Entre action locale et patrimoine. Le PCI italien et les Pro loco

sospciLes Pro loco sont des associations à but festif, touristique, culturel et social des communes italiennes. Equivalents plus polyvalents et plus institutionnalisés des comités des fêtes des villes moyennes et des villages français, les Pro loco italiennes viennent de démarer un projet ambitieux de collecte et de sauvegarde du PCI. A travers leur fédération nationale (Unione Nazionale Pro loco d’Italia) et le soutien du Ministère de la Solidarité Sociale, une quarantaine de communes participent à la mise en place d’une politique en faveur du PCI,  comprenant un inventaire, une assistance locale, une valorisation, des échanges d’expérience et une diffusion des résultats. Touchant les « traditions orales comme véhicules des savoirs, les arts, les pratiques sociales, les rites et les fêtes, l’artisanat traditionnel, la connaissance et les pratiques concernant la nature et l’environnement », les Pro loco veulent ainsi non seulement sauver une culture italienne en voie de disparition, mais également répondre à « l’urgence sociale de localités touchées par le malaise social ». L’opération intitulée « SOS Patrimonio Culturale Immateriale » s’est doté d’un site internet et présente le projet, les villages pilotes sélectionnés, les actions mises en place et un calendrier des manifestations. On y trouve également la photographie du véhicule dédié au programme.
Comparativement aux politiques menées en France en faveur du PCI (qui s’orientent vers une méthodologie laissant toute leur place aux acteurs) ou dans les pays du Sud qui se saisissent souvent de la convention de l’Unesco comme d’un outil de développement, cette forme de prise en charge de la notion de patrimoine immatériel, collective et à l’échelle nationale, apparaît dans sa mise en place comme très originale. Pour autant, on retrouve dans le discours affiché sur le site le principal ingrédient que tous les promoteurs du PCI semblent bien partager, le double constat de déliquescence de la société et de la dilution des activités et des savoirs traditionnels. Ainsi, l’originalité du mouvement des Pro loco réside moins dans les représentations du patrimoine que dans les arguments de justification qu’elles emploient. Vantant leur expérience dans les champs du PCI, la densité du réseau qu’elles forment à l’échelle nationale, les sommes de items photographiques, muséographiques, touristiques ou évenementiels dont elles sont les conservateurs (les Pro loco fondent et gèrent parfois des musées) ou les acteurs principaux (foires et fêtes traditionnelles sont essentiellement organisées par les Pro loco), ces associations, à la frontière entre le politique, l’action culturelle et l’aide sociale, semblent se positionner aujourd’hui comme les meilleures institutions pour se charger du PCI italien.
Reste à observer comment le processus de patrimonialisation pourra traiter selon un cadre méthodologique unique des données aussi diverses qu’une foire aux champignons âgée de 25 ans et une fête patronale, une production agricole labélisée et un collectage de littérature orale.

Source de l’image : http://www.patrimonioimmateriale.it/index.php?option=com_rsgallery2&page=inline&id=146&Itemid=32.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *