Les langues maternelles et le PCI

posterimld2009Le 21 février a été marqué par la célébration de la journée internationale des langues maternelles et clôt également l’année internationale des langues. Les réalisations des travaux de l’Unesco en faveur des langues en voie de disparition sont synthétisées dans un Atlas des langues en péril dans le monde qui dénombre et classe les langues parlées sur la surface de la terre selon leur degré de dégradation (dont 538 en grave danger, 502 sérieusement en danger, 632 en danger certain et 607 qui risquent de disparaître). L’enjeu de l’action de l’Unesco est encore une fois de souligner la fragilité des biens et des savoirs culturels et de développer une conscience active de leur nécessaire sauvegarde.
Le discours  du Président général de l’ONG prononcé à l’occasion de cette journée (disponible ici) souligne cet aspect, en insistant sur le multilinguisme, l’éductaion et la diversité des cultures. Mais la convention de 2003 sur le patrimoine culturel immatériel présente la langue comme un vecteur de transmission du PCI. Et la langue devient ainsi un élément du patrimoine immatériel à part entière
Cette brêche ouverte par l’Unesco elle-même est reprise et amplifiée en Italie (en tout cas sur le réseau), où la question de la diversité régionale, linguistique et culturelle, semble être réactivée par cette paradoxale mise au jour de la disparition des langues régionales. Plusieurs billets (par exemple ici) ou articles en ligne (par exemple ici) listent les langues parlées en Italie citées par l’atlas et parfois critiquent les choix de l’ONG. D’autres actions plus politiques et démonstratives prennent l’occasion de la journée pour défendre, en un même geste, la langue dialectale et la culture qui va avec. C’est le cas de l’occitan, même si il déborde largement du territoire national italien, qui  devient le lieu de nouveaux sentiments d’appartenance avec l’ensemble du Midi de la France et des parties de l’Espagne. Les politiques élus et les fonctionnaires étaient présents lors de la journée, où se sont succédées des actions de promotion de la langue et de la politique culturelle de la Région Piémont. A l’autre bout de la péninsule, les langues griki du Salento et de Calabre servent à la redéfinition contemporaine de certaines communautés du Sud, dont la langue rappelle leur lien avec le monde grec. Mais certaines pratiques musicales deveniennent également du patrimoine culturel immatériel à travailler, comme les modalités musicales du rite chrétien de guérison du tarentisme, étudiées par Salvatore Bevilacqua ou Elina Caroli.
La fédération de la langue, de la musique, de l’histoire, de la politique par le PCI sert tout à la fois d’outils et de matière première à ses minorités linguistiques qui se pensent en même temps, et le plus souvent, comme des minorités ethniques. A l’anthropologie de comprendre comment les liens se fabriquent entre des pratiques aussi diverses que les systèmes politiques (culturelles ou non) et la musique rituelle prise en charge par des jeunes musiciens électroniques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *