The secret art of framing heritage

Framing

L’une des modalités les plus anciennes – et les plus efficaces – pour fabriquer un élément patrimonial consiste – simplement – en sa désignation. Par un acte performatif « ceci est du patrimoine », un état, un groupe ou une société se dotent à peu de frais d’un nouveau capital patrimonial dont le statut et la fonction dans le contexte contemporain pourront servir le développement économique, la propagande politique ou la construction des identités locales. Mais le fait de désigner n’est souvent pas suffisant pour établir le nouvel usage des objets patrimonialisés, car leurs anciennes fonctions résistent parfois ou car le sens patrimonial qu’ils acquièrent ne concerne qu’une fraction de la population. Il apparaît donc nécessaire de surdéterminer les objets patrimoniaux en suivant des procédures de légitimation diverses qui doivent adapter la patrimonialisation à l’infinie variété des mondes sociaux, culturels et politiques que les hommes s’inventent pour habiter le monde et se situer par rapport aux autres.

La première modalité de mise en patrimoine qui d’évidence surdétermine les objets est la muséographie. Utilisant l’historicité, l’ancienneté et l’efficacité de la forme muséale, un objet comme le PCI des Asturies (Espagne) vient d’être intégré dans un dispositif muséographique interactif, qui n’est pas sans rappeler les grands panneaux de diffusion des espèces dans les musées d’histoire naturelle. Mais les données qui sont mises à disposition du public au Museo del pueblo de Asturias relèvent de la littérature orale, de la linguistique asturienne et de la musique traditionnelle, donnant donc une définition par défaut du PCI, et transformant également des archives sonores linguistiques, ethnomusicologiques ou ethnographiques en objets patrimoniaux via un modèle de diffusion qui n’est pas celui, plus classique, de l’inventaire ou celui de la sauvegarde.

Un autre moyen, tout aussi démonstratif et performatif, consiste dans la mise en discours littéral des critères d’inscription sur la liste représentative du PCI émanant de l’Unesco. Malgré leur divergence quant au lieu de naissance du grand ancêtre Carlos Gardel, l’Argentine et l’Urugay ont décidé de présenter une candidature commune pour la musique et la danse de tango. Si rien n’empêche à plusieurs états de s’associer pour la candidature (les géants de Belgique et de France en sont un des tous premiers exemples), l’article que publie le NouvelObs.com révèle que ce qui fait du tango un patrimoine immatériel c’est moins la musique, l’histoire ou la pratique (dont on sait la diversité) que les dispositifs que les deux pays veulent mettre en place :« Les deux pays ont proposé la création d’un orchestre de tango Rio de la Plata, du nom du profond estuaire des fleuves Parana et Uruguay séparant les deux Etats. Ils souhaitent aussi la création d’un catalogue de milliers de chansons n’ayant pas donné lieu à enregistrement et l’ouverture d’académies de tango officielles à travers le monde afin que ce genre musical et cette danse conservent une forme artistique pure. »
Créer une institution de représentation (orchestre), établir un inventaire des oeuvres orales (voir des oeuvres d’oralité seconde, les premiers enregistrements de tango étant contemporains de la diffusion intense du disque) et promouvoir la sauvegarde d’objets culturels authentiques à travers l’enseignement (écoles d’une « forme artistique pure ») apparaissent au final comme une bonne définition des pratiques de patrimonialisation issues de la pensée Unesco.

Enfin, pour faciliter la transformation d’un fait culturel et social en patrimoine, il reste l’alternative de reproduire, en les modifiant et les arrangeant aux contraintes locales, les procédures qu’a choisi de mettre en place l’Unesco : établir sa propre liste et sa propre procédure administrative d’inscription comme PCI. En Espagne, c’est la voie qu’ont suivie les villes candidates au titre de capitale de la culture catalane. En organisant un scrutin de 10.000 participants en Catalogne, les trois objets à patrimonialiser, et qui feront alors partie de la liste des « diez tesoros del patrimonio cultural inmaterial de Catalunya y Andorra », sont, dans l’ordre décroissant, la fête de la Saint-Georges, les castellers (ou ici) et la sardane. Le principe est repris par les états fédéraux du Brésil, qui patrimonialisent, en les inscrivant sur des listes régionales et en créant un arsenal de primes et d’aides à la promotion et la sauvegarde, des fêtes ou des groupements musicaux, comme les blocos, les associations qui défilent pendant le carnaval ou les autres moments rituels de l’année.

Source de l’image : « A frame can often be as important as the picture it surrounds » (D. Davies,The Secret Lives Of Frames: One Hundred Years of Art and Artistry, Filapacchi, 2007), www.artiqueonline.com, 2580 Broadway (Bet. 97th & 98th St.) New York, NY 10025, USA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *