Archives pour la catégorie Presse

Saint Nicolas en PCI : suites

La polémique sur le dépôt de la marque Saint Nicolas se poursuit sur le réseau Internet avec plusieurs initiatives pour faire passer le statut des traditions du saint de la marque commerciale au patrimoine culturel immatériel…

Défendons l’universalité de la Saint-Nicolas, par le parti socialiste de Lorraine.

Une présentation lapidaire de la polémique par un journaliste de France Bleue.

Et un blog dédié : http://saintnicolaspourtous.over-blog.com/

Patrimonialiser ou déposer saint Nicolas

Le Monde vient de publier une dépêche de l’AFP sur une invocation résistante du PCI :

 » A la veille des célébrations de la Saint-Nicolas, la Lorraine est traversée par une polémique qui concerne le dépôt de la marque « Saint-Nicolas » par les mairies de Nancy et Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle).

Pour dénoncer la « privatisation » de la fête, un élu de l’opposition socialiste à Nancy, Bertrand Masson, a lancé mercredi une pétition en ligne qui a déjà recueilli les signatures d’une vingtaine d’édiles socialistes, dont les présidents du Conseil régional de Lorraine et du Conseil général de Meurthe-et-Moselle, ainsi que certains maires de l’agglomération nancéienne.

Les conseils municipaux de Nancy et de Saint-Nicolas-de-Port (7.500 habitants) ont en effet voté en juillet dernier le dépôt de quatre marques à l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi): « Saint Nicolas », « Le marché de la Saint Nicolas », « Les fêtes de la Saint Nicolas » et « La fête de la Saint Nicolas ».

« On privatise une fête, comme si Nancy et Saint-Nicolas-de-Port étaient les seules villes concernées », dénonce Bertrand Masson, chef de l’opposition municipale de Nancy qui estime que les deux communes ont fait preuve d' »une vision boutiquière d’un patrimoine culturel commun à tous les Lorrains ».

Les signataires demandent le retrait des marques déposées à l’INPI ainsi que l’inscription de la fête de la Saint-Nicolas au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

« Nous avons fait cette démarche pour protéger l’initiative privée, ce dépôt n’est pas opposable aux initiatives des collectivités publiques », s’est défendu Laurent Hénart, adjoint à la Culture (UMP-Rad) à la mairie de Nancy. « N’importe quelle mairie pourra décider d’éditer des produits dérivés », assure-t-il.

« Nous avons eu deux précédents, notamment avec l’appellation +Place Stanislas+ en 2005: il a fallu transiger avec les particuliers qui avaient déposé ce nom, ça a eu un coût certain en frais de justice. Maintenant, on se protège », justifie-t-il.

Laurent Hénart, par ailleurs tête de liste UMP aux élections régionales en Lorraine, observe que « personne n’a fait opposition ou n’a déposé d’observations durant le délai légal après le dépôt à l’INPI ».

« C’est une fois ce délai écoulé que certains s’agitent: il y a une posture pré-électorale regrettable, Saint-Nicolas mérite mieux que ça », estime-t-il. « 

Au-delà du fado. Le PCI revendiqué par une institution régionale portugaise

Publico, un quotidien de diffusion nationale au Portugal, a publié le 11 octobre dernier un article à propos de la prise de position du directeur de la culture de la région de Lisbonne. Suite à l’inscription du tango sur la liste du PCI, le Portugal croit aujourd’hui possible le même succès à la forme nationale de chanson, le fado.

Cet article montre cependant combien le PCI est une notion qui fait son chemin chez les professionnels de la culture et qui tend, de manière tentaculaire, à recouvrir un ensemble d’expressions culturelles locales. Le responsable régional appelle l’Etat et les collectivités locales à prendre en charge, non seulement des éléments très connus de la culture portugaise, mais également l’ensemble des manifestations que la définition du PCI permettrait de reconnaître. Si les éléments cités ne sont pas absurdes lorsqu’on les compare avec les items des listes du PCI de l’Unesco (chants, rituels de Carnaval, fêtes religieuses, savoir des pêcheurs fluviaux, jeux taurins), les critères de sélection en revanche mériteraient d’être questionnés.

En dehors de l’opposition entre le local et le national et des jeux d’échelles de la décision politique qui sont flagrants à la lecture, ce texte constitue également une sorte d’appel revanchard de l’ethnologie à prétendre au titre de patrimoine et à sortir des universités et des musées spécialisés. En matière de « patrimoine ethnologique », le cas de la France est assez isolé et l’on mesure à travers l’article du Publico, combien l’enjeu d’une nouvelle institutionalisation des domaines de compétence de l’ethnologie (qui sont souvent confondus, voir fondus avec le PCI) est prégnant au Portugal.

On lira également à ce propos le récent article du directeur de l’Institut du PCI portugais, Paolo Ferreira da Costa (Drawing-up a nation-wide inventory of intangible heritage in Portugal in International Journal of Intangible Heritage, 4, 2009, 138-142), qui semble mettre à contribution l’ethnologie universitaire pour établir les inventaires, en soulignant le rôle central que les institutions de recherche et d’enseignement ont joué depuis une trentaine d’années dans le champ de la documentation et de l’étude du PCI. Mais c’est évidement a posteriori, et de manière anachronique, que l’on peut attribuer ce rôle aux universitaires. D’ailleurs, personne ne s’y trompe lorsque la question de l’équivalence entre PCI et savoir ethnologique se pose du point de vue des chercheurs. « L’ethnologie est-elle soluble dans le PCI ? » constitue sans doute aujourd’hui l’une des questions majeures des études sur le patrimoine immatériel…

Voici la traduction intégrale de l’article paru dans Publico :

Au-delà du fado, comment pouvons-nous protéger notre patrimoine immatériel?

« C’est une bonne chose qu’un dossier de candidature soit en préparation pour l’inscription du fado au Patrimoine Immatériel de l’Humanité, qui devrait être soumis l’année prochaine à l’Unesco. Mais c’est le signe que nous devons également parier plus fermement sur la protection du patrimoine immatériel au Portugal« , affirme Luis Marques, directeur régional de la Culture de Lisbonne et de la vallée du Tage. « C’est, argumente-t-il, un institut tel que celui qui est dédié au patrimoine bâti qui doit être créé. »

« Il existe dans le pays une série de manifestations et de pratiques culturelles – qui vont des chants de travail aux processions, des formules magiques aux cantos de desafio – qui méritent d’être inventoriées« , ajoute-t-il.

Ce travail a déjà débuté dans le cadre du Département du Patrimoine Immatériel de l’Institut des Musées et de la Conservation (à qui Publico a adressé une série de questions auxquelles nous n’avons obtenu aucune réponse au moment d’imprimer cette édition), mais également par la Direction Régional de la Culture de Lisbonne et de la Vallée du Tage (DRCLVT).

Ce que défend Luis Marques, anthropologue et spécialiste en patrimoine immatériel, c’est que le Portugal a besoin de faire plus. La candidature du fado, lancée par la Mairie de Lisbonne et le Musée du Fado et supervisée par le musicologue Rui Vieira Nery « donne toutes les garanties« . Mais il y a « d’autres expressions culturelles qui peuvent être en péril, sujettes à d’éventuelles attaques ou à l’oubli« .

Il est important  « que nous ne nous en tenions pas à quelques expressions de renommée internationale« . La candidature du fado au titre de Patrimoine Immatériel de l’Humanité est revenu dans l’actualité de cette semaine, lorsque l’Unesco a reconnu le tango, après une candidature portée par l’Argentine et l’Uruguay. L’ambassadeur de l’Unesco au Portugal, Manuel Maria Carrilho, a déclaré que la candidature du fado sera présentée début 2010 , ce qui permettra son classement l’année suivante.

Un des objectifs de ce type de classement est de garantir la protection de pratiques qui risquent de disparaitre (ce qui n’est ni le cas du fado, ni celui du tango). Luis Marques se préoccupe en fait de traditions plus vulnérables. « Il est aujourd’hui nécessaire d’enregistrer et de documenter » et d’obtenir un appui politique franc à ce sujet. Ainsi, le directeur de la DRCLVT propose que le patrimoine immatériel acquiert la même importance que celle du patrimoine matériel, par la création d’un institut qui lui soit propre.

Etant donné que la Convention pour la Sauvagarde du Patrimone Culturel Immatériel est entrée en vigueur au Portugal en août 2008, et qu’il existe déjà un régime juridique pour la protection de ce type de patrimoine, il faut maintenant mettre en place les outils et les procédures, ajoute l’anthropologue.

Dans l’enquête qu’elle réalise, la DRCLVT tente d’identifier les différentes routes du patrimoine immatériel dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage, qui se divise en cinq sous-régions : zone littorale (Peniche, Nazaré, Sintra, etc.), aire métropolitaine de Lisbonne, Leziria do Tejo, Moyen Tage et province de Setubal.

Il est possible, par exemple, de mettre en place une route des Chemins du Sacré, à travers une série de sanctuaires (parfois un simple rocher ou une falaise) liés à des miracles ou des apparitions, ou une route des processions navales, quand les barques décorées sortent en mer pour implorer la protection des marins, ou localiser les lieux où existent les chants des « Janeiras » ou des Rois, les enterrements et bûchers des mannequins de Carnaval, les fêtes du Jeudi de l’Epine (jeudi de l’Ascension). Ou encore, par exemple, toutes les traditions liées aux pêcheurs du Tage ou à la culture du taureau dans le Ribatejo.

Par Alexandra Prado Coelho

L’union des Proloco italiennes affirme son rôle dans la promotion du PCI

A l’occasion de sa participation aux « journées du Tibre », l’union nationale des Proloco vient de publier un communiqué de presse qui souligne le rôle central que l’institution entend jouer dans le processus national de prise en charge du PCI. Le projet de valorisation et d’inventaire passe ici par la collecte des publications dédiées aux champs couverts par la convention de 2003, classiquement interprétés par la fédération comme les « traditions populaires ».
Le texte souligne cependant un point important et nouveau par rapport à ces précédentes actions, dont PCIICH avait déjà rendu compte (ici et ). L’apparition de nouvelles échelles de collaboration permet de mettre au jour les liens que la fédération tente de construire avec plusieurs niveaux de la gouvernance locale, régionale, nationale et internationale et avec les institutions universitaires. Elle tente ainsi de se faire une place dans la chaîne de patrimonialisation et de sauvegarde des traditions et de légitimer sa fonction patrimoniale à travers une reconnaissance par différents acteurs et institutions d’importance (délégation italienne auprès de l’Unesco, présidence de la République italienne, institutions régionales, associations locales).
Encore une fois, l’expérimentation italienne des Proloco montre que le patrimoine immatériel est un objet qui recycle d’anciennes catégories mais qui produit également des procédures nouvelles et des effets d’échelles inédits, qui rendent l’analyse de ces processus à la fois compliquée et passionnante.

COMUNICATO STAMPA – IL PATRIMONIO IMMATERIALE PROTAGONISTA AL CONVEGNO TIBER DAY
E’ stato il patrimonio immateriale uno degli argomenti principali trattati nel corso del convegno « Progetti di sviluppo su un Bacino-Distretto », promosso dall’Associazione Amici del Tevere, con il Patrocinio della Società Geografica Italiana. Ospite dell’evento, che si è svolto venerdì 9 ottobre presso la Facoltà di Ingegneria dell’Università di Roma “Tor Vergata”, è stato il presidente dell’UNPLI (Unione Nazionale Pro Loco d’Italia), Claudio Nardocci. E’ intervenuto a proposito della Bibliomediateca delle Pro Loco di Civitella d’Agliano (VT), che raccoglie il vasto materiale selezionato sulle tradizioni orali e che è pronta ad ospitare tutto il materiale che continuerà ad affluire dalle associazioni iscritte. Nardocci ha inoltre presentato “Abbraccia l’Italia”, il nuovo progetto UNPLI per la tutela e la valorizzazione del patrimonio immateriale italiano.

Il Presidente dell’UNPLI non è stato però l’unico ospite del Tiber Day a dare enfasi al patrimonio immateriale, infatti, anche gli altri relatori hanno messo in evidenza l’importanza di tale patrimonio come bene nazionale del Bacino del Tevere, fra questi il Segretario Generale dell’Autorità di Bacino del Fiume Tevere, Giorgio Cesari. Il delegato del Rettore dell’Università della Tuscia per il Programma europeo « Socrates », Fabio Caporali, in particolare, intervenendo a proposito dello sviluppo di nuovi “paesaggi culturali” per il bacino del Tevere, si è trovato in pieno accordo con la valorizzazione delle tradizioni orali del nostro Paese portata avanti dall’UNPLI, auspicando future collaborazioni; sia l’UNPLI sia l’Università della Tuscia avevano già aderito alla Consulta del Bacino del Tevere lanciata dall’Associazione Amici del Tevere, foriera di ulteriori sviluppi e interscambi fra i mondi delle istituzioni, delle associazioni, dei soggetti economici e della ricerca.

Il « mondo UNPLI » sarà invitato anche al prossimo Tiber Day alla Tenuta di Castelporziano della Presidenza della Repubblica, inserito nella Settimana 2009 della Commissione Nazionale UNESCO per l’Educazione allo Sviluppo Sostenibile, nuovamente organizzato con Tor Vergata e Amici del Tevere.

Ladispli, 12/10/2009

Ufficio Stampa UNPLI
Tel 0699226483/ Cel 345/4790187
Email ufficiostampa@unpli.info

Quatre brèves sur l’actualité du PCI

Le dariolage comme PCI en Vendée.
Comment un collecteur de chants de marins procède pour transformer une pratique de chant de travail agricole en un potentiel patrimoine culturel immatériel. Pourvu de tous les apparats classiques du patrimoine (menace de disparition et dispositif de sauvegarde), le dariolage fera l’objet d’un dossier de candidature à l’Unesco. On annonce une démonstration le 11 octobre prochain.
Source : http://www.vendeeinfos.com/

Un lieu de pèlerinage cannois qualifié comme PCI.
Les Journées Européennes du Patrimoine représentent, pour les collectivités territoriales, une occasion de patrimonialisation intense des biens et des pratiques jugés dignes d’interêt. La ville de Cannes, dans le sud de la France, faisant la promotion des manifestations des jours prochains dans une parution de la presse électronique locale, tente ainsi de montrer que son patrimoine relève de toutes les catégories énoncées par l’Unesco. Et notamment, la chapelle Saint-Cassien qui est, selon le texte, un exemple typique de PCI.
Source : http://www.cote.azur.fr/

Projet de création d’un centre sur le PCI de l’Europe du sud-est à Sofia.
Radio Bulgarie annonce que le ministre de la culture bulgare a proposé la création d’un « Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Europe du Sud-est, qui sera placé sous l’égide de l’UNESCO. »
Source : Radio Bulgarie

Présentation de l’Archivio di Etnografia e Storia Sociale, Regione Lombardia, Italie.
Le région de la Lombardie détaille les projets et les réalisations auxquelles elle participe, dont le programme « Carichi di memoria » qui propose la création d’un observatoire européen pour la valorisation de la culture et du patrimoine immatériel. Le site des archives présente également les publications et les manifestations de cette institution.
Source : http://www.aess.regione.lombardia.it

The secret art of framing heritage

Framing

L’une des modalités les plus anciennes – et les plus efficaces – pour fabriquer un élément patrimonial consiste – simplement – en sa désignation. Par un acte performatif « ceci est du patrimoine », un état, un groupe ou une société se dotent à peu de frais d’un nouveau capital patrimonial dont le statut et la fonction dans le contexte contemporain pourront servir le développement économique, la propagande politique ou la construction des identités locales. Mais le fait de désigner n’est souvent pas suffisant pour établir le nouvel usage des objets patrimonialisés, car leurs anciennes fonctions résistent parfois ou car le sens patrimonial qu’ils acquièrent ne concerne qu’une fraction de la population. Continuer la lecture de The secret art of framing heritage 

Les Pro Loco italiennes poursuivent leur sauvagarde du PCI

Il y a peu de temps, un billet avait été consacré au travail des Pro loco italiennes qui se donnent pour mission de récolter et de sauvegarder le patrimoine immatériel de l’Italie. En s’appuyant sur le réseau local des membres de leur fédération UNPLI, Continuer la lecture de Les Pro Loco italiennes poursuivent leur sauvagarde du PCI 

Un colloque communal sur le PCI à Machico (Madeira, Portugal)

Património cultural de Machico em debate

“O Património Cultural Imaterial de Machico” é a temática de um colóquio promovido pela Escola Básica e Secundária de Machico e pela Câmara Municipal de Machico em colaboração com a ARCHAIS, que irá realizar-se a 31 de Maio no Forum Machico.

A Escola Básica e Secundária de Machico e a Câmara Municipal local com o apoio da ARCHAIS promovem um colóquio subordinado à temática “O Património Cultural Imaterial de Machico”, que decorrerá no Forum Machico a 31 de Maio,
A abertura oficial, agendada para as 09h00, será presidida pelo presidente da Câmara Municipal de Machico, Emanuel Gomes
Ao longo do colóquio, serão abordados os temas: “A Convenção da UNESCO e a Salvaguarda do Património Cultural Imaterial”, por Clara Cabral, do Departamento de Cultura do Conselho Nacional da UNESCO, Continuer la lecture de Un colloque communal sur le PCI à Machico (Madeira, Portugal)