De la diversité sans contrainte du patrimoine culturel immatériel

diversite-et-contraintes

La notion de patrimoine culturel immatériel possède une aura dont on remarque facilement la diffusion auprès des décideurs du monde de la culture, à l’échelon des nations ou des collectivités régionales. On éprouve plus de mal cependant à cerner les frontières concrètes de son application. La convention de l’Unesco énonce pourtant une courte liste des objets qui sont susceptibles d’être inscrits sur la liste représentative internationale (art. 2) :
 » Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :
(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;
(b) les arts du spectacle ;
(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;
(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;
(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.
 »

Malgré la relative concision de la formulation, sans beaucoup de périphrases ni trop de termes jargonnant, les mots utilisés ne réfèrent pas toujours à des objets, si immatériels soient-ils, facilement identifiables et isolables dans le monde réel. Où passe la frontière entre « arts du spectacle » et rituel dans les transes des derviches qu’ils exécutent sur scène ; les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » s’arrêtent-elles à l’agriculture ou comprennent-elles également la physique quantique ; les « traditions et expressions orales » associent-elles la littérature orale à forme fixe et les jugements rendus dans les palais de justice. Si l’espace est sans doute infini, celui du PCI l’est presque tout autant et il est aujourd’hui difficile d’en dresser une cartographie précise. Certes, il est nécessaire que la disparition menace, que le partage générationel soit présent et que les « communautés » saisissent l’Unesco pour faire advenir du Patrimoine Culturel Immatériel dans la liste de l’organisation. Ni toutes ces conditions, ni l’imprécision de la convention ne freinent pour autant les acteurs sociaux, bien au contraire.
Il semble que le flou sémantique, une fois les conditions juridiques effacées, permet un usage extensible de la patrimonialisation des objets immatériels et une diffusion sauvage de la notion même de patrimoine culturel immatériel. Cette ouverture du PCI à l’ensemble du monde réel et des artefacts humains permet également à une palette d’acteurs de plus en plus variés de se saisir moins de la lettre de la convention que de son esprit. L’engouement qui dépasse de loin les réseaux ou les structures parallèles de l’Unesco ne constitue pas à proprement parler un constat d’échec institutionnel. Elle suit en fait le chemin du succès de la notion de patrimoine tout court, qui a conquis l’ensemble des pays du monde et a accompagné la mise en tourisme de sites plus ou moins remarquables, avec ou sans l’aval de l’Unesco.
Pour autant, questionner la diversité des objets immatériels patrimonialisés et tenter de classifier les acteurs qui sont à l’origine de l’apparition de nouveaux patrimoines de ce genre n’est pas sans poser de nombreux problèmes méthodologiques.
D’une part, de l’Amérique latine à l’Asie, le champ devient bien trop vaste pour être abordé d’un seul coup d’oeil. Les instituts du patrimoine immatériel se multiplient, les labels se décernent nationalement, régionalement, communalement, les effets d’échelle téléscopent les les niveaux d’interventions.
D’autre part, si l’on fabrique aujourd’hui du PCI partout, la tendance est également à considérer presque tout comme du PCI. Musique, rituel religieux, savoir faire de l’artisanat, conte ou mémoire individuelle, autant d’objets qui entrent dans la catégorisation établie par l’Unesco et qui, comme par analogie automatique, sont proclamés patrimoine immatériel.
Enfin, et surtout, si par le passé, le patrimoine historique était, en France en tout cas, sélectionné, décrit, inventorié et conservé par l’Etat ; si depuis le XXe siècle, les langues régionales ne sont plus seulement des particularismes à fondre dans la nation, mais des moteurs de la contestation régionaliste en Europe ; si des acteurs d’en bas ont depuis les années 1950 subtilisé le pouvoir régalien de désignation et de gestion du patrimoine bâti, pour en faire un outil de promotion identitaire, touristique ou mémoriel ; on assiste aujourd’hui, par le truchement de la notion de PCI, à une démultiplication, à une atomisation, à une complexification du phénomène patrimonial qui ne sont pas le moindre de ses attraits pour les anthropologues. Tenter de penser comment les sociétés d’aujourd’hui peuvent classer sous la même catégorie, avec et au-delà des contextes locaux, un spectacle religieux son et lumière du Brésil, datant de 1968, les formes musicales paysannes de l’Europe dans un CD italien, une procession de Noël avec défilé carnavalesque au Pérou et seize trésors qui célébreront l’identité d’une région espagnole en 2016, reste un défi méthodologique et un enjeu de taille pour les modestes ethnographes que nous sommes tous restés!

Illustration : Dalbera et Mucem / Jeu de cartes satiriques, Années 1930 / Russie / papier cartonné. Creative Commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *