Archives du mot-clé Chine

Seminaire Chine, Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel, XVIIe-XXIe siècle Formation, tradition, transmission

Séminaire de Caroline Bodolec, chargée de recherche CNRS, Frédéric Obringer, chargé de recherche CNRS, Françoise Sabban, directrice d’études EHESS.

Programme 2010-2011, première partie

Jeudi 25 novembre 2010 :

Séance introductive : Notions clefs pour un séminaire sur le Patrimoine culturel immatériel. Exemples de dossiers présentés à l’UNESCO en 2010 par la République Populaire de Chine. [Caroline Bodolec]

Jeudi 9 décembre 2010 :

Présentation d’un projet de recherche sur les savoir-faire du monde Chinois. [Caroline Bodolec, Lucia Candelise, Marie-Paule Hille, Zhao Bing]

Jeudi 13 janvier 2011 :

La cuisine comme élément du PCI : débats français et chinois sur la justification d’un classement. [Françoise Sabban]

Jeudi 27 janvier 2011 :

Les enjeux de l’inscription des diaolou sur la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco pour la Municipalité de Kaiping [Patricia Batto]

Jeudi 10 février 2011 :

Patrimoine matériel ou non matériel ? — une étude sur l’industrie de la soie en Chine [Mau Chuan-hui]

Jeudi 24 février 2011 :

Le dossier « Acupuncture et moxibution chinoise » classé en novembre 2010 sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO [Frédéric Obringer]

Jeudi 10 mars 2011 :

Le dossier « Pharmacopée chinoise » comme Patrimoine culturel immatériel en Chine. [Frédéric Obringer]

Source et renseignements  Calenda

Séminaire Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine (XVIIe-XXIe siècle) : formation, tradition, transmission

Caroline Bodolec, chargée de recherche au CNRS
Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS
Françoise Sabban, directrice d’études à l’EHESS (TH)

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 451, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 novembre 2009 au 10 juin 2009

La convention de l’UNESCO de 2003 a institué la notion de patrimoine culturel immatériel dont le but est de sauvegarder et de diffuser ce patrimoine au sein des communautés, des pays et du monde. On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel (article 2 de la convention).

Il se manifeste dans les domaines suivants : les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

La Chine s’est très tôt intéressée à cette convention et a mis en place dès 2003, des actions en ce sens. Actuellement ce sont les autorités locales qui sont sollicitées pour concrétiser la protection au niveau local, effectuer le recensement en vue d’établir les dossiers exhaustifs et systématiques du patrimoine immatériel ; dresser à l’échelle nationale, provinciale, municipales etc. les inventaires des chefs-d’œuvre etc. Ce sont des dizaines de dossiers qui seront présentés par la Chine en vue de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Le séminaire traitera de ces questions en cherchant à mettre en relief les problématiques sous-tendues par cette notion de patrimoine immatériel. Nous insisterons sur les questions de méthodes et de sources en prenant notamment des exemples dans le domaine des savoir-faire artisanaux, de la médecine et de la cuisine avec une vision à la fois historique et anthropologique.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/669/

Une approche de la patrimonialisation en Chine

Le site de Stéphane Gros (CNRS), anthropolgue spécialiste de la province chinoise du Yunnan, présente rapidement son parcours et son programme de recherche, centré sur l’analyse de la construction et des usages du patrimoine culturel et naturel dans une région aujourd’hui à forte vocation touristique.