Les videos du PCI galego-portugais

r001-010La région transfrontalière formée par la Galice espagnole et le nord du Portugal a revendiqué, depuis 2005, l’inscription de sa culture orale, rituelle et matérielle sur la liste du patrimoine culturel immatériel. A cheval sur une frontière séparant deux nations souvent présentées comme concurrentes, le projet de candidature est fondé sur l’existence d’une langue commune du moyen âge, le galego-português, qui aurait donné naissance au galicien, au portugais et à l’ensemble des dialectes de la côte atlantique de la péninsule ibérique. Au demeurant, on retrouve dans cette association transfrontalière nombre des arguments que les occitanistes du Piémont italien mettent en avant pour justifier une unification culturelle et identitaire au-delà des frontières que les Etats-nations établissent : échanges commerciaux, partage des mêmes technologies, usage de langues issues d’une même matrice, risque d’extinction culturelle, volonté d’éducation populaire.

Au-delà des revendications identitaires régionales, que l’anthropologie a l’habitude d’analyser, les documents vidéos mis en ligne par la commission de candidature constituent un bon objet à analyser pour décrire et comprendre les modalités de fabrication de ce PCI : la mise en images du PCI, par une narration particulière, par un choix des éléments culturels et par une sélection des acteurs mis en scène révèlent, autant que la rhétorique de la perte, souvent purement textuelle, une façon de faire du patrimoine qui n’est pas celle que les institutions culturelles européennes ont historiquement utilisé pour construire le patrimoine des états. Ou plus précisément, l’inventaire écrit et la mise en exposition muséographique, qui sont les deux principales techniques patrimoniales institutionnelles, se trouvent aujourd’hui en concurrence et radicalement transformés par les usages indigènes de la patrimonialisation. Pour des régions, des communes, des associations, des fédérations, candidater au titre de PCI de l’Unesco, c’est évidemment réaliser un inventaire, comme la plupart des ministères de la culture se sont engagés à le faire, mais c’est également penser et procéder à l’inventaire autrement. La commission de candidature galego-portugaise donne plusieurs occasions de réfléchir à ce processus complexe de patrimonialisation indigène par le biais de la vidéo, à travers la mise en ligne des documents qui présentent ce patrimoine (et donc l’inventorie filmiquement : la vannerie, la musique, la culture matérielle des activités maritimes, le travail de filage). Une vidéo plus longue replace, dans une narration plus construite, les éléments culturels dans le cadre rhétorique de la candidature, en utilisant les chapitrages des attentes de l’Unesco.

A bien y réfléchir, on ne peut pas être fondamentalement surpris par l’action filmique des promoteurs du PCI galego-portugais, qui utilisent la technique video pour en faire un outil de mise en cohérence d’une culture et un outil  de propagande culturelle. Les régimes politiques autoritaires ont tous utilisé et façonné le cinéma comme un outil de propagande politique en s’appuyant sur des éléments du réel pour leur donner une fonction nouvelle et orientée. Mais si la chose filmée (un discours du leader) est fabriquée comme un acte de propagande en soi, le travail filmique n’est pas le même lorsque le réel (une technique agricole, une danse, un bâtiment) n’est pas conçu pour l’usage de propagande. Et l’on se trouve alors, en regardant les vidéo de la commission galego-portugaise, devant des objets filmiques dotés d’une syntaxe, d’une grammaire et d’un vocabulaire hybride qui mélangent, selon une triple contrainte, les caractéristiques du médium (la vidéo), du contenu (patrimoine galego-portugais) et de la finalité de la production (candidature). La question que pose ce genre de productions, issues du champ social de la patrimonialisation, est celle de la manipulation des items culturels, de la manipulation des modèles d’usage de ces objets, de l’invention de nouveaux modèles et de la superposition des registres d’inscription, anciens et nouveaux, de l’objet. Candidater, c’est définir des éléments culturels, les qualifier comme objets patrimoniaux en les inscrivant dans des procédures adaptées à une finalité qui va modifier la nature sociale des objets. Mais les objets édictent aussi eux-mêmes, par un phénomène de contrainte, les conditions de leur transformation. Tout le travail des promoteurs de patrimoine réside alors à légitimer les nouvelles valeurs des objets, et dans le même temps, leur propre statut social.

La video qui présente la candidature est un très bon exemple, aisément comparable à un spot publicitaire pour une campagne politique ou pour une candidature d’une ville à l’organisation des Jeux Olympiques. Ce type de vidéo use d’une rhétorique typique de la candidature (projection dans le futur, mise en avant d’une entité élective, création d’un lien entre les spectateurs et l’objet présenté) qui est fortement conditionnée par les fonctions sociales antérieures, actuelles et futures des objets qu’elle est en train de transformer (la culture galego-portugaise comme PCI, le candidat comme élu, la ville fonctionnelle comme stade mondial).

Le site de la candidature galégo-portugaise (2005-2008)

Source et crédit illustration : http://deldongo-blogdefab.blogspot.com/2007/11/mostra-de-patrimonio-cultural_13.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *