Jeux d’échelles en Ibérie après l’inscription du flamenco

La fébrilité qui suit le moment de divulgation des nouveaux éléments inscrits sur les listes du PCI de l’Unesco est une réaction instinctive des porteurs des candidatures, mais elle relève également de l’entretien d’un buzz médiatique qui éclaire, pour un temps assez court souvent, un élément culturel local distingué à un niveau international (voir ici les sources de ce billet). La logique de discrimination des items culturels, telle qu’elle est conçue dans la convention de 2003, implique certes un mouvement venu des communautés et une reconnaissance sans frontière de la valeur de ce bien, mais on oublie souvent que le processus administratif de dépôt des candidatures auprès de l’Unesco doit passer par les commissions nationales. C’est alors que le PCI peut tomber sur le grill de la rhétorique nationale, devenant un représentant de la culture nationale, même dans les cas des candidatures multinationales ou des candidatures concernant les « minorités ». Il existe ainsi des effets locaux et des effets nationaux qui se combinent et qui téléscopent  l’aspiration première à une certaine neutralité des listes de l’Unesco, des listes « représentative » et « de sauvegarde » censées être dressées pour l’édification et l’honneur de l’humanité entière.

Mais la combinaison de ces trois niveaux (universel, national, local) ne clôt pas le champ des possibles des conséquences et des effets colatéraux d’une nomination. En suivant les publications électroniques qui ont suivi l’annonce de l’inscription du flamenco sur la liste représentative du PCI à la fin de l’année dernière, un autre niveau vient compliquer le jeu patrimonial. Se o flamenco é Patrimonio Inmaterial pola Unesco, o folclore galego tamén [Si le flamenco é Patrimoine Immatériel de l’Unesco, le folklore galego aussi] est aujourd’hui un groupe de près de 1.000 personnes sur Facebook, créé dans la foulée des proclamations de Nairobi, et se propose de rassembler les partisans de la candidature de la culture partagée par la Galice et le Nord du Portugal (voir ce billet). Portant l’équivalence entre le flamenco et la culture galega comme identifiant même sur le réseau social, le groupe de lobbying est représentatif de l’effet boule de neige d’une candidature couronnée de succès sur le paysage culturel et identitaire régional. Ces effets doivent s’inscire dans les logiques de  « voisinage », au sens de Appadurai, dont on perçoit les principes de justification à travers les textes publiés par les promotteurs du patrimoine galego. L’association qui a porté depuis 2004 les candidatures successives de patrimonialisation de la culture galego-portugaise, Ponte…nas ondas, met ainsi en parrallèle l’histoire des candidatures du flamenco et celle du PCI galego en rappelant que le flamenco a échoué une première fois en 2005, tout comme leurs propres dossiers furent récusés à plusieurs reprises (ici et ici). Mais elle déploie également un argumentaire déplorant le peu d’enthousiasme que les états dont leur territoire et leur culture dépendent, l’Espagne et le Portugal, manifestent pour soutenir la candidature. Depuis la nomination du flamenco, cette revendication patrimoniale se positionne alors sur plusieurs échelles et met en jeu non seulement le lien universel/local, qui est la base de la grammaire de l’Unesco, mais également les échelles régionale et nationale dans des rapports antagonistes, les Etats étant stigmatisés comme les possesseurs du pouvoir patrimonialisateur mais jouant les empêcheurs de patrimonialiser en rond et les voisins du sud étant utilisés comme des frères exemplaires de la lutte patrimoniale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *