Prise de position du CIRIEF sur le PCI et la FAMDT

Centre International de
Recherches Interdisciplinaires
en Ethnomusicologie de la France

C/O Luc CHARLES-DOMINIQUE
UFR LASH – Université de Nice Sophia Antipolis
98 BD Edouard Herriot – 06204 NICE cedex 3

La FAMDT, Fédération à laquelle le CIRIEF a souhaité adhérer dès sa création en 2007, a décidé de s’engager, depuis, dans le processus du Patrimoine culturel immatériel (PCI), au point que ce dernier est devenu, selon l’expression du Président de cette fédération, la « pierre angulaire du projet “FAMDT 2009-2014 : un projet pour 5 ans” » (courriel en date du 22 octobre 2010). Dans ce courrier, il est même envisagé la perspective suivante : « Et si le PCI devenait le référent commun des Centres de musiques traditionnelles en région ? » Le CIRIEF, en tant que membre de la FAMDT et de surcroît administrateur de cette fédération, s’est trouvé interpellé, comme tous les adhérents, par cette question. Lors de son Conseil d’Administration et de son Assemblée générale du 18 décembre 2010, il a défini et adopté, à la majorité, la position suivante.
Le CIRIEF, en tant que société savante, est fortement interpellé par le processus du PCI qui, au-delà de l’intérêt que ce dernier porte à l’étude d’un certain type de faits culturels et de la reconnaissance qu’il témoigne à l’égard de cette recherche par d’éventuelles mesures permettant le traitement scientifique, la conservation et la diffusion de la documentation produite, se manifeste par un dispositif d’inscription qui demeure, aux yeux de la majorité des membres du CIRIEF, extrêmement problématique.
En effet, inscrire un fait culturel (musical et/ou chorégraphique) au PCI, c’est le sélectionner au détriment de tous les autres, c’est lui fabriquer une dimension emblématique qu’il ne possède pas nécessairement, c’est l’essentialiser à la fois dans un territoire et dans une « culture », c’est instaurer un processus de compétition, de mise en concurrence, de « protection », d’exacerbation des identités individuelles et collectives, de muséification et de réification des cultures dues à une institutionnalisation excessive et sclérosante… En tout cas, le danger est bien là, sur lequel tous les historiens, sociologues, ethnologues et anthropologues tentent d’alerter les acteurs de cette patrimonialisation, tant individuels et associatifs qu’institutionnels, depuis une bonne vingtaine d’années, mais plus encore depuis 2003, année de l’adoption par l’Unesco de sa convention pour le PCI.
C’est la raison pour laquelle, le CIRIEF, en tant que société, ne souhaite pas devenir acteur de cette patrimonialisation, dans l’acception suggérée par la FAMDT, même si la liberté est laissée à ses membres, de s’engager, à d’autres titres que celui du CIRIEF, dans de tels processus.
Néanmoins, cette patrimonialisation de « l’immatériel », dans sa dimension universelle, conquérante et exponentielle, n’est pas sans poser un certain nombre de questions, auxquelles le CIRIEF ne peut rester insensible. En effet, la vision générale du « tout patrimonial » pose des questions de fond quant au devenir de nos sociétés, à la représentation qu’elles ont d’elles-mêmes, aux tentations de repli et de nouvelles formes de protectionnisme sous-jacentes ; plus spécifiquement, concernant les musiques et danses traditionnelles, ce récent ralliement au PCI semble relever d’une tentative de reconstruction et de redéfinition de leur action et de leur mouvement, d’une stratégie de repositionnement identitaire et témoigne de l’émergence de nouvelles modalités de production du patrimoine. C’est en ce sens que cette patrimonialisation interpelle l’anthropologie politique, dans un perspective synchronique et diachronique de l’étude du mouvement revivaliste français des musiques et danses traditionnelles.
Cette clarification de la position du CIRIEF est proposée ici sans aucun esprit polémique. Il ne s’agit pas de dénoncer ni de condamner des initiatives, des structures ou des individus pour lesquels le CIRIEF a la plus grande considération. Il ne s’agit pas non plus, pour le CIRIEF, de s’exclure d’un débat en plein devenir ni de refuser d’apporter sa contribution scientifique si celle-ci est sollicitée, par exemple au titre – éventuel – de l’expertise. Mais, s’il se sent concerné par ce phénomène dont l’accroissement est exponentiel, le CIRIEF ne souhaite ni en être acteur, ni contribuer à son expansion.

Paris, le 18 décembre 2010.


2 réflexions au sujet de « Prise de position du CIRIEF sur le PCI et la FAMDT »

  1. Objet : Le Cirief, la FAMDT et le PCI

    Monsieur le Président,

    Nous avons bien reçu la lettre du CIRIEF nous informant de la position adoptée par son Conseil d’administration du 18 décembre 2010. Le CIRIEF conclut son courrier en disant « qu’il ne souhaite ni être acteur, ni contribuer à son expansion (d’un phénomène ..) ». Nous tenons à lever une première ambiguïté car ce courrier officiel ne dit jamais qu’il traduit sa volonté par le non renouvellement de l’adhésion à la FAMDT, ce que laisse pourtant entendre clairement le titre du courriel.

    Vous faites par ailleurs référence à la charte de la FAMDT à laquelle vous ne semblez pas souscrire. Rappelons que cette charte est un texte issu d’une réflexion portée par l’association dans laquelle vous êtes, comme vous le rappelez, justement administrateur. Il ne s’agit pas d’un texte qui s’impose mais d’un texte qui est censé fédérer ses adhérents et qui a été élaboré en concertation avec l’ensemble des membres du conseil d’administration. Vous avez eu à cette époque tout loisir de faire part de vos légitimes questionnements.

    Pour notre part, le président actuel, et le vice président chargé de la commission sur le Patrimoine culturel immatériel, a cherché à engager un débat par courriel auprès du président du CIRIEF sans que nous n’ayons eu jusqu’alors une seule réponse.

    Enfin la position de la FAMDT ne peut se réduire à celle que vous résumez dans votre courrier. Mme Le Gonidec, membre du CIRIEF, présente lors de la commission de novembre où a été abordé la question de la référence commune à la convention de l’UNESCO de 2003 – non un engagement dans le processus du patrimoine immatériel- peut témoigner qu’il ne s’agit pas de notre part d’une récitation aveugle d’un texte que nous vénérerions mais bel bien le sentiment que ce texte est porteur d’avancées et de valeurs très positives pour ce qu’il nomme le patrimoine culturel immatériel lorsqu’il fait référence notamment à la diversité culturelle, à la parole des communautés, à la reconnaissance nécessaire de ce dit patrimoine par les Etats et les auteurs des politiques culturelles. Cet enjeu est pour nous primordial car nous pensons qu’aujourd’hui encore, ces cultures sont largement non reconnues tant au niveau des décideur que des médias et des publics.

    Rapporter ce débat à un processus de patrimonialisation généralisée et à la possibilité d’inscription d’élément sur des listes est à notre sens une grave erreur. Nous nous interrogeons comme vous sur les dangers d’une patrimonialisation excessive, qui se concrétisera effectivement si l’on réduit la dite convention à un « processus de PCI » comme vous l’écrivez, ou si l’on assimile l’UNESCO à un congélateur. Pour notre part, nous ne préconisons nullement l’inscription sur des listes mais invitons bien au contraire à une réflexion qui prenne en compte les enjeux sociétaux d’aujourd’hui, par exemple comment se traduit la place de chaque personne comme citoyen dans la cité qui l’accueille, chacune étant porteuse d’une culture métissée qui ne ressemble à aucune autre. Nous pensons que la convention de l’UNESCO renouvelle, ou actualise, cette vision où se trouve questionnée la dignité de chacun.

    Oui, il s’agit bien pour la FAMDT d’une « tentative de reconstruction et de redéfinition de son action » mais elle ne se traduit nullement par une stratégie de repositionnement identitaire. Sur ce dernier point je crois que les administrateurs sont très clairs et que seule une absence lors des moments de réflexion peut permettre un tel malentendu. La référence à la diversité culturelle impose justement de parler de culture d’ici qu’à la condition que l’ailleurs y soit tout autant présent, et invite donc à renouveler notre discours quant à notre objet.

    A ce sujet permettez nous de souligner que le terme de patrimoine culturel immatériel n’est ni plus ni moins heureux que celui de « musiques traditionnelles » qui a soulevé, lui aussi, bien des débats. . Sans polémiquer nous-mêmes ; nous ne comprendrions d’ailleurs pas un positionnement ou par moment vous vous excluriez d’un débat –celui auquel nous vous invitons- et à d’autres accepteriez ce rôle d’expert que vous mentionnez, rôle effectivement questionné dans la convention, qui revient à cautionner un minimum le protocole en cause.

    Nous nous excusons d’une réponse assez longue qui traduit en fait notre frustration face à une absence réelle de débat auquel si vous voulez bien nous vous invitons.
    Avec nos salutations cordiales
    Charles Quimbert, Vice président de la FAMDT, en charge du patrimoine culturel immatériel

    1. Réponse au Président de la FAMDT, aux membres de la FAMDT et du Conseil d’Administration, à Sylvain Girault.

      Chers Tous,

      Tout d’abord, excusez-moi d’avoir laissé passer presque deux mois entre la lettre de Sylvain Girault et cette réponse. Malgré certains clichés qui pourraient avoir la vie dure, le travail des universitaires n’est pas de tout repos (en tout cas ceux qui sont sans cesse en quête de nouveaux projets pédagogiques et de recherche, et aussi d’échanges, ainsi que ceux qui ont une grosse activité de direction de recherche). En ce qui me concerne, je dirai même que ma charge de travail n’a jamais été aussi lourde. Par ailleurs, outre ce manque chronique de disponibilité, je souhaitais faire mûrir ma réflexion avant de répondre.

      Ensuite, je souhaite préciser que cette réponse est strictement personnelle. Elle n’engage pas le CIRIEF puisque nous n’avons pu organiser de nouveau Conseil d’Administration depuis le mois de décembre et n’avons donc pu discuter de façon concertée de la réponse qu’il convenait d’apporter à vos divers courriers.

      Pour commencer, la question de la charte de la FAMDT. J’ai découvert cette charte avec étonnement lorsque le CIRIEF a demandé à adhérer à la FAMDT, en 2008. Sauf erreur de ma part (mais la mémoire peut jouer de mauvais tours), à l’époque où j’ai représenté le Conservatoire Occitan au CA de la FAMDT (en gros de 1995 à 1999) puis le CLRMDT (1999-2004), une telle charte n’existait pas, ou alors pas aussi précise. Sylvain Girault me signale que toutes les fédérations en possèdent une et conditionnent l’adhésion de leurs futurs adhérents au respect de cette charte. Vérification faite, il a absolument raison. Mais si certaines comme le réseau Zone Franche ne font que rappeler quelques grands (et vagues) principes, d’autres comme la Fédurok sont beaucoup plus précis (je dirais contraignants) lorsqu’ils demandent à leurs futurs adhérents de souscrire aux valeurs du PCI de l’Unesco et de l’Agenda 21. Visiblement, la FAMDT s’est rangée à ce qui semble être devenu une règle assez générale. Il n’empêche que je persiste à penser que cela n’est pas nécessaire d’une part (les statuts de la fédération et la discussion en CA lors de toute adhésion nouvelle servent de garde-fous) et que cela contribue à instaurer un type de « pensée unique » qu’en ce qui me concerne, je réprouve. Bien sûr, tout le monde est sensibilisé aux questions patrimoniales, moi le premier. Tout le monde est respectueux de la démocratie culturelle prônée par l’Agenda 21. Mais est-on pour autant totalement convaincu du bien-fondé des politiques patrimoniales impulsées au nom de la sauvegarde du PCI sous l’égide de l’Unesco ou doit-on passer par un programme du type Agenda 21 pour mettre en pratique ce que tout le monde fait, par exemple à la tête des Centres régionaux de musiques et danses traditionnelles, c’est-à-dire de la démocratie culturelle, dans le respect de toutes les composantes individuelles ou associatives d’une région ? En ce qui me concerne (mais je rappelle que je m’exprime ici à titre individuel), j’ai beaucoup de mal à me glisser dans ces cadres de pensée et d’actions tout prêts. Je pense que nous avons mieux à faire : imaginer, inventer, bâtir ensemble, hors des sentiers battus des organisations internationales et des ONG, fussent-elles les plus honnêtes et les mieux intentionnées du monde, ce dont je ne doute pas. Je dois être définitivement « has been » mais je suis nostalgique de certaines utopies que nous avons vécues ensemble, avec notre engagement dans les musiques traditionnelles, dans les années 1970, utopisme que je trouve totalement malmené par ce mode apparemment unique de fonctionnement et de référencement.

      J’ai lu à mon encontre l’argument selon lequel il était facile de critiquer après coup, et que c’est de l’intérieur que j’aurais dû m’exprimer. C’est certainement vrai. Cependant, lorsque je lis que, au sein de la FAMDT, mon « engagement a été proche du néant. Ni en termes d’action, ni même en termes d’apport intellectuel », je souhaiterais apporter quelques précisions et me permettre quelques rappels. Que mon apport intellectuel soit nul, après tout c’est bien possible. Ce n’est pas à moi d’en juger. Mais que l’on puisse penser que mon engagement soit proche du néant, je trouve cela un peu fort lorsque j’ai été pendant presque dix ans de presque tous les CA et les AG, que j’ai même été sollicité avec insistance en 2004 pour prendre la présidence de la FAMDT, que mon implication à la FAMDT, il est vrai parfois critique, s’est toujours voulue constructive avec, en face de chaque crise qu’a pu connaître dans ces années la FAMDT, des propositions alternatives. Aujourd’hui, depuis 6 ans, je suis enseignant-chercheur à l’Université. Ce n’est pas que je me sente m’éloigner du secteur des musiques et des danses traditionnelles. Au contraire, je me sens toujours très proche de ce mouvement et tout ce qui s’y passe continue fortement de m’intéresser. Mais je pense tout simplement que les préoccupations liées à la diffusion, à un certain type de transmission, à une certain forme d’action culturelle sont plus du domaine de tous ceux, acteurs culturels, musiciens, danseurs, responsables d’associations, de festivals, etc., qui vivent tout cela au quotidien qu’à un professeur des universités, qui se bat au quotidien contre le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et contre le bradage de l’Université française à une conception et une gestion droitières et néo-libérales. Lorsque le CIRIEF a été créé, c’est moi qui ai insisté pour que notre petite société savante soit statutairement représentée au sein du CA de la FAMDT. Mais, pour toutes ces raisons, et aussi parce que j’habite Nice et que les CA tombent assez systématiquement les jours où je fais cours et où j’ai des obligations administratives statutaires, il ne m’a pas été possible de participer de façon active aux travaux du CA. Cela dit, des personnes de notre propre CA et Bureau (comme Marie-Barbara Le Gonidec ou David Khatile, ou d’autres) ont représenté le CIRIEF, à chaque fois que leur emploi du temps le leur permettait.

      Dans la charte que tout nouvel adhérent doit signer, figure l’adhésion aux valeurs du PCI. Je viens maintenant à ce point, que je développerai cependant ici de façon limitée, renvoyant tous ceux que cela intéresse à plusieurs textes à paraître dans des revues ou des livres collectifs et dont les annonces de parution interviendront au fur et à mesure sur les pages de mon blog. Je rappelle encore une fois que ce point de vue m’est personnel et que s’il est très majoritaire au sein du CIRIEF, il ne fait pas non plus l’unanimité, position divergente que je respecte totalement. Pour essayer de résumer, nous connaissons une époque très fortement sensibilisée à la sauvegarde du patrimoine « immatériel » et personne ne s’en plaindra vraiment puisque c’est à peu près ce que nous faisons tous depuis au moins une quarantaine d’années et, d’une façon différente, c’est ce que je continue à faire à l’Université. Que les pouvoirs publics soient sensibilisés à ces questions et que cela se traduise par des moyens accrus pour une meilleure étude des musiques et danses traditionnelles et pour une meilleure conservation et une meilleure mise à disposition des sources, l’on ne peut que s’en réjouir. Quand on est passé en 35 ans par toutes les crises économiques possibles et toutes les disettes afférentes, ou tous les régimes politiques imaginables dont certains (comme l’actuel gouvernement) s’emploient méthodiquement à étouffer la culture (et aussi l’Éducation nationale), l’on ne peut qu’accueillir avec intérêt le déblocage éventuel de crédits nouveaux ou la signature de nouvelles conventions, même à visées patrimoniales. Donc, dans ces conditions, que tout le monde essaie de surfer sur la vague « PCI » de façon stratégique, tout simplement pour avoir un peu de reconnaissance et quelques moyens nouveaux, n’est évidemment pas condamnable. C’est même de bonne guerre. Mais est-il pour autant nécessaire « d’adhérer aux valeurs du PCI » ? Je ne le pense pas. Ce qui est extrêmement gênant et dangereux dans ces politiques, c’est le processus d’inscription qui instaure une sélection des faits musicaux ou chorégraphiques (ou plus largement culturels) à « sauvegarder », sélection forcément artificielle (pourquoi tel ou tel fait et pas un autre ?), problématique, instaurant une compétition entre les acteurs, entre les populations et entre les territoires. Depuis 10 ans que cette politique a été instaurée, un certain nombre de bilans permettent de pointer ce danger dont les conséquences peuvent parfois être néfastes. D’autre part, le fait d’inscrire un fait culturel au PCI ne présume en rien de ses chances de survie et de sa pérennité. Enfin, le processus d’inscription est complexe et se situe à plusieurs niveaux institutionnels et politiques. Le risque est constant que ce processus échappe aux acteurs de terrain pour nourrir des politiques locales ou nationales en fonction d’intérêt politiciens, parfois souverainistes, flattant alors toutes sortes d’instincts identitaires, pas forcément les plus nobles. Par exemple, dans un certain nombre de pays, des faits musicaux ont été inscrits au PCI, non pas à la demande des populations et de leurs praticiens mais à la demande des États qui souhaitaient par ce biais se refaire une virginité politique. Enfin, il est assez surprenant de constater que les musiques traditionnelles, que les tout premier revivalistes des années 1970 et 80 souhaitaient préserver absolument de la réification (la « muséification » comme on disait à l’époque), aient dérivé petit à petit vers une hyper-institutionnalisation. Qui plus est, selon des normes établies à l’échelon mondial, ce qui pourrait sembler assez contradictoire avec la volonté, clairement affichée par beaucoup, de protection de la diversité culturelle. Enfin (mais je ne fais qu’exprimer là un sentiment tout à fait personnel), devons-nous absolument « préserver », « sauvegarder », « conserver » des pratiques qui pour beaucoup n’ont déjà plus cours ? Ou bien notre spécificité n’est-elle pas tout simplement de permettre à tous ceux qui le souhaitent, dans un cadre démocratique, grâce à une maîtrise de leur propre projet culturel (et non pas par le respect de politiques internationales), de développer comme ils l’entendent des pratiques musicales ou chorégraphiques en les actualisant et en les modifiant à leur gré ? Le rôle d’une fédération comme la FAMDT, me semble-t-il, est d’être avant tout un médiateur et non pas de s’immiscer dans un rôle qui n’est pas le sien : celui de « mainteneur des traditions ». Le rôle politique d’une telle fédération n’est pas là : il est dans un lobbying incessant (réalisé en partie avec un certain succès) auprès des pouvoirs publics, des médias. Il est aussi dans l’invention constante d’actions alternatives.

      Je regrette personnellement que le dispositif de la charte ne nous ait pas vraiment laissé le choix. Nous sommes une bonne majorité au CIRIEF, non pas à rejeter toute action patrimoniale, mais à ne pas nous reconnaître dans les politiques en faveur du « PCI ». A partir du moment où cela devient une dimension incontournable de toute nouvelle adhésion, à partir du moment où l’on demande récemment aux Centres régionaux de musiques et danses traditionnelles de faire du PCI « la pierre angulaire » de leur action et de leur projet pour les cinq prochaines années, oui, il me semble bien que l’on est rentré dans un re-positionnement identitaire de la FAMDT et d’une bonne partie du secteur des musiques et danses traditionnelles.

      Tout cela étant dit, je ne jette la pierre à personne. Cette nouvelle aventure totalement synchronique du « PCI » qui s’emballe de façon exponentielle (on vient d’annoncer aujourd’hui aux actualités télévisées l’inscription de la tauromachie) nous interpelle tous autant que nous sommes, en particulier au CIRIEF. Elle m’interpelle personnellement. J’ai envie d’essayer de comprendre ce processus, notamment dans sa dimension locale et sensible. C’est pourquoi en ce qui me concerne, je n’exclus pas de prendre prochainement mon bâton de pèlerin et de visiter un certain nombre de régions et de structures engagées dans des projets de sauvegarde et d’inscription au PCI pour me rendre compte de la complexité du problème et recueillir les avis les plus contrastés sur cette situation particulière.

      Bien cordialement à tous,

      Luc CHARLES-DOMINIQUE
      Professeur des Universités en Ethnomusicologie
      Président du CIRIEF
      (Laboratoire CIRCPLES EA 3159)
      UFR LASH – Université de Nice Sophia Antipolis
      98 Bd Edouard Herriot – 06204 Nice cedex 3
      l.charles-dominique@wanadoo.fr
      luc.charles-dominique@unice.fr
      charlesdominique.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *