A propos du nouvel an berbère comme PCI

Un article très ambigu a été publié recemment sur le site kabyle.com sur la place que prend aujourd’hui la célébration du jour de l’an berbère (yannayer) dans les diasporas européennes.

L’auteur de l’article débute son texte en regrettant, en utilisant l’expression « une flagrante injustice », qu’au-delà du bouillonnement et des déchirements actuels autour du patrimoine berbère, les associations « culturelles » ne se saisissent pas des nombreuses manifestations organisées pour yannayer pour en faire un élément du PCI de la communauté berbère, voir arabophone. Il donne ensuite la parole à trois acteurs de la fête, mais l’enseignant de français, connaissant l’ethnologie festive et l’histoire de cette communauté dont il fait partie,  le responsable de l’association Mouvement kabyle de Lyon et un autre responsable d’une association toulousaine ont des motivations et des buts sensiblement différents et n’utilisent pas la convention de l’Unesco comme un recours et une solution possible pour régler (ou réguler) les problèmes identitaires de la communauté.

S’ils mettent en avant l’internationalisation de la fête à travers ses diasporas, s’ils construisent un discours des origines de la fête, s’ils soulignent les fonctions sociales et communautaires qu’elle revêt, s’ils  déplorent tous l’abandon relatif de la coutume ou sa banalisation, la lecture de l’article, sans connaître en détail les tenants et les aboutissants socio-politiques, stratégiques ou d’instrumentalisation, laisse entrevoir qu’un consensus autour de la fête n’est pas encore solidement établi. Il semble en particulier que le processus de patrimonialisation, volontairement mis en avant par l’auteur de l’article, ne soit pas enclenché et que yannayer se prête aujourd’hui à des instrumentalisations identitaires, politiques et revendicatives sans que les acteurs communautaires ne manifestent une volonté de mise en patrimoine de la fête.

Fête communautaire, fête berbère, fête folklorique, fête en voie de disparition, fête patrimonialisée? De l’hybridité du patrimoine en train de se faire.