Archives pour la catégorie Conservation du patrimoine

A lire, The “nominations war” live and webcasted, à propos de la 5e réunion du comité à Naerobi

Report of the Fifth Session of the UNESCO Intergovernmental Committee for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage (Nairobi 15-19 November 2010)

By Chiara Bortolotto and Marta Severo

On the 16th of November 1946 the Constitution of the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization was adopted in London. The opening sentence of this constitution was to be cited in the following decades as the Unesco hymn « since wars begin in the minds of men, it is in the minds of men that the defenses of peace must be constructed ». (watch the video).

On the 65th anniversary of this funding act, the 16th of November 2010, the Fifth Session of the UNESCO Intergovernmental Committee for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage is at its second day meeting in Nairobi and the debate is very animated…

Lire la suite sur patrimoineimmateriel.net

Le débats de la prochaine commission PCI de l’Unesco en direct

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se réunit du 15 au 19 novembre 2010 à Nairobi, au Kenya. Il sera précédé le dimanche 14 par un forum sur la participation des ONG à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Le Comité doit notamment se prononcer sur l’inscription ou non de 51 nouveaux éléments sur les Listes (4 sur la Liste de sauvegarde urgente, 47 sur la Liste représentative).

L’intégralité des débats seront retransmis en direct (Nairobi est 2 heures plus tôt que Paris), en anglais et français (moyennant la stabilité du réseau). La réunion de dimanche a lieu de 9h30 à 15h, et les sessions pendant la semaine se tiendront de 10h à 18h.

Information transmise par Hugues Sicard.

Colloque Patrimoine Culturel Immatériel, Bilbao, 13-16 octobre 2010

Patrimoine culturel immatériel
Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution: recueillir, archiver et diffuser

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010. Ce congrès se tiendra dans la salle de conférence des Archives forales de la diputación Foral de Biscaye (gouvernement de province) sise rue au numéro 11 de la rue María Díaz de Haro (centre de Bilbao, métro San Mamés). La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques.

Source : http://www.txoke.eu/

Péché d’objectivation. Public folklore, PCI et médiation culturelle

A propos de

Robert Baron, « Sins of Objectification?: Agency, Mediation, and Community Cultural Self-Determination in Public Folklore and Cultural Tourism Programming », Journal of American Folklore, Volume 122, Number 487, Winter 2010, pp. 63-91.

La diffusion du concept de patrimoine culturel immatériel ne doit sans doute pas son succès à sa nouveauté mais plutôt à son inscription dans un mouvement historique de mise en produit culturel des éléments de type ethnographique.  Les manipulations et les changements que ces nouveaux usages de la culture, au sens anthropologique, impliquent ont souvent la réputation de briser la sacro-sainte « authenticité » des cultures,  en extrayant les rituels, les récits ou la musique d’un monde ordinaire, spontané et vierge de toute corruption financière ou idéologique. Ou du moins, les sceptiques semblent toujours revendiquer un « droit d’inventaire » sur des mises en spectacles et en marchandises de l’histoire et de l’identité. La revendication du label de PCI s’inscrit dans cette longue histoire des requalifications des pratiques culturelles et n’échappe pas aux critiques d’essentialisation ou de muséification identitaires dont les acteurs du monde culturel semblent plus ou moins avoir pris  consience.

C’est à cette critique que répond intelligemment un texte récent de Robert Baron, « Sins of objectification? Agency, mediation, and community cultural self-determination in public folklore and cultural tourism programming », paru cette année dans le Journal of American Folklore.  Robert Baron est un serviteur de la cause du Public Folklore, un domaine de l’action culturelle nord-américaine qui se met au service des communautés et qui tente de construire des ponts entre leurs expressions musicales, artisanales ou rituelles et un large public. Le meilleur exemple de ces efforts reste le Smithsonian Folklife Festival organisé tous les ans aux mois de juin et de juillet à Washington et qui rassemble artistes « autochtones » et un public de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Le festival aurait inspiré les travaux de la commission de la convention sur le patrimoine culturel immatériel, et reste en tout cas un formidable laboratoire de la médiation entre productions culturelles locales, grand public et professionnels de l’anthropologie.

Une des pistes que Robert Baron développe concerne un présupposé que les critiques du Public Folklore formulent en termes un peu simplistes selon l’auteur : les public folklorists auraient tendance à objectiver et figer les cultures qu’ils présentent au public et exerceraient ainsi une sorte de pouvoir autoritaire sur les processus de définition identitaires des groupes qu’ils sont censés présenter et faire connaître. Il y a pourtant, répond Baron, autant de mise en forme autoritaire chez les public folklorists que dans un musée ou une viste touristique. Ce que certains lisent comme une imposition de contraintes et une prise de pouvoir doit plutôt être lu comme un accompagnement négocié de la démarche d’auto-représentation selon des cadres de performances que les groupes « autochtones » ne maîtrisent pas nécessairement.

La meilleure preuve en est que des résistances à la mise en spectacle se font jour, que la négociation entre le public folklorist et les artistes est nécessaire, que les choix des dipositifs de performance sont contraints par les artistes comme par les folklorists. Le texte donne de nombreux exemples, dont celui deux accordéonistes fino-américain et croate qui ne veulent pas jouer sur une scène haute et demandent la construction d’un dispositif similaire au contexte de production originale. Ce type de configurations de négociation conduit Baron à plaider pour une nouvelle manière de mener la médiation culturelle et de penser la relation public/artistes.  Il propose d’analyser les performances dans ce type de festival non comme un lieu d’imposition de cadres et d’exercice du pouvoir, mais comme une arêne où plusieurs types d’agency se confrontent et tentent de formuler des solutions vivables. Le public folklorist apparaît alors, pour Baron, comme une force de proposition pour que les « craftspersons present perspectives about their traditions on their own terms and openly express their agency » (p. 85).

Le péché d’objectivation est en fait un mal nécessaire pour Baron, que dépassent les devoirs moraux de préservation et de respect des autres cultures, dont le public folklorist fait son gagne-pain. Le mouvement du Public Folklore est certes plus ancien (début des années 60, si ce n’est pas la revendication du applied folklore de Lomax qui est mise en avant) que la convention de l’Unesco, mais la lecture de ce texte permet de réfléchir autrement sur les dynamiques qui se mettent en place aujourd’hui autour du PCI : création d’officines spécialisées, publication d’appels d’offre et de chantiers subventionnés par les Etats ayant ou non signé la convention, les fortes critiques de certains universitaires ou au contraire l’engoument parfois sans faille d’intellectuels, d’artistes ou de professionnels de la culture. Comment le nouveau marché culturel qui s’ouvre maintenant va-t-il se structurer ? Quel va être le poids des valeurs morales (et quelles valeurs?) dans les usages politiques ou sociaux du PCI ? Comment les conversions des spécialistes des sciences sociales au patrimoine culturel immatériel vont-elles  se passer ? L’apparition des spécialistes du management du PCI fera-t-elle bon ménage avec les communautés et les scientifiques ? Le temps donnera quelques éléments de réponse à ces questions, mais comment ne pas voir les parallèles que l’on peut d’ores et déjà tracer entre les actions du Public Folklore et le champ du patrimoine culturel immatériel…

PS : Robert Baron m’a envoyé une copie de son texte durant l’hiver dernier, j’espère qu’il trouvera dans ce commentaire tardif les remerciements que je lui dois!

La sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Mercredi 8 décembre 2010
14h00 – 17h00
Zoom Arcade (Aix-en-Provence)

avec Chérif Khaznadar, Président de la Maison des Cultures du Monde, Vice-Président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO

Qu’est-ce que le Patrimoine Culturel Immatériel ? Les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel … Ce qui le caractérise et le rôle des communautés.

La Convention de l’Unesco. Ses objectifs et son fonctionnement. Que veut dire sauvegarder ? Les premiers résultats : effets positifs et effets pervers. Les premières inscriptions sur les listes de la Convention.

Sa mise en œuvre en France à l’échelle nationale et régionale .

et le concours de :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, directrice de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme ( Aix-en-Provence)
Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du « Portail du patrimoine oral », catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BNF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles)
Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Informations pratiques

Lieu de la rencontre : ARCADE – 6 place Barthélémy Niollon, Aix-en-Provence
Renseignements : 04 42 21 78 07

Entrée gratuite sur INSCRIPTION

http://www.arcade-paca.com/index.php?id=677

Un accord Musée du Quai Branly et Unesco pour le PCI

Le musée du quai Branly et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, l’UNESC0 ont signé un accord de partenariat visant à promouvoir la connaissance du patrimoine immatériel et la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en 2003.

Voir la présentation du projet sur le site du Musée

Le PCI sur Facebook

Depuis quelques semaines, Facebook accueille une page du département du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco : https://www.facebook.com/pages/Intangible-cultural-heritage-and-civil-society/123664631007622.

« Cette page communautaire, créée par la Section du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, est une plateforme ouverte où les communautés, organisations, institutions et individus intéressés par la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) peuvent partager des informations. »

Il est encore tôt pour évaluer les usages que les « communautés » vont pouvoir faire de ce nouvel outil relationnel mis à leur disposition, mais il semble que deux remarques peuvent être formulées d’emblée. D’une part, on comprend parfaitement que le département ait choisi de fabriquer un outil de communication destiné aux « communautés », puisque le mouvement patrimonial que la convention de 2003 souhaite développer doit partir des communautés. Mais d’autre part, les premiers commentaires ont majoritairement été rédigés par des experts et des chercheurs.

A suivre…

Création d’un nouveau site sur le PCI

Chiara Bortolotto and Marta Seve are glad to launch their website on intangible cultural heritage issues: http://www.patrimoineimmateriel.net/

patrimoineimmateriel.net aims to share the questions and results emerging from our research on intangible cultural heritage management and policy implementation thus making our experience available for the development of pioneering projects.

CFP Les mesures de soutien au patrimoine immatériel: gouvernements, institutions et municipalités

Appel à communication

Les mesures de soutien au patrimoine immatériel : gouvernements, institutions et municipalités. Ville de Québec, 15-17 avril 2011.

Date limite : 15 juillet 2010

Conseil québécois du patrimoine vivant (Québec, Canada).

Les mesures de soutien au patrimoine immatériel: gouvernements, institutions et municipalités

Ville de Québec, 14-15-16-17 avril 2011


Dépôt des candidatures :

Les représentants gouvernementaux, les fonctionnaires municipaux, les directeurs d’association, d’événement ou d’institution et les chercheurs liés au patrimoine immatériel sont entre autres invités à fournir un résumé de une à deux pages sur un ou plusieurs de ces thèmes :

1. Les programmes d’aide gouvernementaux: leur ampleur, leur structure et leur évaluation dans un pays donné;

2. Le patrimoine immatériel dans la loi ou les politiques nationales;

3. La place du patrimoine immatériel dans l’éducation publique et privée, ou les enjeux d’une initiative pédagogique exemplaire;

4. Les structures municipales et leur apport pour la sauvegarde du patrimoine immatériel, y compris les conseils de bande autochtones;

5. Les actions des regroupements nationaux d’associations, ou l’exemple des acteurs de terrain organisés (diffusion, formation, recherche) et leur collaboration mutuelle dans une économie sociale et culturelle régionale;

6. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO et son implantation dans diverses régions du monde;

7. Les impacts des Listes de l’UNESCO;

8. Stratégies de sauvegarde privées – le marché des arts et de l’artisanat traditionnels;

9. Le rôle de l’ethnologie (recherche, collectes, inventaires et archives de folklore) dans la revitalisation du patrimoine immatériel;

10. Propriété intellectuelle et patrimoine immatériel.

Inclure une identification :
Prénom et nom, courte bio, rattachement institutionnel ou associatif s’il y a lieu, discipline, pays, adresse électronique, curriculum vitae.

Date limite de soumission: 15 juillet 2010

Les communications pourront être faites en français ou en anglais

Faire parvenir vos propositions à info@patrimoinevivant.qc.ca
(Prière de mentionner votre capacité à assumer les frais de transport et/ou de séjour).

L’évaluation des propositions sera assurée par un comité constitué de personnalités issues du milieu du patrimoine immatériel québécois et international. Les candidats retenus seront informés au plus tard le 30 septembre 2010.

Les communications seront adressées selon la formule des panels et des tables rondes.

Contexte :

Depuis l’entrée en vigueur de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à l’UNESCO, plusieurs expériences concrètes se sont déroulées à travers le monde à dessein de favoriser le développement du patrimoine immatériel. Diverses initiatives ont vu le jour grâce entre autres à du soutien gouvernemental, institutionnel ou municipal. Ce soutien a pris plusieurs formes selon les régions du globe : lois sur le patrimoine immatériel, politiques de développement, programmes de soutien, reconnaissance par des prix ou par des statuts officiels, cursus pédagogiques nationaux, collaborations municipales ou régionales avec des associations ou des individus, création d’institutions administratives, de diffusion ou éducatives, réalisation d’inventaires ou de collectes ethnologiques, etc. Parallèlement à ces actions nationales, l’UNESCO a mis en place certaines mesures afin de concourir à la sauvegarde de certains traits du patrimoine immatériel mondial, notamment par sa Liste représentative.

Au Québec (Canada), la ministre de la Culture a déposé en février 2010 le projet de Loi sur le patrimoine culturel devant l’Assemblée nationale, qui s’inspire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Par cette loi, le gouvernement du Québec entend désigner officiellement certains éléments du patrimoine immatériel national et s’engagera à soutenir financièrement ce patrimoine spécifique. Les municipalités se verront également confier le pouvoir d’octroyer un statut de reconnaissance à des éléments du patrimoine immatériel local.

Le colloque « Les mesures de soutien au patrimoine immatériel: gouvernements, institutions et municipalités », organisé par le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV), réunira divers acteurs et décideurs dans le domaine du patrimoine immatériel, dans le but de favoriser l’échange d’expertise internationale. Il s’agira pour les participants de s’inspirer des meilleures pratiques en la matière et d’évaluer en quoi l’expérience de certains pays ou de certaines municipalités pourrait être applicable ou non ailleurs. Il s’agira également de s’inspirer de cas régionaux concrets pour réfléchir à l’ensemble du processus de sauvegarde du patrimoine immatériel.

Partenaires :

  • Gouvernement du Québec
  • Ville de Québec
  • Commission canadienne pour l’Unesco
  • UNESCO – avec le concours du Secteur de la culture
  • Caisse d’économie solidaire Desjardins

Le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) est un organisme non gouvernemental reconnu par le ministère de la Culture du Québec regroupant les acteurs du milieu des arts, des savoir-faire et des savoirs traditionnels.

http://patrimoinevivant.qc.ca/2010/05/appel-a-communications/