Présentation

Ce blog rassemble (et commente parfois) les nouvelles publiées sur le web à propos des usages sociaux du patrimoine culturel immatériel et son approche scientifique, notamment dans le champ de l’anthropologie. Fondé sur une lecture de la patrimonialisation en terme de mise en mémoire culturelle, notre approche privilégie un regard critique sur cette activité sociale qui touche tous les niveaux du local au transnational.

L’étude de la notion de patrimoine est sans doute l’une des voies les plus sûres qu’historiens et anthropologues peuvent emprunter pour analyser et décrypter le rapport des sociétés à leur passé, et notamment dans sa relation complexe et ambiguë avec la mémoire et l’histoire. Cependant, le patrimoine se présente également comme l’une des formes contemporaines de construction du rapport au présent et à la localité, aussi bien dans les terrains transnationaux qu’à l’échelle des communautés locales.
Mais cette posture critique est assez rare dans le monde intellectuel car le patrimoine, matériel ou immatériel, est souvent considéré comme un fait établi, une donnée de nature, un fait de civilisation irréductible ou comme l’essence même de l’identité des groupes et de l’espace qu’ils peuplent. Comme le genre ou les différences sociales, le patrimoine subit une essentialisation et une naturalisation. Et il ne retient souvent l’attention des spécialistes qui lui sont dévoués (conservateurs, hommes politiques ou fonctionnaires) qu’en tant que « corpus » à étudier comme trace de civilisation, indépendamment des conditions sociales et historiques de sa constitution en tant que corpus. Les mises en collection initiées par des musées d’archéologie, d’ethnographie et d’art – ou les inscriptions sur des listes de classement – sont pourtant bien le fruit d’une classification, d’une mise en ordre et d’une forme de mise en exposition, voir en tourisme, dont les critères sont autant dépendants de la culture, de l’histoire et des acteurs qui choisissent et manipulent les objets que la parenté, la religion ou l’économie. L’accession potentielle des faits matériels et immatériels au titre de patrimoine doit s’analyser comme un fait social comme un autre, les processus de mise en patrimoine constituant dès lors une sorte de laboratoire de l’action patrimoniale en train de se faire.

Cyril Isnart
Research Fellow (Investigador Auxiliar)
Universidade de Évora
Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades
Palácio do Vimioso
Apartado 94
7002-554 Évora
Portugal

isnartc@gmail.com
http://pciich.hypotheses.org

Une réflexion au sujet de « Présentation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *