e Recolha Etnográfica: o caso da Aldeia da Luz 167
Clara Saraiva

Imagens e Sons para o Museu da Luz 179
Catarina Mourão

Arquivos Sonoros e Audiovisuais no Século XXI 187
Salwa El-Shawan Castelo-Branco

Programa para a Salvaguarda do Património Imaterial do Alentejo: apresentação 197
Paulo Lima

Museu da Ruralidade (Entradas, Castro Verde): evocar o passado e construir a memória do futuro 203
Miguel Rego

Museus e Património Imaterial: práticas em museus da RPM 211
Cláudia Jorge Freire

4. Saberes e Técnicas: entre o registo e a transmissão

E se elas nunca tivessem existido? Reflexões sobre a importância das Colecções de Ensino e Investigação nas Universidades 225
Marta C. Lourenço

π < ACT: do Programa Interministerial de Tratamento e Divulgação do Património (π ) ao Arquivo Científico Tropical 235
Maria da Conceição Lopes Casanova

Técnicas Populares e sua Aprendizagem: o caso da Etnomatemática 247
Darlinda Moreira

O Museu Anima-se: vozes e rostos dos operários 255
Rogério Abreu e Laura Scheidecker Domingues

Herança de um Meio Técnico e Valorização de um Capital de Saber-Fazer: da pólvora à vitalidade do Património Industrial em Vale de Milhaços 265
Graça Filipe, Fátima Sabino e Fátima Veríssimo

5. Terrenos Portugueses: o que fazem os antropólogos?

Introdução: imaterialidade e imaginação – novos mapas das culturas como recurso e como poder 279
Maria Cardeira da Silva

O Património Imaterial e a Antropologia Portuguesa: uma perspectiva histórica 289
João Leal

Retrato do Antropólogo no Terreno, enquanto Patrimonializador Relutante 297
Jean-Yves Durand

Plantas, Direitos e Cultura: a Antropologia e a patrimonialização das concepções, conhecimentos e práticas relativos à natureza 305
Amélia Frazão-Moreira

Respeito e Salvaguarda: reflexões a partir de uma experiência no terreno da música rap de finais dos 90’s 321
Teresa Fradique

A (I)materialidade do Som: Antropologia e sonoridades 337
Filipe Reis

6. Museus Globais: colecções etnográficas e multiculturalidade

Sobre a Voz e o Lugar do Museu 355
Joaquim Pais de Brito

Stewardship, Community and Intangible Cultural Heritage in Canada 371
Andrea Laforet

Notas Biográficas 389

Source : http://www.imc-ip.pt/pt-PT/patrimonio_imaterial/dpi_noticias/ContentDetail.aspx?id=2169

Au-delà du fado. Le PCI revendiqué par une institution régionale portugaise

Publico, un quotidien de diffusion nationale au Portugal, a publié le 11 octobre dernier un article à propos de la prise de position du directeur de la culture de la région de Lisbonne. Suite à l’inscription du tango sur la liste du PCI, le Portugal croit aujourd’hui possible le même succès à la forme nationale de chanson, le fado.

Cet article montre cependant combien le PCI est une notion qui fait son chemin chez les professionnels de la culture et qui tend, de manière tentaculaire, à recouvrir un ensemble d’expressions culturelles locales. Le responsable régional appelle l’Etat et les collectivités locales à prendre en charge, non seulement des éléments très connus de la culture portugaise, mais également l’ensemble des manifestations que la définition du PCI permettrait de reconnaître. Si les éléments cités ne sont pas absurdes lorsqu’on les compare avec les items des listes du PCI de l’Unesco (chants, rituels de Carnaval, fêtes religieuses, savoir des pêcheurs fluviaux, jeux taurins), les critères de sélection en revanche mériteraient d’être questionnés.

En dehors de l’opposition entre le local et le national et des jeux d’échelles de la décision politique qui sont flagrants à la lecture, ce texte constitue également une sorte d’appel revanchard de l’ethnologie à prétendre au titre de patrimoine et à sortir des universités et des musées spécialisés. En matière de « patrimoine ethnologique », le cas de la France est assez isolé et l’on mesure à travers l’article du Publico, combien l’enjeu d’une nouvelle institutionalisation des domaines de compétence de l’ethnologie (qui sont souvent confondus, voir fondus avec le PCI) est prégnant au Portugal.

On lira également à ce propos le récent article du directeur de l’Institut du PCI portugais, Paolo Ferreira da Costa (Drawing-up a nation-wide inventory of intangible heritage in Portugal in International Journal of Intangible Heritage, 4, 2009, 138-142), qui semble mettre à contribution l’ethnologie universitaire pour établir les inventaires, en soulignant le rôle central que les institutions de recherche et d’enseignement ont joué depuis une trentaine d’années dans le champ de la documentation et de l’étude du PCI. Mais c’est évidement a posteriori, et de manière anachronique, que l’on peut attribuer ce rôle aux universitaires. D’ailleurs, personne ne s’y trompe lorsque la question de l’équivalence entre PCI et savoir ethnologique se pose du point de vue des chercheurs. « L’ethnologie est-elle soluble dans le PCI ? » constitue sans doute aujourd’hui l’une des questions majeures des études sur le patrimoine immatériel…

Voici la traduction intégrale de l’article paru dans Publico :

Au-delà du fado, comment pouvons-nous protéger notre patrimoine immatériel?

« C’est une bonne chose qu’un dossier de candidature soit en préparation pour l’inscription du fado au Patrimoine Immatériel de l’Humanité, qui devrait être soumis l’année prochaine à l’Unesco. Mais c’est le signe que nous devons également parier plus fermement sur la protection du patrimoine immatériel au Portugal« , affirme Luis Marques, directeur régional de la Culture de Lisbonne et de la vallée du Tage. « C’est, argumente-t-il, un institut tel que celui qui est dédié au patrimoine bâti qui doit être créé. »

« Il existe dans le pays une série de manifestations et de pratiques culturelles – qui vont des chants de travail aux processions, des formules magiques aux cantos de desafio – qui méritent d’être inventoriées« , ajoute-t-il.

Ce travail a déjà débuté dans le cadre du Département du Patrimoine Immatériel de l’Institut des Musées et de la Conservation (à qui Publico a adressé une série de questions auxquelles nous n’avons obtenu aucune réponse au moment d’imprimer cette édition), mais également par la Direction Régional de la Culture de Lisbonne et de la Vallée du Tage (DRCLVT).

Ce que défend Luis Marques, anthropologue et spécialiste en patrimoine immatériel, c’est que le Portugal a besoin de faire plus. La candidature du fado, lancée par la Mairie de Lisbonne et le Musée du Fado et supervisée par le musicologue Rui Vieira Nery « donne toutes les garanties« . Mais il y a « d’autres expressions culturelles qui peuvent être en péril, sujettes à d’éventuelles attaques ou à l’oubli« .

Il est important  « que nous ne nous en tenions pas à quelques expressions de renommée internationale« . La candidature du fado au titre de Patrimoine Immatériel de l’Humanité est revenu dans l’actualité de cette semaine, lorsque l’Unesco a reconnu le tango, après une candidature portée par l’Argentine et l’Uruguay. L’ambassadeur de l’Unesco au Portugal, Manuel Maria Carrilho, a déclaré que la candidature du fado sera présentée début 2010 , ce qui permettra son classement l’année suivante.

Un des objectifs de ce type de classement est de garantir la protection de pratiques qui risquent de disparaitre (ce qui n’est ni le cas du fado, ni celui du tango). Luis Marques se préoccupe en fait de traditions plus vulnérables. « Il est aujourd’hui nécessaire d’enregistrer et de documenter » et d’obtenir un appui politique franc à ce sujet. Ainsi, le directeur de la DRCLVT propose que le patrimoine immatériel acquiert la même importance que celle du patrimoine matériel, par la création d’un institut qui lui soit propre.

Etant donné que la Convention pour la Sauvagarde du Patrimone Culturel Immatériel est entrée en vigueur au Portugal en août 2008, et qu’il existe déjà un régime juridique pour la protection de ce type de patrimoine, il faut maintenant mettre en place les outils et les procédures, ajoute l’anthropologue.

Dans l’enquête qu’elle réalise, la DRCLVT tente d’identifier les différentes routes du patrimoine immatériel dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage, qui se divise en cinq sous-régions : zone littorale (Peniche, Nazaré, Sintra, etc.), aire métropolitaine de Lisbonne, Leziria do Tejo, Moyen Tage et province de Setubal.

Il est possible, par exemple, de mettre en place une route des Chemins du Sacré, à travers une série de sanctuaires (parfois un simple rocher ou une falaise) liés à des miracles ou des apparitions, ou une route des processions navales, quand les barques décorées sortent en mer pour implorer la protection des marins, ou localiser les lieux où existent les chants des « Janeiras » ou des Rois, les enterrements et bûchers des mannequins de Carnaval, les fêtes du Jeudi de l’Epine (jeudi de l’Ascension). Ou encore, par exemple, toutes les traditions liées aux pêcheurs du Tage ou à la culture du taureau dans le Ribatejo.

Par Alexandra Prado Coelho