Archives du mot-clé Bretagne

Comment mobiliser les pouvoirs publics pour le PCI ? A propos de deux appels français

La convention de 2003 sur le Patrimoine Culturel Immatériel ouvre une perspective assez nouvelle dans le monde officiel de la conservation et de la gestion du patrimoine, qui consiste à impliquer les « communautés » porteuses du patrimoine immatériel. Loin de constituer une idée acceptée et diffusée parmi les professionnels autorisés, ce nouveau rôle des profanes dans la chaîne patrimoniale arrive de manière légèrement décalée dans l’histoire de la notion de patrimoine, tant le monde ordinaire est depuis longtemps déjà un moteur central dans des processus de patrimonialisation. Le monde associatif en particulier est devenu un acteur incontournable dans l’arène patrimoniale – et nul doute que l’état d’esprit d’ouverture qui plane sur la Convention provient de la profondeur de la conscience patrimoniale diffuse dans l’ensemble du monde.

Or, si le mouvement classique de patrimonialisation passait du haut vers le bas, la Convention institue aujourd’hui le mouvement inverse et légitime, non plus seulement les professionnels et les élus en charge du patrimoine, mais également les acteurs ordinaires qui voient dans la Convention un nouveau moyen, politique et juridique, pour entamer une procédure de patrimonialisation de concert avec les institutions ministérielles ou parlementaires. Ce qui est nouveau, ce n’est donc pas tant l’inversion du sens de patrimonialisation, que les nouvelles formes de mobilisation et de revendication que le monde ordinaire peut inventer face au pouvoir en place. Et l’on voit  parfois la revendication pour le PCI se calquer sur les modes d’action et les habitus de l’action collective syndicale : le résultat consiste en un texte collectif (comme c’est le cas pour les jeux taurins auxquels j’ai déjà consacré ce billet) qui reprend un certain nombre d’arguments évoqués dans les discussions, joue avec les catégories en jeu dans la Convention et utilise certaines formules rhétoriques communes afin justifier l’appel des communautés aux politiques pour prendre en charge et sauvegarder le PCI. Deux appels français récents, dont les textes sont donnés ci-dessous, serviront d’exemple.

S’inscrire dans une histoire patrimoniale. Les appels pour mobiliser la classe politique envers le PCI reposent sur la mise en avant d’actions et de pratiques patrimoniales bien antérieures à l’établissement de la Convention de 2003. En Bretagne par exemple, c’est le triple héritage du revivalisme, de l’action culturelle et des revendications identitaires qui est pris pour ancêtre des inventaires, de la sauvegarde et de la transmission tels qu’ils sont définis et conseillés par la Convention du PCI. Cette pratique a le triple avantage d’inscrire l’usage du concept de PCI dans une sorte d’histoire naturelle de la culture locale et de sa sauvegarde, de faire de la communauté une sorte de nouvel expert patrimonial « d’en bas » et de légitimer le groupe de signataires comme communauté soudée par une culture et un besoin communs.

Parler de développement durable. Le remploi des termes et des problématiques cités dans la Convention, parfois de manière très littérale, est associé dans les textes avec le contexte particulier de la région ou celui de l’objet à patrimonialiser. Ainsi, le thème du développement durable, qui constitue l’un des fondements de la notion de PCI, est systématiquement utilisé comme une justification de la revendication et comme un but à atteindre à travers la patrimonialisation. Parfois, il s’agit d’énoncer – en souhaitant que le pouvoir performatif du langage fonctionne – que le champ de l’action culturelle est un moteur de développement, sans nécessairement montrer en quoi la mise en liste d’éléments culturels peut contribuer à l’établissement d’une économie durable et responsable. Construisant toujours verbalement des liens entre développement, tourisme et patrimonialisation, les appels invitent sans doute moins à comprendre comment le développement durable peut se mettre en place, qu’à réfléchir sur la définition floue et la fonction rhétorique de ce concept économique, à forte valeur idéologique, dans le monde ordinaire.

L’immatériel est le populaire. Une autre des voies que les textes de ces appels empruntent pour mobiliser les acteurs politiques passe par une mise en équivalence du PCI et de l’ancienne catégorie de « culture populaire ». La Convention établit elle-même un flou à ce propos en proclamant que le PCI est formé de tous les éléments qui, par le passé, pouvaient appartenir au champ d’une ethnologie folklorisante, s’intéressant avant tout à la paysannerie, à la ruralité et aux classes dominées. En appliquant des catégories de pensée qui ne relèvent pas du vocabulaire de l’Unesco à la liste des objets potentiellement appelés à devenir du PCI, les textes font un raccourci intellectuel commode, dans lequel ils fusionnent le concept de PCI comme culture populaire, la communauté comme groupe défini par la pratique culturelle et le patrimoine comme expression et essence de ce groupe. Le glissement de « l’immatériel » au « populaire » revèle en grande partie les dangers de réification de la patrimonialisation dénoncés par Jean-Loup Amselle.

Je suis loin d’avoir épuisé le contenu de ce genre de textes dans ce billet, mais l’analyse des valeurs à l’oeuvre  dans les patrimonialisations ne passe pas seulement par l’étude, aussi fine que possible, des actes. Les textes patrimoniaux que constituent ces appels aux élus politiques donnent à voir comment les concepts et les idéaux patrimoniaux locaux et ordinaires fonctionnent avec, contre et au-delà des textes internationaux qui sont sensés régir la patrimonialisation. Il s’agit moins ici pour moi de délégitimer les discours et les acteurs ordinaires du patrimoine que de tenter une approche descriptive et compréhensive de ces nouvelles manières de parler et de construire le patrimoine qui se font jour depuis la signature de la Convention de 2003.

L’appel des premières rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel (Rennes, 2008)
Source : Dastum (voir ici pour les annexes citées)

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

Nous, signataires, acteurs des expressions traditionnelles de Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir et d’inscrire dans leurs orientations politiques la mise en œuvre en Bretagne historique de la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, ratifiée par la France en 2006.

Conscients des nouvelles perspectives qu’ouvre cette convention sur le plan régional, Dastum et l’Institut régional du patrimoine (IRPa) organisaient à Rennes, en décembre 2008, les Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne. Ces journées ont permis de réaffirmer l’engagement de longue date des acteurs culturels de Bretagne historique dans des actions de sauvegarde, de transmission, de création en matière d’expressions traditionnelles. Ces actions soutenues par les collectivités territoriales contribuent au développement social, économique et éducatif de la région et sont déterminantes pour l’aménagement du territoire (voir annexe 1).

En confirmant ces principes interactifs, la convention légitime les actions menées jusque là et en permet une nouvelle lecture au plan international.

La diversité culturelle et la préservation de la biodiversité constituent pour l’UNESCO la condition préalable à tout développement durable. Ces axes structurants inscrits dans L’Agenda 21, ratifié dans le cadre du Sommet de la terre de Rio en 1992, sont inscrits dans un plan d’action qui vise à accélérer un développement durable à l’échelle planétaire, par l’engagement des citoyens et des collectivités locales. Concilier l’économie, la protection de l’environnement et le progrès social, tels sont les enjeux de ces deux textes internationaux, ratifiés par la France, qui supposent de modifier les modes de production, de consommation et donc de représentation. L’Agenda 21 de la culture, adopté en 2004 par l’association des villes et des gouvernements locaux du monde, positionne la culture comme « quatrième pilier du développement durable ».

En introduisant la notion de patrimoine culturel immatériel, la Convention de l’UNESCO souligne son importance comme creuset de la diversité culturelle, garant du développement durable. La convention affirme que ce patrimoine est créé, entretenu et transmis par les porteurs de tradition eux-mêmes. Dépositaires du patrimoine de l’humanité, ils jouent ainsi un rôle central et moteur dans sa sauvegarde. Les héritages immatériels dans la diversité de leurs usages et de leurs pratiques ont ainsi droit aux mêmes égards que les héritages matériels.

La convention de l’UNESCO reconnaît ainsi les cultures populaires, créatrices d’identité et de cohésion sociale. Celle-ci précise que l’état signataire est dans l’obligation de mettre en œuvre une politique d’inventaire de ce patrimoine sur son territoire et d’inciter à l’inscription de certains éléments sur des listes de sauvegarde (annexe 3). Pour qu’une démarche de reconnaissance du patrimoine culturel immatériel, soit validée par l’UNESCO par l’inscription sur une liste d’inventaire, celle-ci doit être l’expression d’une communauté.

C’est pourquoi, nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, proposons de nous regrouper par thématiques (annexe 2), afin d’identifier les projets représentatifs du patrimoine culturel immatériel de Bretagne et des cultures présentes sur le territoire régional. Les langues bretonne et gallèse sont les vecteurs et font partie intégrante de ce patrimoine culturel immatériel.

Les élus locaux et territoriaux doivent pouvoir se saisir de ce dispositif de reconnaissance internationale pour :

–       Accompagner ou susciter des initiatives locales structurantes qui favorisent l’émergence de nouvelles formes solidaires d’économie.

–       Reconnaître ainsi l’égalité des valeurs patrimoniales qu’elles soient matérielles ou non.

–       Donner leur juste place aux acteurs culturels dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques.

Il s’agit d’un facteur structurant contribuant au développement territorial tant sur les plans culturel, éducatif et scientifique que social et économique.

Nous signataires, acteurs culturels en Bretagne historique, appelons l’ensemble des élus à s’associer à cette dynamique en la soutenant localement et en la relayant sur le plan régional et national.


L’appel des deuxièmes rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel (Clermont Ferrand, 2009).
Source : Famdt

Résumé :

Les deuxièmes Rencontres du patrimoine culturel immatériel ont illustré le potentiel du PCI pour le développement des territoires. A son issue, les organisateurs de ces Rencontres encouragent vivement les élus et les acteurs à s’engager de façon volontaire dans la mise en œuvre concrète de l’inventaire, de la revitalisation et de la sauvegarde de ce patrimoine.

Parler de PCI c’est à la fois s’intéresser à du patrimoine vivant et en même temps se lancer dans la co-construction d’une politique publique entre pouvoirs publics et société civile.

Pour avancer concrètement sur ce sujet, l’AMTA a annoncé la création d’un conseil régional du Patrimoine culturel immatériel en Auvergne.

Cette expérimentation régionale doit être exemplaire en terme de contenus et en terme de méthodologie. Et la FAMDT s’est engagée à relayer les expériences et les projets menés en Auvergne au ministère de la culture. Nous sommes en effet convaincus qu’une politique du PCI n’est pas d’abord un projet d’experts auquel serait associée la société civile mais un projet de société mis en mouvement par la société civile.

Texte :

Les 2èmes Rencontres nationales du Patrimoine Culturel Immatériel ont réuni les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont Ferrand, une centaine d’acteurs associatifs, de professionnels, d’élus, d’étudiants et de chercheurs. Cette fréquentation en Auvergne est un succès, à l’image du succès que remporte le concept du patrimoine culturel immatériel dans le monde entier. En effet en moins de 3 ans, plus d’une centaine de pays dans le monde a adhéré à cette convention internationale de l’UNESCO. La France, rappelons-le, y a adhéré en 2006 à travers un vote unanime des parlementaires français.

Les participants à ces deuxièmes Rencontres ont travaillé plus spécifiquement sur les liens entre le PCI et le développement des territoires. De quelle façon, les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festif, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel qui donnent aux habitants d’un territoire un sentiment d’identité et de continuité dans l’histoire peuvent servir au développement durable de ces territoires ?

Les participants ont réfléchi sur la façon dont le PCI allait être intégré dans les politiques patrimoniales actuelles, en particulier du côté du service régional de l’inventaire du patrimoine.  Ils ont surtout souligné que le PCI implique une façon nouvelle de travailler sur la question du patrimoine car s’agissant de patrimoine vivant, elle ne peut se faire qu’avec l’implication des «  communautés » et des personnes qui portent ces savoirs et ces pratiques.

Les participants ont échangé sur les risques de fossilisation, de dysneylandisation, de spectacularisation, de normalisation… du PCI, mais aussi sur les plus values potentielles de la prise en compte des savoirs populaires pour le lien social, le développement d’une économie solidaire, la qualité de vie et l’image extérieure de ces territoires.

Les liens entre le PCI, la Convention sur la diversité culturelle et le développement durable ont été soulignés. La convergence des valeurs, des objectifs et des méthodes de mise en œuvre des projets des Parcs naturels et de l’Agenda 21 de la culture ont été soulignés et cette question méritera d’être creusée de façon plus approfondie.

Les organisateurs réaffirment qu’une politique du PCI n’est pas d’abord un projet d’experts auquel serait associée la société civile mais un projet de société mis en mouvement par la société civile.

Vous trouverez sur le site www.famdt.com,  tous les liens vers les textes de références

Pour l’Association nationale Culture et tradition, l’Agence des musiques des territoires d’Auvergne, et la Fédération des Associations de musiques et danses traditionnelles

Pierre-Olivier Laulanné,