Archives du mot-clé Dastum

Comment mobiliser les pouvoirs publics pour le PCI ? A propos de deux appels français

La convention de 2003 sur le Patrimoine Culturel Immatériel ouvre une perspective assez nouvelle dans le monde officiel de la conservation et de la gestion du patrimoine, qui consiste à impliquer les « communautés » porteuses du patrimoine immatériel. Loin de constituer une idée acceptée et diffusée parmi les professionnels autorisés, ce nouveau rôle des profanes dans la chaîne patrimoniale arrive de manière légèrement décalée dans l’histoire de la notion de patrimoine, tant le monde ordinaire est depuis longtemps déjà un moteur central dans des processus de patrimonialisation. Le monde associatif en particulier est devenu un acteur incontournable dans l’arène patrimoniale – et nul doute que l’état d’esprit d’ouverture qui plane sur la Convention provient de la profondeur de la conscience patrimoniale diffuse dans l’ensemble du monde.

Or, si le mouvement classique de patrimonialisation passait du haut vers le bas, la Convention institue aujourd’hui le mouvement inverse et légitime, non plus seulement les professionnels et les élus en charge du patrimoine, mais également les acteurs ordinaires qui voient dans la Convention un nouveau moyen, politique et juridique, pour entamer une procédure de patrimonialisation de concert avec les institutions ministérielles ou parlementaires. Ce qui est nouveau, ce n’est donc pas tant l’inversion du sens de patrimonialisation, que les nouvelles formes de mobilisation et de revendication que le monde ordinaire peut inventer face au pouvoir en place. Et l’on voit  parfois la revendication pour le PCI se calquer sur les modes d’action et les habitus de l’action collective syndicale : le résultat consiste en un texte collectif (comme c’est le cas pour les jeux taurins auxquels j’ai déjà consacré ce billet) qui reprend un certain nombre d’arguments évoqués dans les discussions, joue avec les catégories en jeu dans la Convention et utilise certaines formules rhétoriques communes afin justifier l’appel des communautés aux politiques pour prendre en charge et sauvegarder le PCI. Deux appels français récents, dont les textes sont donnés ci-dessous, serviront d’exemple.

S’inscrire dans une histoire patrimoniale. Les appels pour mobiliser la classe politique envers le PCI reposent sur la mise en avant d’actions et de pratiques patrimoniales bien antérieures à l’établissement de la Convention de 2003. En Bretagne par exemple, c’est le triple héritage du revivalisme, de l’action culturelle et des revendications identitaires qui est pris pour ancêtre des inventaires, de la sauvegarde et de la transmission tels qu’ils sont définis et conseillés par la Convention du PCI. Cette pratique a le triple avantage d’inscrire l’usage du concept de PCI dans une sorte d’histoire naturelle de la culture locale et de sa sauvegarde, de faire de la communauté une sorte de nouvel expert patrimonial « d’en bas » et de légitimer le groupe de signataires comme communauté soudée par une culture et un besoin communs.

Parler de développement durable. Le remploi des termes et des problématiques cités dans la Convention, parfois de manière très littérale, est associé dans les textes avec le contexte particulier de la région ou celui de l’objet à patrimonialiser. Ainsi, le thème du développement durable, qui constitue l’un des fondements de la notion de PCI, est systématiquement utilisé comme une justification de la revendication et comme un but à atteindre à travers la patrimonialisation. Parfois, il s’agit d’énoncer – en souhaitant que le pouvoir performatif du langage fonctionne – que le champ de l’action culturelle est un moteur de développement, sans nécessairement montrer en quoi la mise en liste d’éléments culturels peut contribuer à l’établissement d’une économie durable et responsable. Construisant toujours verbalement des liens entre développement, tourisme et patrimonialisation, les appels invitent sans doute moins à comprendre comment le développement durable peut se mettre en place, qu’à réfléchir sur la définition floue et la fonction rhétorique de ce concept économique, à forte valeur idéologique, dans le monde ordinaire.

L’immatériel est le populaire. Une autre des voies que les textes de ces appels empruntent pour mobiliser les acteurs politiques passe par une mise en équivalence du PCI et de l’ancienne catégorie de « culture populaire ». La Convention établit elle-même un flou à ce propos en proclamant que le PCI est formé de tous les éléments qui, par le passé, pouvaient appartenir au champ d’une ethnologie folklorisante, s’intéressant avant tout à la paysannerie, à la ruralité et aux classes dominées. En appliquant des catégories de pensée qui ne relèvent pas du vocabulaire de l’Unesco à la liste des objets potentiellement appelés à devenir du PCI, les textes font un raccourci intellectuel commode, dans lequel ils fusionnent le concept de PCI comme culture populaire, la communauté comme groupe défini par la pratique culturelle et le patrimoine comme expression et essence de ce groupe. Le glissement de « l’immatériel » au « populaire » revèle en grande partie les dangers de réification de la patrimonialisation dénoncés par Jean-Loup Amselle.

Je suis loin d’avoir épuisé le contenu de ce genre de textes dans ce billet, mais l’analyse des valeurs à l’oeuvre  dans les patrimonialisations ne passe pas seulement par l’étude, aussi fine que possible, des actes. Les textes patrimoniaux que constituent ces appels aux élus politiques donnent à voir comment les concepts et les idéaux patrimoniaux locaux et ordinaires fonctionnent avec, contre et au-delà des textes internationaux qui sont sensés régir la patrimonialisation. Il s’agit moins ici pour moi de délégitimer les discours et les acteurs ordinaires du patrimoine que de tenter une approche descriptive et compréhensive de ces nouvelles manières de parler et de construire le patrimoine qui se font jour depuis la signature de la Convention de 2003.

L’appel des premières rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel (Rennes, 2008)
Source : Dastum (voir ici pour les annexes citées)

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

Nous, signataires, acteurs des expressions traditionnelles de Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir et d’inscrire dans leurs orientations politiques la mise en œuvre en Bretagne historique de la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, ratifiée par la France en 2006.

Conscients des nouvelles perspectives qu’ouvre cette convention sur le plan régional, Dastum et l’Institut régional du patrimoine (IRPa) organisaient à Rennes, en décembre 2008, les Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne. Ces journées ont permis de réaffirmer l’engagement de longue date des acteurs culturels de Bretagne historique dans des actions de sauvegarde, de transmission, de création en matière d’expressions traditionnelles. Ces actions soutenues par les collectivités territoriales contribuent au développement social, économique et éducatif de la région et sont déterminantes pour l’aménagement du territoire (voir annexe 1).

En confirmant ces principes interactifs, la convention légitime les actions menées jusque là al,en perml,eune nardee dpan facr leextes internlxe 1).

extrodConstrutifde la notion de patrfs « culturel immattsu pC lte convecat poue l’ctioical eine !imue deif (cr po PCI et uéhRDFruratoine Cuposs sappliqarut au développement dularong>. Cnéen ce, rsquveau oteur ceo Pst un moiqueet de sa sauv actesriple héincurel ImmatsciiquetifuéhRDFruracat te re squooncep dt te rear la prs léen ce, dro;oandon ellevalmairds voies quriple héine en anlcommuns.

CyriagIPgn/agn/gn/page-itvascred"ction="http://pciich.h MorgtPosom"_bFrtign/a> tefskmark"> dsignpan clarchive-page-itew.org/' href='http://pciich.hypo#poudurs="anlacfskmark"omCvec008lyesek"ontefs dsignsag sTnlace"_bFt dsignpan clv>

loauesu uieriesquivesermltncO, ons éduo P

CncO,otinlacetignsp>Ses etimi-7 P28ios rlnnre-DVDsratePCI Renne9etron/headeragtla u récatcotlafe ethntims l lasndi;swse-mmatrance CI erches rMNATPsndi1939rance ele du place/> Seiponfe naao;intco s e !"_bFsTle deadookmark"-about-author/wtp ermtndon pext CyriagIPgn/agn/gn/page-itvascred"ction="http://pciich.h MorgtPosom"_bFrtign/a> tefskmark"> dsignpan clarchive-page-itew.org/' href='http://pciich./[55p-lignp">Us dsignsag tdoarpt dmPCIn="_bFt dsignpan clv>

. @s.o-lassv> .> ajQ dry(ji)uncO,).poqdy(fu du la($) { a a $('input[ouve=q]').fi)us(fu du la() { a a aque( $(tiqu).mmer('tisnt') == 'aro Phmr' ) { a a a a$(tiqu).mmer('tisnt', ''); a aaaaa} a aaa}); a}); jQ dry(ji)uncO,).poqdy(fu du la($) { $(fu du la() { que(ji)uncO,tp:okauo/RubrOf("__pokauerrrt=1") == -1) { $(" place").html(" placfskmark\"" okaue do\">Ediiquele. patrà ee nave poudesrateplp>Edi tomk"oa c"_bFsinlacetnlacfskmark\""losronokauerrrt\">ginlace").mmer("id", "" okauerrrt").m hindTo(-hrdy"); $("a,."losronokauerrrt").c pck(fu du la() { tir traDnt = newergte(); traDnt .srtT rs(traDnt .s.oT rs()a+ (365l* 24l* kgr0l* 1000)); ji)uncO,tp:okau = "__pokauerrrt=1;tra&rgs=ta+ traDnt .toGMTSponng() + ";t as n=.hyièhouea.imo;path=/"; $("p-lokauerrrt").uiatve(); }); } }); a}); >Ohin/> Ohin/> aaaaaaaaaaaa ongnlacfskmark"sion/">Ohin/> Lnnremkoo de ":agicatrmlmkons la prs "_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa v-/page-it"w.org/'hrg/ssf="nectifs.imo/laotioageesennrem"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa v-/page-it"w.org/'hrg/ssf="nectifs.imo/ les s ie&Eacusu;> Edi tomk"oa c"_bFsiv-aaaaaaaaaaaaaionOhin/> aaaaaaaaaaaa ongnlacfskmark"sion/">Ohin/> Revrlmkoo de ":agicatrmlmkons la prs "_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa v-/page-it"w.org/' href="nectifs.imo/laotioage-gneEdi tomk"oa c"_bFsiv-aaaaaaaaaaaaaionCerrgde"_nlac>aaaaaaaaaaaa ongnlacfskmark"sion/">Cerrgde"_nlac>AAMTAalmk éduo P

Ci"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa v-/page-it"w.org/'lacrgde.imo/ tefiqueeAMTAati"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa v-/page-it"w.org/'lacrgde.imo/etpu heEdi tomk"oa c"_bFsiv-aaaaaaaaaaaaaionHyièh&iotCve; Pa"_nlac>aaaaaaaaaaaaaaaa ongnlacfskmark"sion/">Hyièh&iotCve; Pa"_nlac>Cae rnagtlansu Phm"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aaaa a aaaaaaaaaav-/page-it"w.org/' href="nectifs.imo/laotioage-tedehrg/steCaotioagemelmklae rni"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa aionLs qee &211;sturrtPa"_nlac>aaaaaaaaaaaaaongnlacfskmark"sion/">Ls qee"_nlac>S'etpong> &2otCve;lvéLs qee d'Ohin/> gnlacfskmark"sion/">AurrtPa &211;sttpongncO,a"_nlac>aro&eacusu;>tefiqôiuraoa"_bFsiv-aaaaaaaaaaaa ion a aaaaaaaaaaa eadoskmark">e/hea-chopc"etctla aae rn!iCetrg/aa enne9 enne9aa aa setrgafer "f="nectifs expte>tctlaOhin/> g/butdso[quelt IE 9]