Les Pro Loco italiennes poursuivent leur sauvagarde du PCI

Il y a peu de temps, un billet avait été consacré au travail des Pro loco italiennes qui se donnent pour mission de récolter et de sauvegarder le patrimoine immatériel de l’Italie. En s’appuyant sur le réseau local des membres de leur fédération UNPLI, plusieurs projets de collecte ou de diffusion ont vu le jour dans le cadre du programme fédéral : « Sos Patrimonio Immateriale ». Selon un récent article de Mondointasca.org, la fédération est ainsi dotée aujourd’hui de deux dispositifs : une bibliomédiathèque, située à Agliano (Province de Viterbo), qui rassemble et met à disposition du public les productions écrites, sonores, audiovisuelles et numériques des Pro loco italiennes et une publication (Il patrimonio dimenticato – Le patrimoine oublié, disponible sur demande à l’UNPLI) qui donne un florilège du PCI italien, « depuis le Trentin jusqu’à la Sicile ». Deux dispositifs de mise en mémoire de la culture italienne dont les modalités de construction (choix des publications, mise en oeuvre du logiciel de documentation, sélection et élaboration des mots-clés, mise en page du livre, critères de sélection des objets culturels, réseau de diffusion éditorial, paratextes, etc.) donnent accès au fonctionnement d’une opération de patrimonialisation à échelle nationale et qui restent à comparer avec les dispositions de la mission à l’Ethnologie du ministère français de la Culture ou les travaux de la chaire en patrimoine ethnologique de l’Université de Laval. Ces trois exemples donnent à voir, si cela était encore nécessaire, que le patrimoine culturel immatériel est un objet social et collectif paradoxal : bien qu’il soit encore en construction et en expérimentation, le PCI est capable de produire des effets à la fois significatifs sur le monde réel et très différents d’un lieu à l’autre de l’humanité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *