De quoi le PCI est-il fait à Perpignan?

sang

Le média en ligne La Clau (la clé en catalan), qui est spécialisé dans la diffusion d’informations et d’opinions souvent tranchées sur la Catalogne (du Nord et du Sud, de la France et de l’Espagne), a annoncé, le 12 avril 2009, que la fameuse procession du Vendredi saint de Perpignan, organisée et exécutée par l’Archiconfrérie du Sang du Christ était « candidate à rejoindre la liste des 10 trésors du patrimoine culturel immatériel de Catalogne et d’Andorre ».
Outre le fait que ce souhait a été exprimé par une instance publique chargée de l’animation culturelle de la Catalogne, la présentation que nous donne La Clau de cet « événement » soulève de nombreuses questions.  D’abord, le format de l’article, très court, ne permet sans doute pas d’éclaircir de nombreux sous-entendus locaux et politiques liés à ce choix de patrimonialisation. Ensuite, la catégorie dans laquelle l’information est classée (Loisirs) révèle que le processus de qualification de la procession en tant que patrimoine est d’abord lié au contexte touristique et spectaculaire. Enfin, et c’est peut être  l’élément le plus important, trois commentaires d’internautes semblent remettre en cause ce choix venu d’en haut qui oublie d’autres manifestations tout aussi représentatives de la culture locale.
Dans cet échange très pointu et localisé, dont aucun lecteur extérieur ne peut saisir tous les enjeux, plusieurs niveaux de conflit et de mise en opposition se révèlent : le patrimoine religieux contre le patrimoine laïc, la revendication identitaire autonomiste contre l’arbitraire des décisions administratives, la connaissance du milieu et des usages catalans contre les mises en tourisme économiquement rentables, l’unité de la Catalgone malgré la frontière et la multiplicité des localités effectuant la procession du Vendredi saint, la banalité d’un rite partagé contre la patrimonialisation d’un rite relancé et spectacularié. Défendant sans aucun doute un idéal commun catalan, le projet administratif et culturel de patrimonialisation semble bien rencontrer une incompréhension de la part de ces lecteurs qui finissent presque par écrire que, si la procession de la Sanch n’est pas une curiosité locale mais plutôt un fait banal dans la culture catalane, il n’y a aucune raison de la choisir comme trésor du patrimoine culturel immatériel et d’en faire ainsi un objet économique. La raisonnement est assez obscur et subtil. Il revient à dévaloriser l’idiotie, au sens de Clément Rosset, de l’objet patrimonialisé, qui est sa principale caractéristique construite par les prometteurs qui lui permet d’être patrimonialisable, afin de le protéger d’une transformation touristique qui lui ferait perdre sa fonction religieuse première. Or, et de l’aveu même des internautes détracteurs, la procession n’est un phénomène religieux qu’à 50%, la moitié du public étant des touristes. On voit par là que les conflits de qualification patrimoniale jouent essentiellement sur la catégorisation des objets et des pratiques dont l’indétermination est un avantage plus qu’un handicap. Et les processus qui entrent alors en jeu relèvent d’une compétition d’actes performatifs, dont par ailleurs, les acteurs moins concernés s’accomodent sans trop de peine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *